Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Aral
Cécile Ladjali  (Actes Sud)  janvier 2012

Située entre le Kazakhstan au et l'Ouzbékistan, la Mer d’Aral était une paisible étendue d’eau d’un bleu limpide qui faisait rêver plus d’un préhisto-man. Oui mais, la civilisation et ses idées à la con ont décidé de planter du coton en amont, sauf que les champs de cotons dans ces régions, c’est un peu comme faire pousser du riz dans le désert de Gobi, ça manque un peu d’hydratation. Mais c’était sans tenir compte du génie des hommes (ah non, pardon, des ingénieurs en hydraulique avancée) qui pallièrent à ce manque en se servant dans ces fleuves dégoulinants à leur porte : Amou-Daria et Syr-Daria. Sachant qu’ils finissent leur course dans la Mer d’Aral… Conséquence ? Si on coupe un robinet, la baignoire ne se remplit plus !

Voici la triste histoire de la mer d’Aral, inexorablement destinée à l’assèchement total depuis les années 60, elle diminue sans cesse, au point de n’être aujourd’hui qu’une simple flaque dans laquelle barbote une raie solitaire. C’est la trame que Cécile Ladjali choisit pour son roman sobrement intitulé Aral. Dans la petite ville de Nadezhda, au Kazakhstan, dans les années 80, Alexeï et Zena s’aiment avec le même scénario que la mer.

L’étendue de la Mer d’Aral diminue, les maladies et virus prennent d’assaut la ville, les capacités auditives d’Alexeï diminuent, sa paranoïa prend d’assaut son cœur, la confiance qu’Alexeï porte à sa femme diminue, la jalousie prend d’assaut son couple… Zena part. Alexeï reste seul avec son violoncelle et sa musique, il part à la recherche de la huitième note, celle qui aboutirait à "l’éternelle présence"… ça, c’est pour l’histoire telle qu’on doit la résumer (sans raconter la fin, évidemment, une happy end comme il en existe de moins en moins).

Mais au-delà du texte et des mots, Cécile Ladjali fait preuve de la rare qualité de la "plume intelligente", c’est-à-dire qu’elle ne se contente pas de raconter une histoire, à travers son roman, c’est non seulement l’histoire d’un pays qu’elle nous transmet, mais c’est aussi la nôtre. Parce que ses mots font écho aux grandes lignes des vies : le manque de communication d’un couple entrainant une distance de l’un envers l’autre, les catastrophes (pas si naturelles que ça) nées de la folie des hommes, la recherche perpétuelle de l’ultime truc qui nous mènera plus haut vers la sagesse, le passé, la bonne étoile, la force de donner le coup de talon nécessaire à la renaissance…

Alexeï pourrait l’homme "beta", celui qui a servi pour modeler nos histoires… Cherchez bien, vous avez tous eu un moment où tout s’est cassé la figure, où vous vous êtes sentis seuls au milieu de nulle part, au bord d’un lac desséché et sans vie, et puis une étincelle venue de nulle part (ou du fond de vous-même) vous a donné une force pour ré alimenter le puits de votre espoir, comme de nouvelles armes pour affronter le monde avec une vision plus partiale. Oui, vous avez compris, ça s’appelle grandir tout ça...

Pour terminer, malgré une tonalité triste, sur fond de larmes de violoncelle, Cécile Ladjali livre un énième roman frisant la perfection au niveau de la communion du contenu et du contenant, ses personnages prenant la dimension d’idées, et vice versa, des faits incarnés dans de lointains habitants du Kazakhstan, qui cherchent aussi "le chemin qui mène à soi", comme tout un chacun.

Il faut ajouter quand même que cette Cécile ne sort pas de nulle part, elle cumule les casquettes d’enseignante en littérature à la Sorbonne Nouvelle, mais aussi auprès de lycéens sourds, elle a publié plusieurs romans dans des contextes variés (de la première Guerre Mondiale à Hamlet, en passant par l’Angleterre victorienne), chroniqués pour Arte dans une émission littéraire… Une sacré intello qui en a encore à nous apprendre, vivement le prochain bouquin !

 

Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 mai 2024 : On prépare le summer brain

Le summer brain, c'est comme le summer body mais pour les gens qui préfèrent en avoir dans la caboches plutôt qu'épater la galerie avec leurs pectoraux. Chez Froggy's on essaie de fournir de la matière grise depuis plus de 20 ans ! et n'oublez pas, vendredi 26 c'est la MAG #86 en direct sur notre TV !
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"L'écho des brasiers" de Arbas
"Can't kill me twice" de Blue Deal
"Pasticcio, Paris 1801" de Ensemble Hexaméron
"Venta rumba" de Ezéchiel Pailhès
"I wanna be like you" de Florian Noack
"Le futur est génial" de Jules & Jo
"Bach - Cello suites" de Thomas Jarry
La saison des festivals commencent :
- More Women On Stage #3 avec Jeanne Added, Venin Carmin, Fallen Lillies...
- Rock In The Barn #15 avec Unschooling, JC Satan, Johnnie Carwash ...
et toujours :
"Amour noir" de Bad Juice
"Session" de Bruit d'Avril
"Tonight will only make me love you more" de Caesaria
"What the thunder said" de Elysian Fields
"Une vie cool" de Matt Low
MATW, Soft Michel, Sun, Sunshade, Seppuku, Servo et Dye Crap à découvrir
"The Lake" de Morgane Imbeaud
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"London tropical" de Space Alligators
"Slydee" de Sylvain Daniel
"Nos chansons préférées de WHY" c'est le 30ème épisode du Morceau Caché

Au théâtre :

les nouveautés :

"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon

"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon
et toujours :
"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
des reprises :
"Rembrant sous l'escalier" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Du cinéma avec :

"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier

"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

"C'était mon chef" de Christa Schroeder
"L'embrasement" de Michel Goya
"Nouvelle histoire d'Athènes" de Nicolas Simon

"Hervé le Corre, mélancolie révolutionnaire" de Yvan Robin
"Dans le battant des lames"' de Vincent Constantin
"L'heure du retour" de Christopher M. Wood
"Prendre son souffle" de Geneviève Jannelle
et toujours :
"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=