Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce 5 caméras brisées
Emad Burnat et Guy Davidi  février 2013

Réalisé par Emad Burnat et Guy Davidi. Palestine/Israël/France. Documentaire. 1h30. (Sortie 20 février 2013).

Il y a quelques semaines sortait en DVD "Devil’s Doorway" ("La Porte du Diable"). Premier western pro-indien, le film d’Anthony Mann expliquait presque cliniquement le sort que les Étasuniens ont fait subir aux peuples indiens.

D’un rare pessimisme, ce beau film ne laissait aucun espoir à ces personnages, ces fiers guerriers promis àl’alcoolisme, à une vie végétative dans des réserves pouilleuses.

En voyant "5 caméras brisées" d’Emad Burnat et Guy Davidi, on éprouve le même sentiment tragique et l’on se dit que ce qui s’est passé jadis avec les Sioux et les Comanches s’accomplit aujourd’hui pour les Palestiniens.

Au départ, Emad Burnat est, comme le héros d’Anthony Mann, un paysan de Cisjordanie qui n’aspire qu’à cultiver sa terre, à récolter les fruits de ses oliviers. Mais l’histoire se répète encore : Israël ayant décidé de construire un "mur de séparation" entre les populations palestiniennes et ses colonies de peuplement, les autorités d’occupation décident d’exproprier les paysans palestiniens de la moitié de leurs terres. Voilà donc Emad et ses amis du village de Bil’in obligés de se battre dans un baroud d’honneur dont on sait d’avance l’inutilité pour tenter de sauver leurs terres.

La lutte des habitants de Bil’in a une particularité qui rend les choses encore plus insupportables : elle a pris la forme d’un combat non-violent. Un combat unilatéralement non-violent…

Emad a donc décidé de participer à ce combat caméra à la main. Et l’on suit le destin de ces différentes caméras qui filment les étapes de la lutte. Tout est dit dans le titre : Emad perd cinq caméras. Mais cette casse n’est pas que symbolique. En "mourant" avec vaillance, chacune de ses caméras a filmé les belles victoires et les cuisantes défaites, la fraternité des habitants de Bil’in, les ratonnades, les bavures policières et militaires, l’attitude arrogante des colons religieux…

Les caméras d’Emad ont chacune leur histoire. Elles filment les oliviers brûlés par les colons, les amis tombés sous les balles, le mur prenant forme…

Il y a celles qui montrent l’imprudence d’Emad, casse-cou au cœur des affrontements, celles qui montrent les phases d’espoir et celles de désespérance, celles qui s’attachent à expliquer la transformation du village en "réserve indienne", celles qui suivent ses enfants en train de prendre conscience de l’oppression.

Une caméra touchée par une balle sauvera Emad, une autre le mènera aux portes de la mort et dans un hôpital israélien.

Monté et construit avec l’aide de Guy Davidi, un réalisateur israélien, "5 caméras brisées" est un film sans haine, un constat d’une situation terrible, la dénonciation d’une injustice coloniale moderne.

Si on n’écoute pas la formidable parole d’Emad Burmat et si l’on ne regarde pas les images révélées par ses caméras bricolées, on peut être sûr que dans une cinquantaine d’années il y aura une version israélienne de "La Porte du Diable".

C’est à l’honneur de Guy Davidi, à l’instar de nombreux israéliens qui ne partagent pas l’aveuglement de la majorité électorale et médiatique de leur pays, de participer avec son ami Emad Burmat à la dénonciation de ce que cache ce nouveau mur de la honte.

Un beau film nécessaire qui a déjà fait "un peu" bouger les choses puisqu’il a reçu, fait inédit pour un film sur un tel sujet, un accueil favorable dans certains festivals aux États-Unis (Prix de la Réalisation au "Sundance Film Festival" en 2012) et qu’il a été pré-selectionné pour les Oscars 2013.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2024-02-18 :
Universal Theory - Timm Kroger
 

• Archives :
Elaha - Milena Aboyan
L'Homme d'argile - Anaïs Tellenne
Means Girls, Lolita malgré moi - Samantha Jayne et Arturo Perez Jr
Sirocco et le royaume des courants d'air - Benoit Chieux
La Venus d'Argent - Helena Klotz
Ricardo et la peinture - Barbet Schroeder
A L'intérieur - Vasilis Katsoupis
Le Gang du Bois du Temple - Rabah Ameur-Zaimeche
Juniors - Hugo Thomas
Oppenheimer - Christopher Nolan
Les Meutes - Kamal Lazraq
Mission : impossible – Dead Reckoning Partie 1 - Christopher McQuarrie
Love Life - Koji Fukada
Le prix du passage - Thierry Binisti
Kokon - Leonie Krippendorff
Nothing but a man - Michael Roemer
Pulse - Aino Suni
La Femme de Tchaikovski - Kirill Serebrennikov
La ferme à Gégé - Florent Verdet
Amore Mio - Guillaume Gouix
J'aurais voulu être astronaute - Comédie de Paris
Neneh Superstar - Ramzi Ben Sliman
Babylon - Damien Chazelle
Terrifier 2 - Damien Leone
Rewind & Play - Alain Gomis
Venez voir - Jonás Trueba
Suzhou River - Lou Ye
Kanun, la loi du sang - Jérémy Guez
Un petit cas de conscience - Marie-Claude Treilhou
Mauvaises filles - Emérance Dubas
- les derniers articles (2)
- les derniers cineclub (6)
- les derniers concerts (20)
- les derniers expos (1)
- les derniers films (1674)
- les derniers interviews (15)
- les derniers spectacles (3)
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=