Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Petite
Théâtre de la Colline  (Paris)  octobre 2012

Comédie dramatique écrite et mise en scène par Anna Nozière, avec Virginie Colemyn, Fabrice Gaillard, Camille Garcia, Martial Jacques, Claire-Monique Schere et Delphine Simon.

Dire d'emblée que le texte laisse perplexe, que le ton choisi par Anne Nozière intrigue et interroge : est-on devant une œuvre franchement cérébrale, d'un intellectualisme débridé, une œuvre pleine de dédales et de chausse-trapes, quelque chose qu'il faut appréhender en mobilisant toutes ses capacités réflexives ou - hypothèse hardie et iconoclaste - est-on devant une mystification, une œuvre qu'il faut et lire et vivre au second voire au énième degré ?

Pour la seconde hypothèse, celle d'un jeu sur le théâtre, il y a constamment dans la pièce des ruptures posées comme autant d'indices d'un "sérieux alternatif". L'exemple le plus frappant est une longue conférence de presse, presque hilarante, où, alignés sur des chaises à l'avant-scène, les acteurs jouant des acteurs répondent aux questions les plus saugrenus sur la "Petite" de "La Petite" provenant d'un public imaginaire qui pourrait très bien être le vrai qui leur fait face et qui s'interroge sur tout ce qu'il voit ou croit voir.

Et puis, il y a ce début singulier : les acteurs viennent devant la scène saluer le public, pratiquer des rappels, rendre hommage à la régie lumière, etc... Qu'une pièce commence par la fin d'une pièce et ses rituels doit nécessairement interpeller. Et ce n'est là que le premier des tours et des détours de la mise en scène d'Anne Nozière.

On se doute alors qu'une partie du public préparé au confort d'une "pièce normale" où tout est prémaché, expliqué et surexpliqué, et non pas à un spectacle en train de se faire et de se défaire devant lui, ne trouve son salut que dans la fuite. Elle a grand tort, cette minorité fuyant les faux-fuyants d'Anne Nozière.

Car "La Petite", avec ses scènes qui reviennent sans cesse, avec ses variations qu'il faut s'amuser à décrypter, avec ses personnages flous qui ne sont pas toujours ce qu'on croit qu'ils sont, n'est pas plus compliqué à suivre qu'un film de Raoul Ruiz ou d'Alain Resnais, qu'une construction littéraire de Robert Pinget ou d'Alain Robbe-Grillet.

Ici on est dans le "glissement progressif vers le ludique". Et qu'importe, si ce qu'il faut comprendre et ce qu'on croit comprendre ne coïncident pas mathématiquement.

Il règne dans "La Petite" un climat propice à l'émotion aléatoire, avec ces cadavres d'un bébé et d' une enfant si bien imités, ces personnages en quête d'amour et de reconnaissance.

Si on fait l'effort de se laisser aller à écouter, on finira par entendre ces voix dont le drame intime peut résonner en nous. Si on fait l'effort d'admettre un théâtre d'un autre temps, où passé et futur se mélangent entre mélo et avant-garde, si l'on admet qu'une œuvre peut se construire et se déconstruire pendant que se déroule la représentation, on prendra plaisir à cette énigme dont chaque mystère renvoie au secret d'une vie, celle de la "Petite", peut-être...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 07 juillet 2024 : La culture, pour toujours

Les grenouilles prennent la route d'Avignon et nous vous livrerons nos chroniques quasiment au jour le jour exceptionnelement ! En attendant, voici le programme de la semaine. Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y serons avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
et toujours :
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=