Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Un Privé à Babylone
Théâtre de Belleville  (Paris)  avril 2013

Comédie d'après le roman éponyme de Richard Brautignan, mis en scène par Hervé Falloux, avec Aurélien Balion, Verena Gros, Kevin Poli, Jean-Baptiste Quiot, Thomas Robein et Alexis Verdier.

Écrivain tardif de la "Beat Generation", Richard Brautigan a profondément marqué la littérature américaine des années 1970 et 1980 en réussissant à faire triompher un style libre, décontracté, pouvant se permettre toutes les audaces formelles sous un apparent retour à une narration traditionnelle.

Dans "Un Privé à Babylone", il paraît se soumettre au classicisme du genre policier, du côté de Hammett ou de Chandler, mais crée, en fait, un univers onirique totalement personnel. <

Certes, son détective Card navigue dans les eaux de la convention du polar hollywoodien, avec whisky, cigarettes et petites pépées. Mais ce raté routinier possède une riche vie intérieure parallèle, où les ziggourats et le roi Nabuchodonosor remplacent son quotidien sordide.

Dans ces conditions, on comprend la gageure que constituait une adaptation scénique d'"Un Privé à Babylone". Hervé Falloux et Jean-Baptiste Quiot ont eu la bonne idée de vouloir s'y coller en cherchant des solutions simples pour que le spectateur comprenne qu'il n'était pas dans une simple parodie théâtrale de film policier des années 40 avec Bogie en trench-coat.

Tout passe ici par le jeu de Jean-Baptiste Quiot qui a tout l'attirail vestimentaire et moral du privé miteux, mais sait, de temps à autre, s'évader dans l'ailleurs babylonien. Pour l'aider à partir dans son paradis cérébral artificiel, le metteur en scène, Hervé Falloux, fait chanter aux membres de la petite troupe de courts passages de chansons incongrues dans ce décor de morgue et de cimetière, comme "Don't worry, be happy".

On pourra peut-être reprocher à l'ensemble de faire la part plus belle au "côté Privé" plutôt qu'au "côté Babylone". Mais ce déséquilibre est un parti-pris assumé, un refus d'une alternance un peu mécanique où l'on passerait en permanence d'un univers à l'autre. Babylone reste en filigrane comme un jardin suspendu, car c'est un rêve qui ne doit pas se matérialiser.

Le résultat est donc plaisant et doit beaucoup à l'interprétation de Jean-Baptiste Quiot bien secondé par ses camarades, et notamment par la blonde-brune Venera Gros au délicieux phrasé germanique.

On prendra plaisir à entendre de larges extraits du texte de Brautigan, dont Falloux et Quiot ont gardé in extenso certains monologues. Autant qu'une adaptation théâtrale, on peut dire que c'est un exercice d'admiration, d'une fidélité sans raideur au texte de Brautigan. Peut-être leur faudra-t-il "finir le travail" et couper çà et là, pour que leur privé navigue avec encore plus de facilité dans les eaux brautiganiennes de l'humour et de la poésie.

On assistait ici aux premiers pas de ce Privé peu commun avant qu'il poursuivre son enquête estivale à Avignon. On attend avec impatience de le revoir dans quelques mois, quand il aura pris son rythme final, quand il aura acquis de la bouteille, de bourbon comme il se doit.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2022-10-02 :
Et pourquoi moi je dois parler comme toi ? - Théâtre de la Colline
Boulevard Davout - Théâtre de la Colline
Black Legends, le musical - Bobino
Le comble de la vanité - La Pépinière Théâtre
Pères et fils - Théâtre des Abbesses
Jean-Paul Farré - Dessine-moi un piano - Studio Hébertot
Les enfants - Théâtre de l'Atelier
Gazon maudit - Théâtre Les Enfants du Paradis
Les Spectacles - octobre 2022   

• Edition du 2022-09-25 :
Le syndrome d'Hercule - Théâtre Essaion
Bérénice - La Scala
Les Filles aux mains jaunes - Théâtre Rive Gauche
Harvey - Théâtre du Rond-Point
La promesse Brel - Théâtre de la Tour Eiffel
Les Producteurs - Théâtre de Paris
Echo - Les Plateaux Sauvages
Il n'y a pas de Ajar - Les Plateaux Sauvages
 

• Archives :
Vania/Vania ou le démon de la destruction - Théâtre de la Tempête
Jours de joie - Théâtre national de l'Odéon
Respire - La Piccola Scala
Coriolan - Théâtre de la Bastille
Lazzi - Théâtre des Bouffes du Nord
Une Vie au bout des Doigts - Théâtre Tristan Bernard
Mon Tchaïkovski - Théâtre Essaion
Glenn, naissance d'un prodige - Théâtre du Petit Montparnasse
La Foire de Madrid - Théâtre de l'Epée de Bois
Van Gogh - Théâtre Le Guichet-Montarnasse
Amore - Théâtre du Rond-Point
La Crème de Normandie - Théâtre Le Ranelagh
De nos propres Elles - Théâtre Montmarte-Galabru
Les Vengeurs- Le Flower Killer - Théo Théâtre
Le Menteur - Théâtre de Poche-Montparnasse
Duc et Pioche - Théâtre de Poche-Montparnasse
Le Chaperon rouge de la rue Pigalle - La Manufacture des Abbesses
Ce sera mieux avant - Café de la Gare
Les Poupées persanes - Théâtre des Béliers parisiens
Sacha Guitry Intime - Théâtre Le Lucernaire
The Show qui must go on - Théâtre Essaion
Une Vie - Théâtre Essaion
De L'Ambition - La Manufacture des Abbesses
Rosa Bonheur & l'atelier de By - La Folie Théâtre
Choisis la vie et tu vivras - Théâtre Essaion
Tom à la ferme - La Manufacture des Abbesses
Changer l'eau des fleurs - Théâtre Lepic
Les spectacles -    
Détache-toi ! - La Folie Théâtre
Duos sur canapé - Théâtre L'Alhambra
- les derniers (3)
- les derniers albums (5)
- les derniers articles (4)
- les derniers concerts (9)
- les derniers expos (2)
- les derniers films (3)
- les derniers interview (1)
- les derniers interviews (264)
- les derniers livres (4)
- les derniers spectacles (7369)
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=