Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Samedi 29 septembre
Mina May - Stuck In The Sound - Kas Product - Erevan Tusk - Kap Bambino - Baxter Dury - BRNS - Don Rimini - Mekanik Kantatik - BreakBot - James Murphy - Juveniles - 2Manydjs - James Holden  (Dock des Suds, Marseille)  du 27 au 29 septembre 2012

Voici venu le dernier soir de Marsatac, samedi 29. Soir le plus long avec une fermeture des portes prévue à 6h du matin et 17 concerts répartis sur les 3 scènes. La line-up se veut cette fois-ci plus orienté rock/new wave/électro et découvertes en tout genre.

Premier concert, première découverte, première sensation : Mina May sur la scène Cabaret. Du rock Toulonnais, où Mina May parvient à transmettre une couleur particulière à sa musique rappelant quelques fois Jon Spencer. Il est toujours difficile de commencer une soirée de festival, sur les premières secondes, seules une dizaine de personnes sont présentes, tout le travail est à faire pour monter en degrés. Aucun découragement ne se fait sentir pour nos rockeurs français qui exposent leur rock psyché sans encombre, le monde afflue à une vitesse surprenante pour remplir convenablement la salle.

Nous tenons à ne pas louper Stuck In The Sound sur la scène extérieure, donc go, on y va. Déjà présents sur scène, ils paraissent fidèles à eux-mêmes, le chanteur comme à son habitude orne son sweat à capuche. Apparemment pas mal de fans dans le public, et loin d’être déçus. Les instruments sont bien calés, le jeu est honnête et plus puissant qu’on ne le songeait. Nous devons mettre un terme à ce live pour qu’un de nous aille à la rencontre de Mekanik Kantatik pour une interview radio qui vous sera retranscrite très prochainement sur votre site préféré (Froggy’s Delight bien sûr).

Au cours de cette interview un de nous, puisque nous sommes deux, a pu assister au concert de Kas Product, légendaire groupe de coldwave français sur la scène 1 qui signe là un grand retour en live. La chanteuse Mona Soyoc arrive derrière un écran blanc qu'elle s'empressera de déchiqueter en lambeau à l'aide d'une lame de cutter pour en sortir et dévoiler une musique qui n’a pas vieilli. Le scénario scénique correspond à ce qui est connu de Kas Product : Mona Soyoc aussi sauvageonne que sensuelle communique beaucoup avec le public, Spatsz quant à lui plus en retenue offre ses sonorités bien travaillés au clavier.

Nous voilà à nouveau réunis pour assister à la prestation des Erevan Tusk qui fut une belle surprise sur scène. Un rock/pop romantique, mais pour autant jamais niais, dévoilé dans une impression de naturel déconcertant. C’est donc tout en velours que l’ensemble des festivaliers présents à ce live s’enveloppe de ce rock aux sonorités outre-Manche, mais qu’on ne s’y trompe pas, ce petit bijou est bel et bien français.

Après le calme, vient la tempête, et c’est le punk/hardteck de Kap Bambino qui l’amène.

Performance sportive pour ce concert. Arrivée pourtant tout en lenteur avec à la main deux bougies, la chanteuse devient incontrôlable dès le premier beat lancé, et la suivre du regard devient douloureux pour les cervicales. Le volume sonore est très fort, l'énergie déployée est impressionnante, l’un des concerts les plus puissants de ce festival.

Très communicatif, le public s’enflamme au même titre que la furie sur scène, le dj est vraiment performant derrière ses platines et délivre une qualité de sons remarquable.

Plus ou moins au même moment, Baxter Dury et BRNS jouent sur les deux scènes intérieures. En rapide passage, Baxter Dury ne nous a pas vraiment convaincu de par son pop/rock désabusé pourtant charmeur à son habitude. Sans doute les effets d’une fin de tournée.

Pour ce qui est de BRNS, dommage pour nous que nous n’ayons pas eu la possibilité d’y assister davantage. En effet, leur rock douloureux et crié nous laisse envisager Wu Lyf autant par les sonorités que par la sincérité de leur musique. Des passages post-rock sur une voix quasiment criée nous prennent aux tripes.

