Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Pitchfork Music Festival #2 (édition 2012) - samedi 3 novembre
Isaac Delusion - Cloud Nothings - Purity Ring - Twin Shadow - Liars - Death Grips - Breton - Grizzly Bear - Disclosure - Totally Enormous Extinct Dinosaurs - Rustie - Simian Mobile Disco - Julio Bashmore  (Grande halle de la Villette, Paris)  du 1er au 3 novembre 2012

Jour III : Tricots en laine / fureur et poésie / nuit blanche

L’affiche de ce dernier jour mérite presque à elle seule de venir au festival. Et signe qui ne trompe pas, c’est une nouvelle fois archi-complet. Un rendez-vous avec Roman Rappak, le chanteur de Breton, nous empêche d’assister vraiment au concert d’Isaac Delusion qui semble bien perdu dans cette grande salle.

C’est du Super Market que nous assistons à la prestation plutôt rock de Cloud Nothings. Rapidement, le Super Market est une sorte de brocante 4.0 où l’on trouve tout un tas de créatrices chics et distinguées, mélange de petits bijoux fait mains, de sacs tricotés, de babioles… Les Américaines adorent, leurs amis moustachus également ! Je rigole mais j’ai craqué également.

C’est au tour de Purity Ring d’investir la scène. Assez inconsistant sur disque, on sent pourtant dès "Belispeak" qu’il va se passer quelque chose. La préparation du show a été longuement étudiée. On devine que rien n’est laissé au hasard ce qui a pour résultat un spectacle surprenant. En effet, la dream pop cristalline et rêveuse, enfantine aussi, se marie parfaitement aux jeux de lumière créés par tout un tas de lampions suspendus dans les airs et à la voix aérienne, aux faux airs parfois de Björk, de Megan James et aux instruments inventés par Corin Roddick. "Shuck" termine en beauté cette délicate découverte.

Le temps d’aller boire une bière et nous filons voir Twin Shadow. Le concert commence directement par "Golden Light" et on a vite compris que George Lewis Jr a décidé de muscler sa musique et de performer au maximum. Galvanisé par la foule, Twin Shadow enchaîne les titres, de notre coté et comme beaucoup de monde, nous quittons la salle face à ce spectacle désobligeant dès "Run My Heart". En live, ou en tout cas ce soir là, Twin Shadow se transforme en un monstre rock FM. Je ne parlerais pas ici de la version de tourner les serviettes/t-shirt proche du ridicule.

Qu’importe Twin Shadow puisque nous avons Liars. Liars, c’est un peu la preuve que s’il existe des punks à chien, il existe des punks à cerveau ! "Brats", "WIXIW", et la foule exulte, "Let’s No Wrestle Mt. Heart Attack" et "Scarecrows On A Killer Slant" finissent de mettre le public à genoux. Version démoniaque de Pedro Winter, Angus Andrew électrise La Villette. Ca sent le cuir, le souffre. Le groupe enflamme les esprits sur "Flood To Flood" alors que sur un écran géant tourne un film dingo tout en ellipse montrant les musiciens en studio. Prêtre de l’apocalypse, Angus Andrew se déhanche comme possédé, dans une atmosphère ténébreuse de fin du monde. La tension est permanente, le spectre latent, et l’electro-rock de Liars une véritable lame de fond. On pense à Ministry, à une version moderne de Suicide. "No 1 Against The Rush" donne des frissons, le reste du set "Plaster Casts Of Everything" et "Broken Witch" est une apothéose. Le trio Américain aime la recherche sonore et les expérimentations, il prouve aussi qu’il est capable de concerts dantesques !

Par respect pour sa maison de disque, ou pas, nous évitons soigneusement Death Grips. Juste le temps de se rendre compte qu’ils avaient réussi à grand renfort de lumières rouges et de chanteur torse nu et bombé à transformer la grande Halle en peep show. C’est vulgaire, ça hurle c’est surtout largement surestimé.

Dire que j’aime Breton, mes amis vous le diront, c’est un euphémisme. Dernier groupe à être apparu sur l’affiche, je suis déçu qu’ils passent juste avant Grizzly Bear, ce qui nous obligera à écouter les deux derniers titres de l’autre côté de la salle. Une inversion avec les horribles Death Grips aurait peut-être été plus judicieuse, avis partagé par pas mal de festivaliers. Breton commence fort avec "15x", "Pacemaker", "Episodes" et "Edward The Confessor". Moins à l’aise que dans une salle à taille plus humaine, le groupe n’en reste pas moins excellent et efficace. Sourire aux lèvres, Roman Rappak, comme les autres membres du collectif, semble prendre beaucoup de plaisir à jouer. La grande halle se transforme en laboratoire alors que retentissent "Wood and Plastic", "Interference", "Governing Correctly" ou "Population Density" dédicacé à tous leurs fans.

Moins proche que dans la tournée française, Roman Rappak est un peu moins loquace en français et préfère souvent l’anglais pour haranguer la foule. Pas bête, il sait que le public n’est que très partiellement composé de Français. Qu’importe ! La musique de Breton s’échappe et rebondit sur les arches art nouveau comme une danse diabolique. Le public est en joie et danse. Comme à son habitude, les musiciens sont accompagnés d’un vidéaste véritable valeur ajoutée au concert. L'épileptique "Jostle", "Ordnance Survey" et il est temps si l’on veut être pas trop mal placé d’aller vers la scène de l’autre côté. On écoutera donc de loin "Foam" et "December" en clôture d’un set une nouvelle fois excellent de la part de nos amis Anglais.

