Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tristesse animal noir
Théâtre de la Colline  (Paris)  janvier 2013

Comédie dramatique de Anja Hilling, mise en scène de Stanislas Nordey, avec Valérie Dréville, Vincent Dissez, Thomas Gonzalez, Moanda Daddy Kamono, Frédéric Leidgens, Julie Moreau, Laurent Sauvage et Lamya Regragui.

Anja Hilling est une jeune dramaturge allemande prometteuse précédée d’une grande réputation qui lui ouvre les portes des théâtres du monde entier.

Écrite en 2008, "Tristesse animal noir" est une de ses œuvres les plus abouties, ce qui lui vaut aujourd’hui les honneurs de la grande salle du théâtre de la Colline.

Condensé de l’air bobo du temps, c’est un texte qui peut aussi bien intéressé qu’irrité puisqu’il fait fi des lois traditionnelles de la dramaturgie théâtrale. En effet, ce qu’il construit il peut le déconstruire dans la partie suivante.

En 2 heures 20, vont ainsi se succéder des moments de tension et des phases de relâchement. Un moment soumis à l’insoutenable, le spectateur est déposé quelques minutes plus tard en pleine banalité. Une banalité tenace et décevante, quelque peu artificielle dans la troisième partie, long épilogue qui prétend annoncer un retour à la vie, à la ville, de ces personnages en quête de nature.

"Tristesse animal noir" commence comme une balade en forêt. Six personnages, inscrits sous un néon où est calligraphiée "la fête", ont garé leur "Combi" Volkswagen dans une clairière et s’apprêtent à pique-niquer, à installer leur barbecue. Ce groupe hétéroclite et consanguin d’amis ou d’amants, d’homos ou d’hétéros est ici dans une forêt fœtale, quelque chose d’utérin dans lequel ils sont envie de s’enfoncer, de retrouver leur paradis perdu.

Mais le néon de "la fête" est remplacé par celui du "feu". Et la scène s’illumine, s’embrase, pour des récits d’horreur, pour une plongée dans une forêt en flammes où les mots champêtres et bucoliques sont remplacés par des mots lourds de sens, de suie, de peaux carbonisés, de bébé napalmé.

Chaque récit est une plongée dans l’effroi. Finis les petits arrangements entre maris et femmes, les désaccords et les broutilles entre amants, Stanislas Nordey transforme le cœur central de la pièce en un moment de théâtre inoubliable. Le sol est lumineux avant d’être recouvert de cendres. Les acteurs sont à fond dans le pathos et jouent vraiment leur vie.

Ce retour imprévu d’un feu qui abolit la fête, ce surgissement inattendu de la mort et de la souffrance prend des allures de voyage au bout de la nuit pour ces gens tranquilles et sans histoires autres que leurs petites histoires.

On comprend mieux pourquoi on est déçu par la structure choisie par Anja Hilling qui continue la pièce après la traversée de la fournaise. On comprend pourquoi Stanislas Nordey et son scénographe Emmanuel Clolus ont choisi un décor blanc, froid, pour ce retour à la mesquinerie de la vie dans une parodie d'installation artistique.

Sans doute, plus tard, si Anja Hilling a vraiment l’avenir que semblent lui annoncer les beaux moments de "Tristesse animal noir", les metteurs en scène qui revisiteront sa pièce n’hésiteront pas à saccager cette fin ratée. Pour l’heure, on la "zappera" pour se projeter dans cette forêt en feu où chacun des comédiens concernés est à son meilleur.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 07 juillet 2024 : La culture, pour toujours

Les grenouilles prennent la route d'Avignon et nous vous livrerons nos chroniques quasiment au jour le jour exceptionnelement ! En attendant, voici le programme de la semaine. Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y serons avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
et toujours :
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=