Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Emilie Simon
Franky Knight  (Barclay / Universal)  décembre 2011

Emilie Simon n’est plus une inconnue dans le paysage de la musique française. Du haut de ses 33 ans, elle cumule déjà trois Victoires de la musique qui ont récompensé deux de ses albums électroniques et la bande originale du film La Marche de l’empereur.

Son nouvel opus, Francky Knight, se démarque musicalement des précédents et tiendra pour toujours une place particulière dans sa discographie puisqu’il est dédié à son ancien compagnon, François Chevalier, décédé en septembre 2009.

L’album s’ouvre sur une véritable lettre d’amour : "Mon chevalier". La mélodie semble assez épurée mais, très vite, des cuivres viennent s’ajouter pour accompagner la prière de la jeune chanteuse. Cette première chanson, dont les paroles semblent s’envoler comme des bulles de savon, donne le ton : le sujet est grave mais le larmoyant ne sera pas de mise. Pour preuve, "Call it love" qui suit immédiatement ; un morceau tout droit issu des années 50, au texte presque simpliste (l’anglais permet cela !) et au timbre sensuel qui donne envie de se déhancher, de se laisser aller. Mêmes sensations à l’écoute de "Francky’s princess" qui incite clairement à danser. Le son électronique est celui des boîtes de nuit et contraste totalement avec les paroles très douloureuses ("Tell me why I’m still here when you’re not / I try so hard but I miss you so").

A l’évidence, Emilie Simon n’a pas souhaité laisser gagner les larmes. Ses chansons frôlent la souffrance mais ne s’y accrochent pas. Lorsqu’elle chante en français, les mélodies se font organiques, presqu’acoustiques ("Bel amour" - "Sous les étoiles") laissant la place aux mots, leur rendant toute leur puissance. La voix, souvent sensuelle, s’élève parfois dans des notes plus aigues et l’on croit entendre des cris de rébellion, de révolte contre cette morte si prématurée qui a enlevé l’être aimé. Mais toujours les cuivres reviennent, apportant de la chaleur à ces textes qui disent le manque, les lourds souvenirs ("Holy Pool Souvenirs"), l’infini de l’absence.

Et puis, au bout de ce journal intime musical, il y a l’espoir révélé dans "Walking with you". Le piano, le synthétiseur, les chœurs et la voix de la jeune chanteuse donnent vie à une chanson énergique. Paroles et musique se rejoignent pour démontrer toute sa détermination à avancer malgré tout, main dans la main avec le souvenir de celui qu’elle a aimé. L’album se clôt par une déclaration répétée à l’infini et sans pause : "Jet’aimejet’aimejet’aime". C’est un des morceaux les plus riches musicalement, où Emilie laisse s’envoler sa voix, comme si elle voulait profiter une dernière fois de cet album pour dire son amour à son compagnon.

Franky Knight est un opus romantique, mélancolique, pudique - parfois surprenant par ses rythmes entrainants. On en retiendra des textes (en anglais et en français) touchants, douloureux - jamais sinistres - des mélodies organiques et chaleureuses, une voix sensuelle, criant parfois la peine et la solitude. Et on louera la délicatesse d’Emilie Simon qui aurait pu se satisfaire de chansons tragiques pour expier son deuil et qui a su, au contraire, nous offrir un album émouvant et apaisant.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de Emilie Simon
La chronique de l'album Vegetal de Emilie Simon
La chronique de l'album The big machine de Emilie Simon
Emilie Simon en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2004 (samedi)
Emilie Simon en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (dimanche)
Emilie Simon en concert au Festival des Vieilles Charrues 2007 (samedi)
Emilie Simon en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (mercredi 14)
Emilie Simon en concert au Festival Rock en Seine 2014 (samedi 23 août 2014)
Emilie Simon en concert au Festival Rock en Seine 2014

En savoir plus :
Le site officiel de Emilie Simon
Le Myspace de Emilie Simon


Nathalie Clément         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard
- 12 janvier 2020 : Pas de soldes sur Froggy's
- 5 janvier 2020 : 360 jours avant 2021
- 29 décembre 2019 : JOYEUSE ANNEE 2020 !
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=