Il n’y a aucun doute, s’il y a autant de monde ce soir, c’est pour voir Grizzly Bear. Une position de tête d’affiche loin d’être usurpée au vu de leur discographie et de leur dernier album Shields qui est à mon sens le plus beau disque de l’année. Comme quoi, on peut adorer cette musique et ne porter ni moustache, ni bonnet de nain de jardin, ni de chemises à glands. Comme quoi, on pouvait aller à ce festival juste pour la musique…

23h10 : Grizzly Bear entre sur scène et un frisson, qui ne me quittera plus, me parcourt. "Speak In Rounds", "Sleeping Ute", je suis ailleurs, et je ne suis pas le seul ! L’ambiance est magique et tient presque du surréalisme. Grizzly Bear n’a pas besoin d’un light show gigantesque ou d’une mise en scène extraordinaire pour transporter les gens, ils laissent ça aux poseurs, il leur suffit de quelques lumières cylindriques, belles à l’image de leur musique, vagabondant dans les airs pour nous faire rêver. "Yet Again" solaire nous transporte plus que de raison et termine dans une cavalcade de guitares alors que "A Simple Answer" nous fait voyager loin, très loin. Grizzly Bear nous parle au cœur, et le renverse à chaque accord, à chaque note. Il est regrettable que le son ne soit pas à la hauteur de la prestation du groupe, de haute volée ce soir.

Les titres s’enchaînent : "Gun-shy", "Ready Able", "I Live with You", "Foreground", Grizzly Bear est au sommet de son art. La maîtrise est totale et le groupe joue avec nos émotions en alternant moments de tensions et détentes, comme seul sait aussi bien faire Radiohead. Faire la première partie des Anglais sur leur tournée In Rainbows leur a sûrement appris à jouer aux montagnes russes avec nos sensations. "Knife" est repris en cœur par la foule. Les voix d’Ed Droste et de Daniel Rossen s’entremêlent à merveille, chacun apportant sa pierre à ce superbe édifice. "While You Wait For The Others", "Two Weeks", "Half Gate" et le groupe termine en apothéose avec "Sun In Your Eyes". Les lumières se rallument, le rêve est terminé. Il me faudra de longues minutes avant de redescendre, avant de tout comprendre et de garder en mémoire ces moments d’éternités.

La suite ? La grande halle s’est transformée en un club géant sous la houlette de Disclosure, de Totally Enormous Extinct Dinosaurs, de Rustie, des attendus Simian Mobile Disco et de Julio Bashmore. De quoi faire passer une nuit blanche aux festivaliers !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Rust and Gold de Isaac Delusion
Isaac Delusion en concert au Festival Fireworks! #2 (édition 2013) - jeudi 14 février
Isaac Delusion en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Samedi
Isaac Delusion en concert au Festival Artrock 2015
La chronique de l'album Attack on memory de Cloud Nothings
La chronique de l'album Here and Nowhere Else de Cloud Nothings
Cloud Nothings en concert au Festival La Route du Rock #22 (dimanche 12 août 2012)
La chronique de l'album Another Eternity de Purity Ring
La chronique de l'album They were wrong so we drowned de Liars
La chronique de l'album Drum's not dead de Liars
La chronique de l'album Mess de Liars
Liars en concert à La Boule Noire (19 novembre 2003)
Liars en concert au Tryptique (15 mai 2004)
Liars en concert au Festival Art Rock 2004 (Jeudi)
Liars en concert au Festival La Route du Rock 2006 (vendredi)
Liars en concert au Festival La Route du Rock 2010 (vendredi)
Liars en concert au Festival La Route du Rock #24 (vendredi 15 août 2014)
Liars en concert à La Machine (jeudi 9 octobre 2014)
L'interview de Liars (novembre 2007)
La chronique de l'album Other People's Problems de Breton
La chronique de l'album War Room Stories de Breton
Breton en concert à Cadran Breton (10 janvier 2004)
Breton en concert au Festival Art Rock 2012 - vendredi, samedi et dimanche
Breton en concert au Festival La Route du Rock #22 (samedi 11 août 2012)
Breton en concert au Festival Beauregard #6 (édition 2014)
Breton en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - dimanche
Breton en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2014 - Samedi
Breton en concert au Festival Fnac Live #4 (édition 2014)
L'interview de Breton (samedi 3 novembre 2012)
L'interview de Breton (février 2014)
La chronique de l'album Yellow House de Grizzly Bear
Grizzly Bear en concert au Festival La Route du Rock 2006 (dimanche)
Grizzly Bear en concert au Nouveau Casino (4 septembre 2006)
Grizzly Bear en concert au Festival Primavera sound 2007 (samedi)
Grizzly Bear en concert au Festival La Route du Rock 2009 (dimanche)
Grizzly Bear en concert au Festival La Route du Rock #28 (édition 2018)
Disclosure en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Dimanche
Disclosure en concert au Festival La Route du Rock #23 (Samedi 17 août 2013)
Disclosure en concert à Pitchfork Music Festival Paris #3 (édition 2013)
Disclosure en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - vendredi
Disclosure en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019) - Dimanche 7 juillet
Simian Mobile Disco parmi une sélection de singles (mars 2007)

En savoir plus :
Le site officiel du Pitchfork Music Festival
Le Facebook du Pitchfork Music Festival


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=