Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce A little closer
Matthew Petock  juillet 2012

Réalisé par Matthew Petock. Etats-Unis. Drame. 1h12. (Sortie 25 jjuillet 2012). Avec Sayra Player, Parker Lutz, Eric Baskerville et Chris Kies.

Quand on ronchonne, comme c'est souvent le cas dans ces lignes, sur l'absence d'un renouveau du cinéma indépendant américain qui paraît plutôt en voie de disparition que d'apparition, on ne pourra que fêter le 25 juillet, qui verra la sortie du film de Matthew Petock, et remettre ça le 1er août, date de celle de "The Color Wheel" d'Alex Ross Perry.

Dans les deux cas, on sera bien loin du cinéma américain dominant du moment, bruyant, brutal et banal dans sa routine cynique.

Avec "A little closer", Matthew Petock s'éloigne tout de suite des canons habituels en filmant une "scène de bricolage" qui tourne mal, mais qui ne va pas jusqu'au drame et surtout à l'effet dramatique.

Stephen, le plus jeune des enfants de Sheryl, ne perdra pas son œil à cause d'une fausse manœuvre de son frère Marc. Mais il devra passer l'essentiel du film avec un gros pansement et s'embarquer dans l'adolescence avec un complexe inutile de plus.

Chronique d'une famille plus amochée que décomposée, "A little closer" est l'occasion de regarder l'Amérique de l'ère Obama dans sa tranquille intranquillité. La famille que Sheryl tente de maintenir à flot n'est ni riche ni pauvre est en équilibre sur le plan social autant qu'humain.

Elle peut tomber, elle peut se maintenir. Tout va dépendre des circonstances, de la manière dont chacun de ses membres pourra avancer, pourra trouver ou retrouver le chemin du désir, pourra se persuader qu'il peut réussir à le trouver ou à le retrouver.

À petites touches justes et délicates, Matthew Petock montre comment la vie de Sheryl pâtit de tout ce qu'elle sacrifie à ses deux enfants et comment ceux-ci, inconsciemment, portent en eux le poids de ce sacrifice.

Dans d'autres temps cinématographiques, la "Sheryl" de Sayra Player aurait pu ressembler à la "Wanda" de Barbara Loden. Elle s'en éloigne parce que son désespoir est tempéré par la présence de Marc et de Stephen. Il y a en Sayra Player un vrai rayonnement capté magnifiquement par Matthew Petock qui garde sans cesse retenue et mesure pour ne pas trop en faire ni en filmer.

C'est donc un premier film parfaitement maîtrisé qui charrie tout un cinéma que l'on croyait disparu corps et bien à jamais... Un cinéma qui s'intéresse aux petits détails et travaille les visages, préfère les silences aux lourdes explications. Bref, un cinéma qui parle peu et observe beaucoup.

Pour son premier film, tourné en quelques jours avec les moyens d'une seconde du énième Spiderman, Matthew Petock dresse un tableau sensible d'une Amérique moyenne, hors les mégapoles, où l'on perçoit peut-être les vraies marques du "déclin" américain, comme dans ces scènes où la prof noire découvre l'immuable et indécrottable racisme des éternels "petits blancs" de la Virginie sudiste.

On saluera la qualité de sa direction d'acteurs qui lui permet de réussir aussi bien les scènes entre adolescents titillés par la sexualité qu'entre quadragénaires à la poursuite d'une libido vacillante.

Centrale, forte et fragile, point d'ancrage du film, on soulignera encore la performance de Sayra Parker en mère rêvant d'être aussi femme.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 25 octobre 2020 : Tous aux abris
- La Mare Aux Grenouilles #13
- 18 octobre 2020 : Le grand incendie
- 11 octobre 2020 : La Mare Aux Grenouilles
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=