Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Et Dior créa la femme
Francis Huster  (Editions Le Cherche-Midi)  novembre 2012

Francis Huster compte pas mal de lignes intéressantes sur son CV. Je le connaissais plutôt en tant qu’acteur (sans toutefois être capable de vous citer un de ses films, ce qui est parfois le dilemme avec le cinéma français). Il paraît qu’il est formateur dans une de ces écoles où on achète son diplôme d’acteur (je ne savais pas que le charisme s’apprenait).

Bref, trêve de bavardages, ici, il est auteur et sort Et Dior Créa la femme. Au début, je me suis dis "chouette, la vie d’un super-fringues-créateur" par un raconteur d’histoires. Je sortais juste d’une bio Coco Chanel, voyons voir ce que Dior était à la même époque.

Mon enthousiasme s’est essoufflé rapidement. Malheureusement, Francis Huster est modeste, ce qui est tout à son honneur. Il raconte assez tôt comment lui est venue l’idée de ce roman : au réveil, après un rêve. Puisque son boulot ne l’oblige pas à pointer à heure fixe dans un quelconque bureau, il prend son ordi et commence à raconter.

Son enfance, Dior et ses robes sculpturales, simples et chic (et hors de prix), sa mère couturière… le parfum des années 50. Exactement ce qui déçoit un public venu pour lire à propos de Dior et du pourquoi du comment qu’il est arrivé là. Mais celui qui est venu partager une conversation avec Francis sera ravi.

Parce que Huster porte bien le verbe, il est agréable à lire, mis à part les gros caractères et le petit volume, l’hommage à Dior est palpable, l’admiration transparait à chaque coin de page. Mais je m’attendais à autre chose, j’ai été déçue par ce livre, je n’ai pas compris à qui était destiné cet hommage. Et je me suis posé la fatidique question : tout ce qui est écrit doit-il forcément être publié ?

 

Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2020-08-09 :
Retour de service - John le Carré
Un océan, deux mers, trois continents - Wilfried N'Sondé

• Edition du 2020-08-02 :
Nous avons les mains rouges - Jean Meckert
 

• Archives :
Il était deux fois - Franck Thilliez
La goûteuse d'Hitler - Rosella Postorino
Summer mélodie - David Nicholls
Fleishman a des ennuis - Taffy Brodesser-Akner
Bruno Piszczorowicz - Interview
La nuit d'avant - Wendy Walker
La Chine d'en bas - Liao Yiwu
Oeuvres Complètes II - Roberto Bolano
Isabelle, l'après-midi - Douglas Kennedy
Les ombres de la toile - Chris Brookmyre
Un été norvégien - Einar Már Gudmundsson
Be my guest - Priya Basil
Les jours brûlants - Laurence Peyrin
La faiblesse du maillon - Eric Halphen
De Gaulle sous le casque - Henri de Wailly
Une immense sensation de calme - Laurine Roux
Mauvaise graine - Nicolas Jaillet
Le jour où Kennedy n'est pas mort - R. J. Ellory
L'iguane de Mona - Michaël Uras
MotherCloud - Rob Hart
Et les vivants autour - Barbara Abel
Trahison - Lilja Sigurdardóttir
Fanny Chassain-Pichon - Interview
De Wagner à Hitler - Fanny Chassain-Pichon
L'enfer commence avec elle - John O'Hara
BeatleStones - Yves Delmas & Charles Gancel
La géographie, reine des batailles - Philippe Boulanger
L'obscur - Philippe Testa
Trouver l'enfant / La fille aux papillons - René Denfeld
Washington Black - Esi Edugyan
- les derniers articles (11)
- les derniers expos (31)
- les derniers films (2)
- les derniers interviews (28)
- les derniers livres (2025)
- les derniers spectacles (1)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=