Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Müller Machines
Maison de la Poésie  (Paris)  octobre 2012

Montage de textes de Heiner Müller mis en scène de Wilfried Wendling, avec Denis Lavant, Cécile Mont-Reynaud et Kasper T. Toeplitz.

Théâtre, arts du cirque, musique, danse, toutes les disciplines sont conviés dans ce "Müller Machines", spectacle total qui s'organise autour de trois textes de l'écrivain allemand Heiner Müller.

Dans une forêt de cordes, le corps de la danseuse aérienne Cécile Mont-Reynaud est saisi par les effets de lumière bleue d'Annie Leuridan et les fragmentations musicales de Kasper T. Toeplitz. Survient alors, d'abord en contrepoint, puis en solo, l'acteur Denis Lavant porteur de la parole d'Heiner Muller.

On pourrait craindre qu'il emporte tout par sa présence électrique, tonitruante. Mais il sait modérer sa puissance, se donner entièrement à la mesure du texte.

Cette multiplicité de sources et de pôles pourrait créer une dispersion, une perte de sens. C'est tout le contraire qui se produit. Sans doute, le travail de Wilfried Wendling, véritable maître d'oeuvre en charge de la mise en scène, de la musique et de la vidéo, permet de rassembler au lieu de disperser, de tout mettre au service des textes d'Heiner Muller.

Entre le gore et le mythologique, la simple histoire et l'épopée des Dieux et des Héros, Wilfried Wendling a choisi trois moments d'écriture d'Heiner Müller qui ne se répètent pas mais forment une chaîne poétique sans aspérités, servie par le talent brut, mais répétons-le jamais brutal, de Denis Lavant. On communie avec lui, avec toute l'énergie qu'il déploie pour servir l'écrivain autrichien. On saisit au mieux l'intérêt de cette prose qui emporte.

Peut-être le spectacle gagnerait à démarrer un peu plus vite, à moins s'appesantir sur cette forêt de cordes plongée dans cette étrange lumière bleue et nimbée dans une atmosphère de musiques des sphères.

Mais une fois l'écueil de ce prologue passé, de cette mise en place sans doute nécessaire pour créer le climat qui emporte ensuite la conviction, on plongera sans plus aucune réticence dans l'univers poétique de Müller.

Avec la fusion plus que l'addition de tous les éléments apparemment hétéroclites, est atteinte la bonne dimension, la dimension poétique, celle qui touche au cœur.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

Abonnez vous à la Newsletter pour recevoir, outre les mises à jour en avant première, des infos de première importance et peut être des choses dont vous n'avez même pas encore imaginé l'existence et l'impact sur votre vie... et nous non plus.

se désabonner, changer son mail ... c'est ici!


» Contacter un membre ou toute
   l'équipe (cliquez ici)


Afficher les chroniques d'un membre :

Liste des chroniques... Cécile B.B.
Liste des chroniques... David
Liste des chroniques... Didier Richard
Liste des chroniques... Fred
Liste des chroniques... Jean-Louis Zuccolini
Liste des chroniques... Julien P.
Liste des chroniques... LaBat’
Liste des chroniques... Laurent Coudol
Liste des chroniques... Le Noise (Jérôme Gillet)
Liste des chroniques... Margotte
Liste des chroniques... MM
Liste des chroniques... Monsieur Var
Liste des chroniques... Nathalie Bachelerie
Liste des chroniques... Nicolas Arnstam
Liste des chroniques... Paola Simeone
Liste des chroniques... Philippe Person
Liste des chroniques... Rickeu
Liste des chroniques... Séb.T

 

Les articles de ce site sont la propriété de froggydelight.com et de leurs auteurs.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=