Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Juste entre nous
Rajko Grlic  (mai 2011) 

Réalisé par Rajko Grlic. ServieèCroatie-Slovénie. Comédie dramatique. Durée : 1h29. (Sortie le 11 mai 2011). Avec Miki Manojkovic, Bojan Navojec et Daria Lorenci.

À quelques jours du Festival de Cannes, si les films sont toujours aussi nombreux dans les starting blocks du mercredi, les bons ne sont pas beaucoup à s’élancer et l’on se contentera aujourd’hui d’évoquer "Juste entre nous".

L’oeuvre du réalisateur croate Rajko Grlic est en effet un travail fort estimable qui devrait plaire à ceux qui continuent de défendre les films de Pedro Almodovar et de Woody Allen.

Comme ses illustres devanciers, Grlic, malgré l’absence suspecte de voyelles à son nom, nourrit l’écran d’une fiction bavarde dans laquelle des personnages bien dessinés, bien campés par des acteurs talentueux et sympathiques, s’évertuent à faire fonctionner un scénario qu’on pourrait qualifier de "combinatoire". Pendant l’heure et demie où l’on va les fréquenter, les uns vont aller et venir, aimer ou ne plus aimer, avoir un cancer ou faire l’amour, se fâcher ou se réconcilier, pendant que les autres feront strictement le contraire.

En clair, Grlic nous balade dans Zagreb comme Almodovar dans Madrid ou Woody Allen dans New York, Barcelone, Londres ou Paris. On y rencontre d’ailleurs strictement les mêmes personnages de la haute moyenne bourgeoisie, composée d’hommes d’affaires fils d’artistes, ou d’artistes fils d’hommes d’affaire, de libraires, de pharmaciennes, d’adolescents difficiles adeptes de piercing ou de jeux électroniques.

On pourra selon les cas ajouter des galeristes et des publicitaires, des psychanalystes ou des universitaires renommés mais on sera toujours en territoire connu puisqu’ils circuleront tous dans les mêmes berlines allemandes et s’enfonceront dans les mêmes canapés en cuir pour tapoter sur des portables aux mêmes mille fonctions et boire le même nectar bordelais.

En flânant dans le Zagreb moderne, chic et branché de Rajko Grlic, on a sous les yeux un portrait pas méchamment complaisant et pas intentionnellement empathique de la classe dominante qu’on voit désormais dans presque tous les films de la planète.

Choral, de bonne humeur, emmené avec la belle nonchalance de Miki Manojlovic (attendant sans doute que Kusturica se souvienne de lui), "Juste entre nous" est le prototype réussi d’un cinéma qui se refuse à utiliser l’arme facile de la critique sociale quand il décrit les "profiteurs du système". Un cinéma qui sait avantageusement sérier les problèmes sociétaux : l’adultère, le démon de midi-minuit, les problèmes de cœur et d’existence seront l’apanage des classes supérieures ; la désespérance, l’aigreur raciste, la confrontation avec la mondialisation, celui des classes populaires.

Les critiques archaïques diront que ce cinéma néo-bourgeois cache le réel sous sa construction plaisante et alambiquée. Les autres, plus terre à terre, trouveront qu’il est le parfait reflet d’un certain public urbain, éduqué, avide de découvrir l’altérité surtout quand l’autre, qu’il habite Melbourne, Tel Aviv, Téhéran ou Séoul, partage son mode de vie.

Il faut le redire, au lieu d’attendre la énième variation d’Almovodar sur la post-Movida et les dernières paresseuses permutations amoureuses d’Allen Woody, il est préférable de voir "Juste entre nous".

Ce sera la même chose à cent pour cent mais avec l’avantage de l’exotisme serbo-croate.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 25 octobre 2020 : Tous aux abris
- La Mare Aux Grenouilles #13
- 18 octobre 2020 : Le grand incendie
- 11 octobre 2020 : La Mare Aux Grenouilles
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=