23h45, on nous avez averti d’un show autant sonore que visuel avec Don Rimini. Grosse installation pour un set derrière les platines : deux murs d’au moins 4 mètres de haut surplombent la scène où la console de mix se trouve perchée en hauteur. Ces écrans s’éclaireront tout au long du concert en différentes formes géométriques empruntant toutes les couleurs. Cela fait son effet, mais on reste sur notre faim, le son ne nous emballe pas plus que ça, le jeu de lumière est redondant.

A ne pas manquer, Mekanik Kantatik arrive sur la scène Cabaret. L’installation parait minimaliste et pourtant compliquée avec seulement un piano sur scène mais trafiqué dans tous les sens, une truelle accrochée, des guirlandes de leds par-ci par-là, et un homme débarquant en son habit blanc, dont une sympathie naturelle nous accroche.

La recette fait mouche et c'est comme découvrir un nouveau genre musical. Nicolas Cante, de son nom, fait toute sorte de manipulation avec son installation, des lumières s'allument de toute part dans et sur le piano, une véritable joie communicatif envahit l’audience. Nicolas danse, le public en fait de même, emporté par l'univers du personnage. Au vu des sourires, tout le monde est emballé et c'est tant mieux pour un artiste autant généreux dans son art.

Comme dit plus haut, nous vous invitons à découvrir son interview débordante de naturel et d’honnêteté dans les prochaines éditions de Froggy’s Delight.

Un de nous a malheureusement dû quitter ce concert pour celui de BreakBot qui avait lieu en même temps. Autre salle, autre style : électro-disco-power-pop à facettes. Pas vraiment emballé par ce qui s’apparente à de la house disco, le visuel est sympa avec des jeux de lumière bien travaillés aux couleurs fluo en accord avec la musique, et trônant sur scène la plateforme du dj à l’image d’une grande bouche féminine. Il faut tout de même admettre que la scène 1 du festival était blindée avec un public chaud comme la braise.

Le temps passe à une vitesse folle, et il est déjà plus d’1h du matin, ce qui nous fait rappeler que le set de James Murphy (LCD Soundsytem) commence sous peu. Direction donc le frais sous le chapiteau de la grande scène. James Murphy pose un bon son sur scène dans une ambiance lumineuse très sombre, dans un dj set de qualité. Le public est conquis, quoique en attente d’un bon titre de LCD Soundsytem qui n’aura lieu.

Retour au rock : Joy Division, forcément c'est "in" en ces temps, à ne voir que les groupes fleurissant à foison dans cette lignée, mais rares sont ceux qui parviennent en un produit aussi bien abouti et réussi que les Juveniles.

Retour sur la scène Cabaret, un problème de balance fait impatienter le public qui, en mode festival, se laisse vite tenter par errer à d’autres ambiances.

Les débuts sont donc difficiles, toujours quelques soucis avec les volumes sonores des instruments et du chant. Mais les Juveniles sont là et bien présents, et comptent bien le faire entendre. Ainsi ils appellent en l'encouragement du public et se lancent dans des riffs redonnant du tonus à eux et au public qui s’emballe sur ce son new wave. Ouf ! Juveniles a repris du poil de la bête et se débrouille plutôt bien. Le titre "We Are Young" assure un succès garanti auprès des fans assez nombreux.

Toujours très présente, la foule s’ammasse rejoindre les deux compères de 2Manydjs déballer assurément un set des plus enflammés.

Pas de déception, les titres remixés par leurs soins sont exécutés avec une grande dextérité. On croirait assister à l’explosion du cocktail Molotov illustrant cette édition de Marsatac, tout le monde danse, saute, s’éclate. C’est impressionnant à quel point l’espace peut encore être rempli à près de 3h du matin. Petite surprise, James Murphy les précédent, fait une brève apparition à leurs côtés empruntant une platine pour un jam très bon esprit.

Deux heures de show passent, il est près de 5h du matin et avec ces trois nuits dans les pattes, nous sommes un peu (beaucoup) sur les rotules.

Marsatac clôturera sur le set de James Holden qui, sans trop nous avancer, a dû à coup sûr garder le dancefloor intacte de son ambiance enflammée.

Pour la suite du festival, l’évènement gratuit Aires Libres du lendemain au parc Longchamp n’a malheureusement pas eu lieu, faute d’une mauvaise condition météo.

A noter, pour cette année, l’effort écologique du festival en limitant au maximum les impressions papier au profit d’un programme sous forme d’appli smart-phone, navettes gratuites pour la région, parc gratuit à vélos, on a cependant été étonné dans ce sens de ne pas disposer de verres consignés.

