Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Gai Tapant
Voto et Goa  (Epicentre Films )  juin 2011

Réalisé par Voto et Goa. France. Documentaire. (Sortie le 28 juin2011).

Aujourd’hui, quand on pense aux homosexuels et aux combats qu’ils mènent en priorité, on évoque tout de suite la possibilité pour les couples de même sexe se marier ou de s’unir selon les mêmes modalités que les couples hétérosexuels. Puis, vient la question de l’homoparentalité.

On est donc bien loin du "Gai Tapant" et de son héros, Jean Le Bitoux, qui a été de tous les combats depuis 1968.

À l’époque, l’homosexualité était encore une "déviance" et un délit. C’est donc à travers le personnage lumineux qu’était Jean Le Bitoux, fondateur du Gai Pied en 1978, que Voto et Goa traversent les quarante années qui vont faire d’une minorité discriminée une communauté qui cherche à compter et le montre symboliquement tous les ans lors de la "Gay Pride".

Âgé de 20 ans en mai 1968, Jean Le Bitoux sort d’une enfance renfermée, solitaire, portant en lui sa différence sans pouvoir encore la vivre. Influencé par les situationnistes, il comprend très vite que la situation politique est propice à faire du "problème" homosexuel une cause. En 1971, il participe activement à la formation du FHAR, Front homosexuel d’Action Révolutionnaire : ce n’est que par un changement de société, une participation aux utopies nées en 1968, que les homosexuels vont cesser d’être réprimés et vont pouvoir s’exprimer et exprimer leurs revendications.

Cela aboutira à l’aventure du "Gai Pied", premier hebdomadaire au monde consacré à la cause homosexuelle, journal d’une grande qualité dans lequel Jean Le Bitoux pouvait interviewer Jean-Paul Sartre ou obtenir des contributions de Michel Foucault

On pourra regretter que le "Gai Tapant" dure moins d’une heure, car il va forcément très vite pour rallier l’époque actuelle à travers les grandes étapes d’un mouvement qui aura connu de belles pages avant que l’apparition du sida le frappe cruellement dans ses chairs. Mais le propos est avant tout de montrer l’apport à la cause homosexuelle d’un homme, d’un véritable intellectuel doublé d’un habile stratège.

Jean Le Bitoux, disparu en 2010, après vingt six ans à lutter contre la maladie, est une figure qui méritait bien qu’on commence à lui rendre sa juste place dans les luttes des homosexuels, sans néanmoins le limiter à cela, car en voyant le "Gai Tapant" on découvrira un humaniste et une conscience. Il aura ainsi contribué à faire reconnaître l’existence d’une déportation homosexuelle dans les camps nazis.

En visionnant ce "Gai Tapant", on fera donc face à un beau portrait, touchant, informé, clair dans ce qu’il énonce et ce qu’il résume. Sans doute, on aurait aimé que la parole soit plus largement accordée à Jean Le Bitoux. On sait qu’il a laissé plusieurs ouvrages sur ses combats et ses réflexions et on aurait souhaité en avoir un écho dans le film de Voto et Goa. Peut-être faut-il considérer le "Gai Tapant" comme une première étape pour la connaissance d’un personnage qui est bien mieux qu’un "Harvey Milk à la française" puisqu’il est plus qu’un activiste communautaire.

La brèche ouverte par le "Gai Tapant" permettra à d’autres de s’intéresser à cette belle figure. Pas question de parler de "réhabiliter" Jean Le Bitoux, simplement de le mieux connaître car son esprit généreux, son sens des combats et des objectifs à atteindre sont à cent lieux de la tentation de certains de faire de la cause homosexuelle un simple groupe de pression défendant les intérêts immédiats de cette communauté.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 10 janvier 2021 : En route pour l'aventure

On ne sait pas encore ce qui nous attend en 2021, espérons pouvoir enfin retourner voir des spectacles bientôt, en attendant on va essayer d'organiser de nouveaux des concerts en live sur notre chaine Twitch. On vous en parle bientôt. D'ici là, voici la sélection de la semaine.

Commençons par le sommaire et le replay de la Mare Aux Grenouilles #18

Du côté de la musique :

"Vivaldi, Le quattro stagioni" de Alexandra Conunova
"Contrastes" de Duo W
"Beethoven, si tu nous entends" de La Symphonie de Poche & Nicolas Simon
"Ras la trompe" de Lila Tamazit Trio
"La sélection de Julien Bousquet" émission #6 de Listen In Bed
"Fleurs" de Mélody Louledjian & Antoine Palloc
"Monks of nothingness" de Olivier Lasiney & Yantras
"In paradisum" de Schola Cantorum of the Cardinal Vaughan Memorial School
et toujours :
"Le cas très inquiétant de ton cri" de MelmACHello
"Douze oiseaux dans la forêt de pylônes électriques" de Nicolas Jules
"L'allégresse" de DaYTona, la 200ème chronique de CycoLys
"Across the universe" Saison 2, Mix 7, encore un beau mix de Listen In Bed
"Hiver(s)" de Matthias Billard

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Le dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"Ali Baba" de Macha Makeieff
"Mon père avait raison" de Sacha Guitry
"Adieu Monsieur Haffmann" de Jean-Pierre Daguerre
"Le canard à l'orange" de Marc-Gilbert Sauvajon
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Madame Arthur ose Bashung"

Expositions :

en virtuel :
"Picasso et la bande dessinée" au Musée Picasso
"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Soulages" à l'Espace Lympia
"Christian Dior, couturier du rêve" au Musée des Arts Décoratifs
"Bacon en toutes lettres" au Centre Pompidou
"Turner, peintures et aquarelles - Collections de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Delacroix" au Musée du Louvre
"Berthe Morisot" au Musée d'Orsay

Cinéma :

at home :
"Dim Sum Funeral" de Anna Chi
"Son of Sofia" d'Elina Psykou
"Fin du monde" de Carolina Hellsgård
"Brooklyn" de Pascal Tessaud
"Hôtel Fantôme" de Daniel Kehlmann
"Motherland" de Tomas Vengris
"La classe volante" de Kurt Hoffmann
et un regard vers le cinéma hollywoodien avec :
"Le plus grand cirque du monde" de Henry Hathaway
"Une étoile est née" de William Wellman
"La Taverne de la Jamaïque" d'Alfred Hitchcock
"Top Secret" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Inside story" de Martin Amis
"Là où nous dansions" de Judith Perrignon
"Le bonheur est au fond du couloir à gauche" de J.M. Erre
"Les douze morts de Napoléon" de David Chanteranne
"Tiger" de Eric Richer
"Un papillon, un scarabée, une rose" de Aimee Bender
et toujours :
"59 rue des Archives" de Bruno Guermonprez, David Koperhant & Rebecca Zissmann
"Oeuvres complètes III" de Roberto Bolano
"Vox populi" de Thomas Harnois

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 10 janvier 2021 : En route pour l'aventure
- 3 janvier 2021 : Tous nos voeux de santé et d'année moins pire que l'autre
- 27 décembre 2020 : Pas de vaccin contre la culture !
- 20 décembre 2020 : Noël confiné, Pâques... pareil ?
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=