Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Dali, conférences imaginaires
Théâtre Le Ranelagh  (Paris)  juin 2013

Spectacle conçu et mise en scène par Christophe Gauzeran, interprété par Philippe Kieffer et Christophe Gauzeran.

Avec son titre explicite, "Dali, conférences imaginaires", le spectacle imaginé et mis en scène par Christophe Gauzeran n'a pas besoin d'être raconté : on devine qu'il va y avoir un acteur jouant Dali et qu'il sera face à un intervieweur.

Et l'on devine bien : d'un côté de la scène, il y aura donc un bureau encombré d'ouvrages derrière lequel est assis le journaliste, de l'autre, il y aura un siège-trône qui va accueillir le génial séant du peintre espagnol et, au milieu de ce dispositif, une toile centrale sur laquelle défileront principalement des œuvres de Dali.

Mais ce qui va d'emblée surprendre dans "Dali, conférences imaginaires", c'est la personnalité même du peintre catalan. Philippe Kiefer, qui l'incarne, va, en effet, balayer par sa composition magistrale la vision caricaturale qu'on a du plus célèbre natif de Figueras.

En un instant, Philippe Kiefer se joue du danger de l'accent de Dali. Il réussit le tour de force de ne pas être dans l'imitation. On se souvient que le peintre faisait la joie des imitateurs et qu'il fut un des sujets préférés de Thierry Le Luron.

Kiefer a pris le parti pris d'être en deçà de la voix tonitruante et exagérément "rastaquouère"» de celui qui vantait les mérites du chocolat Lanvin les moustaches dressées. Il a cherché avant tout à trouver le rythme, la scansion de la voix de l'artiste.

Du coup, on comprend tout ce qu'il dit et - ô surprise - le discours de Dali n'apparaît plus comme une suite d'incohérences non-sensiques dignes des Marx Brothers. Non, les textes choisis par Christophe Gauzeran révèlent un Dali inattendu : bourré d'humour, subtil, intelligent... presque aussi génial que le personnage paranoïaque et surréaliste qu'il jouait pour les médias qui étaient encore à l'époque des mass médias...

On se délectera ainsi du récit qu'il fait du procès qu'André Breton lui fit en l'accusant d'hitlérisme, on regrettera de ne pas être venu avec un bloc-notes pour consigner tous les bons mots du peintre des montres molles.

Et puis, grâce à l'écran, on aura la preuve visuelle du grand talent de dessinateur de Dali, de sa grande connaissance de l'histoire de la peinture. Les cinéphiles y retrouveront même les tableaux animés imaginés par Dali pour plonger dans l'inconscient de Gregory Peck dans "La maison du Docteur Edwards", le film d'Alfred Hitchcock. On y découvrira aussi l'importance du rhinocéros chez Vermeer...

Au début de cette enchaînement de conférences, Christophe Gauzeran, qui joue l'intervieweur, paraît un peu gauche, un peu apeuré par le personnage qu'il lui fait face. Mais, le temps passant, il comprend comme le spectateur que Dali est tout le contraire d'un être incontrôlable, d'une diva infatuée d'elle-même.

Au contraire, à mesure que Dali vieillit, il gagne en humanité. On n'est pas devant un monstre d'égoïsme, mais devant l'amoureux fou de Gala, devant quelqu'un qui reconnaît - ô humilité suprême ! - que Picasso est aussi un génie qu'il admire.

"Dali, conférences imaginaires" évite les écueils qu'on craignait, celui de montrer un Dali excessif et vain, celui d'en faire un histrion vautré dans sa propre publicité.

Au bout du compte, c'est à une réhabilitation qu'on assiste. Grâce à Christophe Gauzeran, ce n'est plus le bruit du Dali avide de gloire et de dollars qui intéresse mais le silence, plus pudique que narcissique, de celui qui peignait ses fantasmes. Le temps du regard est revenu et c'est tant mieux.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe
- 18 septembre 2022 : Nouvelle Vague
- 11 septembre 2022 : C'est reparti pour un tour
- 4 septembre 2022 : C'est la rentrée
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=