Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'éveil du printemps
Théâtre 71  (Malakoff)  janvier 2012

Drame de Frank Wedekind, mise en scène de Omar Porras, avec Sophie Botte, Olivia Dalric, Peggy Dias, Alexandre Ethève, Adrien Gygax, Paul Jeanson, Jeanne Pasquier, François Praud et Anna-Lena Strasse.

Oeuvre de jeunesse écrite en 1891 de Frank Wedekind, plus connu pour "La boîte de Pandore" immortalisé sous le titre de Lulu" après sa déclinaison opératique par Alban Berg, "L'éveil du printemps" est qualifiée de "tragédie enfantine" en ce qu'elle aborde le délicat passage de l'adolescence d'autant plus douloureux qu'il se déroule dans le cadre d'une société puritaine.

Sous forme d'une fable initiatique recelant un drame violent, le dramaturge allemand dénonce le puritanisme coupable, voire meurtrier, de la société de son époque qui répond par le silence, l'hypocrisie, une morale rigoriste et la répression à des réalités biologiques, psychologiques et sexuelles qu'il aborde sans ambiguité tout comme les sujets tabous qu'étaient l'avortement,l'homosexualité ou le suicide des enfants.

Il est ardu de porter sur scène cette thématique globale, dont certains aspects sont certes intemporels (voir "Salle d'attente" d'après Lars Noren mis en scène par Krystian Lupa programmé au même moment au Théâtre de la Colline), traitée dans un contexte socio-historique fortement connoté sinon obsolète.

Fort habilement, Omar Porras n'a pas versé dans la contextualisation multimedia à la mode mais a opté pour le conte onirique en se calant sur la partition originale - avec une efficace version resserrée due à Marco Sabbatini - composée également, avec son dénouement, comme un voyage initiatique.

Ce voyage est celui de Melchior, issu d'une famille aisée et relativement progressiste, enfant doué et "en avance" par rapport aux autres collégiens notamment son ami Moritz, le cancre de la classe qui est travaillé autant par le risque de redoublement qui décevrait ses parents modestes qui se sacrifient pour ses études que par ses poussées d'hormones, et la jolie Wendla qu'il va séduire et engrosser en toute innocence partagée. Difficile pour lui de survivre, jeté en maison de correction après le suicide du premier et la mort de la seconde victime d'une faiseuse d'anges.

Omar Porras a procédé de manière syncrétique en recourant à des références iconographiques cohérentes, sans faire de la reconstitution historique, et contemporaines de l'auteur, que sont celles de l'expressionnisme allemand, auquel ressortit l'auteur, et celles du grotesque et de la caricature vériste d'artistes comme Otto Dix et George Grosz, qui suscitent un rire jaune, usitées dans le théâtre et le cinéma des années 20 entre autres par Meyerhold et Ensenstein.

Avec la scénographe Amélie Kiritzé-Topor, qui a conçu un décor de no man's land intemporel pour adolescents en forme d'arrière cour terreuse sur fond d'obscure forêt, les créations lumières qui donnent parfois l'illusion du noir et blanc de Mathias Roche et la costumière Irène Schlatter, il parvient à un juste équilibre entre le fond, non exempt de symbolisme, et la forme.

Certes, Omar Porras a du métier et connaît la musique. Aussi parfois joue-t-il sur du velours quand il insère un extrait de "Riders on the storm" des Doors ou fait graffiter "Le cri" de Munch sur le mur qui sera éclaboussé du sang du suicidé. Mais l'ensemble est de belle facture et l'enchantement, même noir, fonctionne bien.

Il signe une mise en scène au cordeau et dirige parfaitement une troupe de comédiens, la plupart jeunes tant par l'âge que par leur parcours artistique qui, loin de toute posture ou affectation, réussissent totalement à camper aussi bien les enfants avec leurs attributs enfantins, la poupée de chiffon, le cheval à bascule, le cartable d'écolier, mais déjà trop grands pour leur costume d'enfant et les archétypes adultes.

C'est un sans faute pour le travail choral de Paul Jeanson (Melchior), François Praud (Moritz), Jeanne Pasquier (Wendla), Olivia Dalric et Sophie Botte (les mères), entourés de Peggy Dias, Alexandre Ethève, Adrien Gygax et Anna-Lena Strasse.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 2 août 2020 : Une petite pause s'impose
- La Mare Aux Grenouilles #08
- 26 juillet 2020 : Que le spectacle (re)commence
- 19 juillet 2020 : Un air de vacances
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=