Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Belleville Tokyo
Elise Girard   (juin 2011) 

Réalisé par Elise Girard. France. Drame. Durée : 1h15. (Sortie le 1er juin 2011). Avec Valérie Donzelli, Jérémie Elkaïm, Philippe Nahon, Jean-Christophe Bouvet et Dominique Cabrera.

Ce ne sera pas faire injure à Élise Girard d’écrire que son film, "Belleville Tokyo", est aussi celui de Valérie Donzelli et de Jérémie Elkaïm qui y poursuivent par d’autres moyens leur travail en commun, dont on a pu apprécier "La Reine des pommes" l’an passé et dont on appréciera bientôt, après son triomphe à Cannes,"“La Guerre est déclarée".

Pour ceux qui sont nostalgiques d’un cinéma art et essai qui savait s’affranchir des acquis de la Nouvelle Vague et ne pas en décalquer les principes, le surgissement de Valérie Donzelli est une bonne nouvelle. On l’a connu, au début de ce nouveau siècle, débutant dans "Les Âmes Câlines", le second long métrage de Thomas Bardinet, qui une fois de plus, s’avérait un fin découvreur de talents. Les années qui ont suivi, via les épreuves personnelles qu’elle a traversées, lui ont donné une solidité fragile, un aplomb dans ses choix dont elle récolte aujourd’hui les fruits pré-glorieux.

Ainsi, son association avec Élise Girard, grande connaisseuse des exploitants mythiques de salles mythiques telle la doublette Jean-Max Causse-Jean-Marie Rodon, créateurs des cinémas Action, ou Roger Diamantis, l’âme du Saint-André-des-Arts, est judicieuse : elle démontre une volonté de s’emparer d’une cinéphilie pas fumeuse du tout, de s’occuper autant du contenu que de la trivialité du contenant et de préférer les sentiments à l’intellect, l’enchaînement des événements à leur fabrication.

On sera donc heureux de voir la paire Philippe Nahon-Jean-Christophe Bouvet incarner un mélange fusionnel de Causse-Rodon mâtiné de Diamantis et contre-ponctuer de leur truculence le récit d’un amour en déliquescence au moment même où l’enfant apparaît.

"Belleville Tokyo" est un film de beaux paradoxes : son économie de moyens n’en fait pas un film pauvre. Au contraire, elle est revendiquée et stylisée par la photo sans chichis de Renato Berta et la musique simple et juste de Bertrand Burgalat.

La cruauté du sentiment amoureux, la béance qui s’ouvre quand il s’efface, la souffrance d’être mère et mal aimée, voilà quelques propositions concrètes d’Élise Girard qui n’hésite pas à tout dire sans pathos et en un temps record.

Dans un cinéma qui aime s’étaler, cette brièveté est une qualité rare : Girard se prive ainsi de l’excès de paroles tout en se permettant d’alterner plaisamment le vide et le dense.

"Belleville Tokyo" doit être vu comme un film personnel, c’est-à-dire quelque chose d’autre que ce cinéma d’auteur calibré et appris de plus en plus studieusement dans les écoles de cinéma.

Souhaitons que les protagonistes du film retiennent cette distinction et restent longtemps dans ce cinéma personnel dont "Belleville Tokyo" est un exemple stimulant qu’on a tout simplement du plaisir à voir.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 février 2024 : Au soleil ou sous la pluie

Que ce soit en terme de météo ou de géopolitique, on ne sait plus sur quel pied danser. Mais quand même continuons de danser parce que si que restera-t-il ? Voici notre sélection hebdomadaire pour se changer les idées.

Du côté de la musique:

"La lune sera bleue" de Aline
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest
"Tindersticks, les reprises" nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
et toujours :
Akira & Le Sabbat, Les Vulves Assassines en live au Cargö de Caen
"Ferel" de Fuzeta
quoi de neuf du côté de Gad Zukes - Sweet Needles - Johnnie Carwash - Chasing Daisy
"Colère" de Lox
"Colors" de Royal Pantone
"Part time believer" de The Strumbellas
et toujours :
quoi de neuf du côté des clips ? avec Down To The Wire - Karkara - 20 Seconds Falling Man - Little Odetta
"Le cap" de For The Hackers
"For the hive" de Last Quarter
rencontre avec Nicolas Jules lors de son passage au Poly'Sons de Montbrison
"Hell, fire and damnation" de Saxon
"La société de préservation du roseau" de The Reed Conservation Society

et toujours :
"Time whispers" de Back and Forth
"Distances" de Bertille
"Ce que la nuit" de Kloé Lang
"Première nuit" de Lucas Lombard
"Big Sigh" de Marika Hackman
"Credo" de Pierre de Bethmann
"Relapse" de Venus Worship

Au théâtre

les nouveautés de la semaine :

"Holyshit !" au Théâtre de La Reine Blanche
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" au Théâtre de La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec le film de la semaine "Universal Theory" de Timm Kroger
et toujours:
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=