Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Late Great Daniel Johnston
Discovered and Covered  octobre 2004

Cet album d’hommage à Daniel Johnston rappelle l’époque où Dylan, qui n’attirait alors que les afficionados avec ses albums acoustiques, cartonnait pourtant dans les charts quand les Byrds, les Turtles ou Cher reprenaient ses chansons. Dans les deux-cas, on est en effet face à de tels songwriters que les titres s’imposent toujours, que ce soit dans leurs versions primitives - Dylan avec sa guitare, son harmonica et sa voix de canard, Johnston avec le piano de ses parents et sa voix de canard - ou enrobés dans des formats plus arrangés pop-rock.

On savait déjà que le traitement rock réussissait aux morceaux de Daniel Johnston : ses derniers albums produits par Sparklehorse, Yo La Tengo qui avait grâvé un superbe "Speeding Motorcycle" et Katie McCarthy, qui il y a dix ans, enregistrait un album entier de reprises de Johnston (sans parler des Perfect Kevins).

Pour ce tribute, on a droit au gratin : ca commence à fond avec Teenage Fan Club et Jad Fair qui donnent une version très fidèle de "My Life Is Starting Over Again", avec un bel orgue à la Velvet Underground ; on connait l’amitié qui unit Jad et Daniel ; leurs deux voix, tout aussi fragiles, se répondent depuis longtemps, il était bon qu’il ouvre ce tribute.

Clem Snide continue avec une version poignante de "Don't Let the Sun Go Down On Your Grievience" avec de belles voix. Gordon Gano, qui reprend "Impossible Love", a lui aussi une jolie voix à la Lou Reed, en particulier dans l’impro finale. Les Eels font un superbe "Living Life" ; dans l’ensemble, c’est un bel album de voix et de guitares qui sonnent bien comme on aime. T.V. On The Radio reprend "Walking the Cow", magnifique titre de Daniel dans une version lancinante parfaite. "Good Morning You" par The Rabbit, révèle le côté pop, jamais loin dans tous les titres de Daniel (il n’est pas un immense fan des Beatles pour rien). "Sorry Entertainer" par le désopillant Calvin Johnson et sa voix de basse sur fond de boîte à rythme, est peut-être le titre le plus déjanté du cd, bien dans les habitudes du personnage ; et, là encore, quel compo... ! "Devil Town" était, à l’époque de l’album en 1990, une effrayante chanson a-capella ; Bright Eyes en fait une ballade plus apaisée avec solo de guitare psyché et harmonies vocales. Death Cab For Cutie reprend "Dream Scream", de l’album Rejected Unknown, sur fond de batterie free et de claviers atmosphériques : magnifique ! Beck suit avec "True Love Will Find You In The End" (quand je vous disais qu’il y a du beau linge !) ; excelent choix de Beck qui s’approprie parfaitement cette ballade folkie. Ensuite, viennent (non ! eux aussi ?) Sparklehorse with the Flaming Lips qui font un parfaitement lennonien "Go" qui doit ravir Johnston. Encore un grand nom : Mercury Rev et "Blue Clouds", même si sa version un peu grandiloquente n’est pas la plus emballante du tribute. La chanteuse de Thrisle chante exactement comme Debbie Harry et leur version punk-rock de "Love Not Dead" est bien agréable. Ensuite, c’est la perle : Vic Chesnutt transforme le sautillant "Like A Monkey In A Zoo" en une de ces ballades belles et tristes comme lui seul sait les faire. Suivent "Dead Lover's Twisted Heart" par Starlight Mints et "Story of an Artist" par M Ward, tous deux moins essentiels. Enfin, Guster choisit une des plus belles ballades de Johnston : "The Sun Shines Down On Me", et ses textes uniques ("I’m walking down that emty road / But it ain’t empty now because I’m on it"). Enfin, Tom Waits, accompagné de Mark Linkous de Sparklehorse et de Marc Ribot, le guitariste bizarre, s’offrent "King Kong" et c’est du Tom Waits parfait, avec percussions chantées et délires.

Les initiateurs de ce tribute (la famille de Daniel) ont eu la bonne idée d’offrir un deuxième cd avec les mêmes titres dans leurs versions originales par Daniel Johnston. Ce qui vous donne un magnifique Best Of. Vous pourrez ainsi comparer. Et franchement, même pour un fan, c’est un vrai plaisir de passer de l’une à l’autre version. Les deux versions de Walking the Cow, par exemple, sont l’une comme l’autre tout aussi fascinantes. En prime, vous aurez droit à un avant gout du prochain cd plus une vidéo, les lyrics et des tas de dessins.

Une partie de l’argent aidera Daniel Johnston à survivre : à 43 ans, il vit encore chez ses parents...

 

PascalR         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

Abonnez vous à la Newsletter pour recevoir, outre les mises à jour en avant première, des infos de première importance et peut être des choses dont vous n'avez même pas encore imaginé l'existence et l'impact sur votre vie... et nous non plus.

se désabonner, changer son mail ... c'est ici!


» Contacter un membre ou toute
   l'équipe (cliquez ici)


Afficher les chroniques d'un membre :

Liste des chroniques... Cécile B.B.
Liste des chroniques... David
Liste des chroniques... Didier Richard
Liste des chroniques... Fred
Liste des chroniques... Jean-Louis Zuccolini
Liste des chroniques... Julien P.
Liste des chroniques... LaBat’
Liste des chroniques... Laurent Coudol
Liste des chroniques... Le Noise (Jérôme Gillet)
Liste des chroniques... Margotte
Liste des chroniques... MM
Liste des chroniques... Monsieur Var
Liste des chroniques... Nathalie Bachelerie
Liste des chroniques... Nicolas Arnstam
Liste des chroniques... Paola Simeone
Liste des chroniques... Philippe Person
Liste des chroniques... Rickeu
Liste des chroniques... Séb.T

 

Les articles de ce site sont la propriété de froggydelight.com et de leurs auteurs.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=