Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Pascal Mary
Vivons d'un rien  (Editions ACOGH)  juillet 2011

Un album sublime

Depuis que s’en étaient allés les trois incontournables "B" de la chanson française, Brassens, Brel, Barbara, la relève semblait longue à venir.

Pascal Mary, avec sa voix superbe, ses mélodies subtilement légères et ses textes d’une incontestable poésie, décidé à ne pas suivre la même route que les autres, puise chez ces trois illustres la source de son inspiration. Un être rare. Un album somptueux.

Octobre 1978, la France et la Belgique disent adieux à leur poète commun. Depuis si l’on rit, on chante, on s’amuse comme des fous, la fête n’est plus la même. D’aucuns s’évertueront à la prolonger. Beaucoup la gâteront.

Octobre 1981, la France est orpheline de son poète languedocien, son "humble troubadour". Trente ans après, coquin de sort, son trou dans l’eau ne s’est pas refermé. Certains ont tenté de combler l’absence. D’autres l’ont outragée…

Novembre 1996, la France voit partir sa diva, sa grande dame brune sur son long voilier noir. Beaucoup l’ont torpillé à vouloir le ramener à quai…

La relève est besogneuse, se tourne, se lamente, se traîne. Le pis-aller des reprises et hommages tourne comme une ronde folle. Avec parfois de très belles surprises (Mouron, Piankov, Féry) mais sans la fraicheur de l’inédit qui a déserté les rivages de cette variété française qui glorifie ses prédécesseurs, les saluant parfois trop servilement, les acclamant frileusement. Si Gainsbourg ne cesse de faire des petits, Brassens, Brel et Barbara, déjà trop classiques dans ce monde où se font et se défont les modes à un rythme fou, charment moins les chanteurs du deuxième millénaire.

Avec Vivons d’un rien, son tout nouvel album, Pascal Mary réussit l’association de ces - et ses - trois favoris, distillant à longueur de chanson cette évidente paternité mais avec une infinie délicatesse pour qu’elle se fasse aussi oublier.

La voix, cristalline et très travaillée pour mieux s’autoriser toutes les audaces dans l’apparente facilité, fait songer tout d’abord à un autre poète, le Breton Jean-Michel Caradec. Ce besoin de référents lorsqu’on amorce l’écoute d’un disque ne dure que l’espace d’un titre. L’univers de Pascal se met en place, faisant sauter tous ces points d’amarrage.

L’amour et la vie

Un univers où l’amour se love, où s’enlacent les cœurs et les corps avant de se lasser. Avec toutefois le "Carpe Diem" en filigrane. Jouant des mots tel un funambule de la dialectique, refusant la rime trop facile, Pascal Mary ne cesse de surprendre. Les habitués de la bonne chanson ne s’y tromperont pas : ce n’est pas un "chanteur de plus" qui vient nous cueillir au bord de son monde et nous embarquer au pays des équilibristes de l’amour qui refusent de chuter en se tenant par le cœur malgré tout, malgré les loups ("Funambule").

Ce n’est pas un agité du vocal qui part en bal(l)ade sur les sentiers de l’amour sur une mélodie qui laisse "Trenet" un clin d’œil au grand Charles avec un final en canon éblouissant ("Viens"). Ce n’est pas un de ces écorchés vifs confondant vagissements et expressivité qui évoque la fin d’un amour dans ce sublime "Ils s’aimaient bien" ou ces amoureux sans bancs publics s’offrent un grand lit, Eden qu’outragera l’usure du temps.

Ce n’est pas un assoiffé de records carburant au super sans plomb dans la cervelle qui chante la lutte contre la panne des sens dans le très réaliste "Ordinaire". Ce n’est pas un taquin de la Muse du dimanche qui ose l’alexandrin classique et quatrins aux rimants hémistiches sur un finalement très noir "Soleil d’hiver".

Si l’amour n’est pas le cœur de "Plus qu’avant", chanson politique sur les laissés pour compte du capitalisme, les paumés du rendement que le fossé engloutira sans qu’une main ne leur soit tendue, il plane sur ce constat terrible de l’abandon de l’individu par la société tout entière. Quant à "Joyeux Noël", il offre un immense éclat de rire dans un titre certes homonyme à une chanson de Barbara mais avec la drôlerie et un rythme mélodique résolument brassensiens.

