Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Paysages du cinéma japonais
Maison de la Culture du Japon  (Du 5 septembre au 11 décembre 2012)  Paris

Depuis le 5 septembre, la Maison de la Culture du Japon à Paris reprend son exploration de la société et de la culture japonaises à travers le cinéma.

Jusqu’au 11 décembre, on pourra donc voir ou revoir 80 films qui seront diffusés chacun deux fois.

Les cinéphiles se régaleront d’un large panorama nippon partant du cinéma muet, avec deux alléchants ciné-concerts consacrés à deux films du grand maître Yasujiro Ozu ("Mon épouse, cette nuit-là", "La Femme et la barbe"), pour aboutir à "Saudade", un film de Katsuya Tomita de 2011.

On y reverra bon nombre de chefs-d’œuvre, à commencer par "Les 47 Rônins" de Kenji Mizoguchi, une puissante réflexion sur un événement légendaire dans l’histoire japonaise.

Tous les grands noms de cette cinématographie très riche seront au programme : Mikio Naruse ("Nuages Flottants", "Nuages Épars"), Akira Kurosawa ("L’Ange ivre", "Vivre", "Madadayo"), Shoei Imamura ("Histoire du Japon racontée par une hôtesse de Bar", "La Ballade de Narayama"), Masaki Kobayashi ("Hara-Kiri"), Ken Ichikawa ("Je suis un chat").

On pourra aussi y découvrir des regards plus contemporains : Naomi Kawase ("Suzaku"), Takashi Kitano ("A Scene at th Sea"), Kyoshi Kurosawa ("Tokyo Sonata", "Kairo). Parmi ces cinéastes, on recommandera Kohei Oguiri, auteur de trop peu de films, dont il ne faudra pas rater "L’homme qui dort", une réflexion contemplative étonnante qui annonce à coup sûr "Oncle Boonmee" d’Apichatpong Weerasethakul.

Pareillement, il ne faudra pas manquer le fameux "Tampopo" de Juzo Itami, le plus injustement sous-estimé des réalisateurs japonais.

Mais l’événement majeur de ce festival sera la rétrospective consacrée à Kô Nakahira, "Le Troisième homme de la nouvelle vague japonaise". En onze films, on pourra se faire sa propre idée : Nakahira, totalement inconnu en Occident, peut-il être vraiment comparé à Oshima et à Imamura ?

En tout cas, encore une bonne raison pour se persuader que l’automne cinématographique 2012 doit passer par une étape (ou plusieurs) au 101 bis quai Branly.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

Abonnez vous à la Newsletter pour recevoir, outre les mises à jour en avant première, des infos de première importance et peut être des choses dont vous n'avez même pas encore imaginé l'existence et l'impact sur votre vie... et nous non plus.

se désabonner, changer son mail ... c'est ici!


» Contacter un membre ou toute
   l'équipe (cliquez ici)


Afficher les chroniques d'un membre :

Liste des chroniques... Cécile B.B.
Liste des chroniques... David
Liste des chroniques... Didier Richard
Liste des chroniques... Fred
Liste des chroniques... Jean-Louis Zuccolini
Liste des chroniques... Julien P.
Liste des chroniques... LaBat’
Liste des chroniques... Laurent Coudol
Liste des chroniques... Le Noise (Jérôme Gillet)
Liste des chroniques... Margotte
Liste des chroniques... MM
Liste des chroniques... Monsieur Var
Liste des chroniques... Nathalie Bachelerie
Liste des chroniques... Nicolas Arnstam
Liste des chroniques... Paola Simeone
Liste des chroniques... Philippe Person
Liste des chroniques... Rickeu
Liste des chroniques... Séb.T

 

Les articles de ce site sont la propriété de froggydelight.com et de leurs auteurs.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=