Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Travaux forcés
Mark Safranko  (13 E Notes Editions)  janvier 2013

"Travaux forcés" constitue le deuxième volume de la quadrilogie autofictionnelle de l'écrivain américain Mark Safranko initiée avec "Dieu bénisse l'Amérique" au terme duquel, dans les années 50-60, Max Zajack, son avatar littéraire, survivait à une enfance "à la Zola" dans une famille de deuxième génération d'émigrants polonais n'ayant pas réussi à s'extraire de la condition ouvrière et une ville manufacturière délétère qui ne participaient pas vraiment de l'American dream.

Victime de maltraitance à la maison, souffre-douleur patenté à l'école et spécialiste des acoquinages adolescents, il narre cette enfance placée sous la trinité tabac, alcool et drogue comme une épopée tragi-comique qui oscille, grâce à l'humour et une certaine forme d'autodérision rétrospective, entre pathétisme et truculence.

Difficile toutefois d'en sortir indemne : rescapé, voire miraculé, grâce à une stratégie spontanée basée sur la force d'inertie, et le détachement mental mais non sans séquelles.

Outre l'atavisme - les chiens ne font pas des chats surtout quand ils sont psychotiques - et l'addiction à la trinité "beat", tabac, alcool et drogue - c'est d'ailleurs dans l'after d'un bad trip à la mescaline que commence ce deuxième tome - la conséquence la plus dommageable est le rejet du principe de réalité avec pour corollaire une seule règle, le principe de plaisir ("La plupart du temps, je pensais aux bouquins, à la musique et à toutes le filles que j'allais me taper").

A 20 ans, Max Zajack aborde sa vie de jeune adulte, sans diplôme, sans qualification professionnelle, et surtout sans envie de travailler.

Ce qui ne l'empêche pas d'avoir un idéal, une vie sans travail ("...par travail j'entends une activité déplaisante et ennuyeuse exercée uniquement pour subvenir à ses besoins...".

Et également de nourrir une ambition démesurée, celle d'être un artiste génial ("Je voulais être le prochain Dostoïevski") et sans concession au regard des canons de la culture américaine ("Pour gagner à jamais le coeur de l'Amérique, il suffisait d'écrire une chanson niaise, un roman à l'eau de rose ou quelques comédies musicales"), tout en ne sachant pas encore dans quel art sauf qu'il ne doit pas nécessiter une trop grande dépense physique. Ainsi, a-t-il tôt fait d'écarter la musique ("Le mythe du petit groupe de rock n'est rien d'autre que ça, un mythe pitoyable. Une vie de chien harassante, sans merci").

S'il refuse de s'inscrire pour la course à l'échalote de la méritocratie et dénigre les privilèges issus d'une naissance fortunée, il ne cracherait pas dans la soupe à l'oseille s'il avait une cuillère ("Dans mes fantasmes, je voyais déjà un contrat avec une maison de disques, du sexe à gogo et l'argent qui coulait à flots").

En attendant, il doit se résoudre à effectuer des petits boulots alimentaires, les fameux "bad jobs", selon sa conception bien personnelle du travail ("ce travail était censé me permettre de fuir la réalité et de me cacher, tout en empochant un salaire") qui s'apparente au mécénat qui devrait être la règle pour celui qui se voit en "aspirant écrivain" ("... artiste avant tout : il a besoin d'une cachette pour rêver et s'épanouir. Il n'est pas adapté au quotidien").

Bien évidemment, il ne doit pas être fatigant mais l'anti-héros Zajack est allergique à tout travail, même intellectuel préférant, à tout prendre, un boulot débile ("Au moins, mon esprit serait libre de vagabonder"). Epuisé au bout d'une demi-heure, son seul souci est de trouver une planque pour ne rien faire ou mieux pour lire. Cela dure ce que cela dure, juste le temps d'amasser un petit pécule lui permettant de buller le plus longtemps possible entre boulimie de lecture et onanisme frénétique.

L'oisiveté, mère de tous les vices, est aussi celle de la divagation et de la neurasthénie ce qui le mine, ainsi que d'un ennui qui annonce celui qui fera des ravages dans la génération suivante.

De ses parents, il a hérité non seulement l'instabilité psychique, les nerfs à vif ("J'avais toujours eu tendance à osciller entre la déprime et les bouffées d'angoisse, mais là c'était pire que tout. J'étais sujet à des crises de panique d'une violence primitive et je faisais des cauchemars terrifiants"), mais également quelques déplaisants traits de caractère, tenant à la xénophobie et à l'antisémitisme ("Je n'étais pas un gamin juif précoce à qui on serinait depuis le berceau qu'il était la huitième merveille du monde"), et surtout le penchant au ressentiment non constructif.

Amertume, acrimonie et envie nourrissent ses vitupérations contre l'élitisme social ("Je n'avais étudié ni à Harvard ni à Princeton, ni dans aucune autre des prestigieuses universités privées de l'Ivy Ligue") sous couvert de bannière libertaire ("Tout ce dont j'étais sûr, c'était que je méprisais le monde bourgeois"), qui constitue davantage une affirmation de principe qu'une vision politique ou une conscience de classe. Car il refuse de rester dans la condition ouvrière ("L'idée de rester un clampin anonyme me terrifiait").

Face à une réalité insatisfaisante et un comportement qui ressortit à la stratégie de l'échec, tiraillé entre des éclairs de lucidité sur sa fainéantise et ses capacités ("C'est pas évident de réussir dans la vie quand on est bon à rien"), la culpabilité et l'excuse absolutoire de la fatalité, la faute des autres vient à la rescousse, la faute de la naissance, de la société et de Dieu ("Moi, maudit depuis le jour de ma naissance, je maudissais Dieu, le monde et toutes choses").

L'écriture de Mark Safranko est toujours d'un efficace naturalisme pulp mais si le premier tome, une vraie pépite dont la lecture préalable s'avère indispensable pour comprendre la personnalité du personnage, appelait la compassion sur le sort du jeune garçon dont l'histoire épinglait l'American way of life, "Travaux forcés", qui suit un sillon creusé jusqu'à l'exsanguinité depuis Bukowski, peine à accrocher pleinement l'attention sur l'énième dérive adulescente d'un archétypal "serial-fucker borderline".

Cela étant, le lecteur aura néanmoins envie de connaître la suite des aventures de celui qui, dès la deuxième page, fait, en quelque sorte, amende honorable en écrivant : "J'étais con".

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "Dieu bénisse l'Amérique" du même auteur


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=