Cette formidable générosité qui perle dans ces mots et ses mélodies, Pascal Mary l’offre également sur scène. Seul au piano, aisément facétieux ou sporadiquement sarcastique, il parcourt son répertoire (deux albums) dans une proximité permanente avec son public. Il est en ce moment à Avignon, au Théâtre de l'Ange, pour trois semaines. Un ovni comme celui-là ne se laisse pas passer. Son art relègue ces contemporains aux oubliettes et son intemporalité, sa grande force, lui ouvre grandes les portes de demain.

 

En savoir plus :

Le site officiel de Pascal Mary
Le Myspace de Pascal Mary


Franck Bortelle         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 mai 2021 : Allez hop tous en terrasse !

Beaucoup d'entre vous rêvent d'aller en terrasse... pourquoi pas. Espérons simplement que la pluie cesse. De notre côté on vous propose cette semaine une rencontre en direct avec La Reine Garcon, samedi à 18h ! on compte sur vous pour venir soutenir les artistes ! d'ici là voici le programme et le replay de la MAG #27

Du côté de la musique :

"La reine garçon" 1er album de La Reine Garçon qui viendra nous le présenter en live samedi
"If I could make it go quiet" de Girl in Red

"Genoma" de Ismail Sentissi Trio
"Camille Saint-Saens, duo pour piano et cordes" de Laurent Wagschal & Ensemble le Déluge
"Dust to stars" de Leon Phal Quintet
"Dominique Pagani 1/5" nouvelle émission de Listen In Bed
"Weddings & funerals" Part-Time Friends
"Three of a kind" de Redemption
"Great is the lord" de Schola Cantorum of the Cardinal Vaughan Memorial School - Scott Price - Lestyn Evans
"Dieu poulet" de The Very Big Experimental Toubifri Orchestra
"Ballades" de Thierry Maillard Trio
et toujours :
"Flux flou de la foule" de Françoiz Breut
"Eiskeller" de Rover qui nous en parle en interview
"Let's do porn" de Captain Obvious
"The moon and stars : prescriptions for dreamers" de Valérie June
"Van Weezer" de Weezer
"Le grand secret des oiseaux de sable" de Ceylon
"Electron libre" de Hae-Sun Kang
"Chronicles of an inevitable outcome" de Intraveineuse
"Autobiographie Pirate" de Lady Arlette
"Vous écoutez quoi en travaillant ?" la 10ème émission de la saison 2 de Listen In Bed avec Guillaume Long, Flavien Girard et Francis Bourganel
"Augustin Pfleger : the life and passion of the christ" de Orkester Nord et Martin Wahlberg
"Beneath" de Tremor Ama

Au théâtre :

à l'affiche :
"Que faut-il dire aux hommes ?" au Théâtre de la Bastille
"Main basse sur le magot" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Un vrai couple" à l'Apollo Comedy

Expositions parisiennes en real life :

les nouvelles :
"L'Heure bleue de Peder Severin Krøyer " au Musée Marmottan
"Dali, l'énigme sans fin" à l'Atelier des Lumières
"Gaudi, architecte de l'imaginaire" à l'Atelier des Lumières
les réouvertures :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Luxes" au Musée des Arts Décoratifs
"Voyage sur la route du Kisokaido - De Hiroshige à Kuniyoshi"au Musée Cernushi
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de la ville de Paris

et toujours en virtuel une exposition prévue mais annulée : "Bourdelle devant Beethoven" au Musée Bourdelle

Cinéma :

en salle : "On-Gaku : Notre Rock" de Kenji Iwaisama
at home :
"La Chute de l'empire américain" de Denys Arcand
"Trois visages" de Jafar Panahi
"Montanha - Un adolescent à Lisbonne" de João Salaviza
"Que Dios noscperdone" de Rodrigo Sorogoyen
et une trilogie Carlos Saura :
"Cria cuervos"
"Peppermint frappé"
"Anna et les loups"

Lecture avec :

"Blackwood" de Michael Farris Smith
"Connexion" de Kae Tempest
"Jenny Marx, la tentation bourgeoise" de Jérôme Fehrenbach
"Les oiseaux du temps" de Amal El Mohtar et Max Gladstone
et toujours :
"Une toute petite minute" de Laurence Peyrin
"Rome, naissance d'un empire" de Stéphane Bourdin & Catherine Virlouvet
Rencontre avec Olivier Bal auteur de "La forêt des disparus"
"Le mari de mon frère" de Gengoroh Tagame
"Le bal des folles" de Victoria Mas et "Ici n'est plus ici" de Tommy Orange

Du côté des jeux vidéos :

Des streams tous les jours sur la chaine twitch de Froggy's Delight.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=