Cette édition de Marsatac 2012 fut celle de tous les records avec un total de 35.000 festivaliers, 300 artistes pour 70 concerts, 6 jours de festival sur Nîmes et Marseille. Mais le principal est qu’en regardant autour de nous, les visages ne trompent pas, les gens étaient conquis et heureux, une véritable réussite donc.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Everything Was Beautiful and Nothing Hurt de Mina May
La chronique de l'album Shoegazing Kids de Stuck in the Sound
Stuck In The Sound parmi une sélection de singles (septembre 2011)
La chronique de l'album Pursuit de Stuck in the Sound
La chronique de l'album Billy Believe de Stuck in the Sound
Stuck In The Sound en concert au Café de la Plage (1er février 2005)
Stuck In The Sound en concert à La Maroquinerie (15 décembre 2005)
Stuck In The Sound en concert à Fête de la Musique 2007 (21 juin 2007)
Stuck In The Sound en concert au Bataclan (mai 2009)
Stuck In The Sound en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
Stuck In The Sound en concert au Festival FNAC Indétendances 2009
Stuck In The Sound en concert à Main Square Festival 2012 - Programmation
Stuck In The Sound en concert à Main Square Festival 2012 - Vendredi
Stuck In The Sound en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - jeudi
Stuck In The Sound en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - jeudi - 2ème
Stuck In The Sound en concert au Festival Rock en Seine 2012 - Programmation du dimanche
Stuck In The Sound en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Marseille
L'interview de Stuck in the Sound (vendredi 22 mars 2019)
La chronique de l'album Try Out / By Pass de Kas Product
Erevan Tusk parmi une sélection de singles (octobre 2011)
La chronique de l'album Fortify your Innocence de Erevan Tusk
La chronique de l'album Foreign Lines de Erevan Tusk
La chronique de l'album Devotion de Kap Bambino
Kap Bambino en concert au Festival Le Cabaret Vert #8 (jeudi 23 août 2012)
La chronique de l'album Floor Show de Baxter Dury
La chronique de l'album It's A Pleasure de Baxter Dury
Baxter Dury en concert au Festival La Route du Rock - Collection Hiver 2006
Baxter Dury en concert au Festival Les Paradis Artificiels #6 (édition 2012) - mardi 17 avril
Baxter Dury en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2012 - 11ème édition
Baxter Dury en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2012 - 11ème édition - Vendredi
Baxter Dury en concert au Festival La Route du Rock #24 (samedi 16 août 2014)
Baxter Dury en concert au Festival de Beauregard #7 (édition 2015) - Vendredi
BRNS en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2013 - vendredi
BRNS en concert au Festival Hop Pop Hop #2 (édition 2017) - vendredi 15 septembre
BRNS en concert au Festival Rockomotives #26 (édition 2018) - Vendredi
La chronique de l'album Sounds... from my Piano de Mekanik Kantatik
La chronique de l'album Are you kantatik ? de Mekanik Kantatik
Mekanik Kantatik en concert au Fil (5 mars 2009)
Mekanik Kantatik en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (mercredi 14)
Mekanik Kantatik en concert à La Maroquinerie (vendredi 4 novembre 2011)
L'interview de Mekanik Kantatik (21 avril 2009)
L'interview de Mekanik Kantatik (samedi 29 septembre 2012)
BreakBot en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012)
BreakBot en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012) - Dimanche 16 septembre
BreakBot en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Vendredi
BreakBot en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #28 (édition 2016) - Vendredi 1er
James Murphy en concert au Festival de Dour 2004 (jeudi)
James Murphy en concert au Festival International de Benicàssim #17 (vendredi 15 juillet 2011)
Juveniles en concert au Festival Art Rock 2012 - vendredi, samedi et dimanche
Juveniles en concert au Festival Jardin du Michel #9 (édition 2013) - vendredi et samedi
Juveniles en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Jeudi
Juveniles en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Dimanche
2Manydjs en concert au Festival Pukkelpop 2010 (samedi 21 août 2010)
James Holden dans la rubrique Ni Vus Ni Connus

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Marsatac
Le Myspace du Festival Marsatac
Le Facebook du Festival Marsatac

Crédits photos : Sébastien Trivellin (retrouvez toute la série sur son Flickr)


Séb.T & Julie B.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=