Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Uruguayen
Théâtre du Petit Hébertot  (Paris)  mai 2013

Monologue dramatique de Copi dit par Claire Ruppli dans une mise en scène de Roberto Platé.

C'est une belle addition de talents qui se retrouvent sur la scène du Théâtre du Petit Hébertot.

À commencer par Claire Ruppli. Pantalon et veste blanches, elle est l'Uruguayen. La bouche trop maquillée de marron, elle arbore le sourire figé en rictus du "Joker" dans "Batman", et entre en scène avec son chien en laisse. Il s'appelle Lambetta et est interprété par un automate très mignon.

Rangé derrière, le phallus géant, peint couleur or, qui occupe le centre de la scène, il passera bientôt de vie à trépas et finira empaillé...

Car le texte débridé de Copi est propice à beaucoup de métamorphoses et de tours de passe-passe. Post-surréaliste, ami et complice d'Arrabal et de Topor, le dramaturge touche-à-tout argentin a écrit directement en français ce roman constitué de lettres envoyées au président argentin par l'Uruguayen, parti à Montevideo, capitale d'un État qui, comme la Pologne du Père Ubu, n'existe pas ou plus.

Roberto Platé, ami de Copi qui a mis en scène "L'Uruguayen" s'est amusé à concevoir un dispositif paradoxal : pendant que Claire Ruppli interprète le texte, celui-ci défile en espagnol sur un écran blanc qui occupe tout l'arrière-plan scénique. De l'écran blanc jaillissent les mots de la langue originale de Copi, mais ces mots-leurres ne sont là que pour donner la preuve de la fausse-vraie "uruguayité" de Copi.

Texte savoureux, navigant dans les eaux de l'improbable, "L'Uruguayen" contient tout l'univers grinçant de Copi. On y lit son goût pour l'excès, le grotesque, le rire énorme. Claire Ruppli restitue à bonne allure ce flot de mots contradictoires, ce tête-à-queue qui tient du cadavre exquis et de la farce triviale.

On s'amusera du clin d'oeil post-mortem que fait Copi à un siècle qu'il n'aura malheureusement pas connu, lui qui avait anticipé l'existence d'un pape argentin... Un pape un peu malmené pour ne pas écrire plus... C'est dire toute l'actualité anachronique de l'oeuvre de Copi qui ne perd pas au change d'être dite plutôt que lue.

On n'oubliera pas, évidence des évidences, de saluer le travail lumineux de Jacques Rouveyrollis et l'on ne regrettera pas d'avoir passé ce moment dans l'ailleurs uruguayen du plus français des Argentins.

Grâce à Roberto Platé et Claire Ruppli, Copi quitte définitivement le purgatoire dramaturgique. Bonne nouvelle pour ceux qui aiment la chose théâtrale.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=