Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bien lotis
La Manufacture  (Avignon)  juillet 2013

Comédie de Philippe Malone, mise en scène de Laurent Vacher, avec Marie Aude Weiss, Martin Selze, Corrado Invernizzi et Christian Caro.

Sous la forme ludique et drolatique d'une émission de télé un peu kitsch, le spectacle "Bien lotis", tout en mêlant quizz, témoignages, flash back et jingles au rabais, invite un couple de français moyen à se raconter, mais pas de n'importe quelle manière.

De 1960 à nos jours, ils exposent leur parcours, leurs aspirations, leurs désillusions passant de la France d'après-guerre à la génération X, puis Y, du plein emploi à la crise, de l'élan commun de reconstruction au virage libéral de la propriété, de l'habitat collectif au pavillon individuel.

Car si on dit souvent que l'on est ce que l'on mange, on oublie la plupart du temps que nos lieux de vie en disent long sur nos modes de fonctionnement et notre société en général. Le foyer, centre névralgique de l'activité familiale relève certes de l'intime mais s'inscrit également, au gré des époques et du niveau social, dans un schéma collectif bien défini.

De la cité radieuse de Le Corbusier aux logements ouvriers en passant par les villages et les nouveaux lotissements, "Bien lotis" s'attache à analyser ces utopies urbaines, véritables reflets des profondes modifications sociétales qu'a connu la France moderne.

Ce projet, entrepris de longue date par la Compagnie du Bredin, trouve sa genèse dans un long travail de terrain de Philippe Malone, l'auteur, Laurent Vacher, le metteur en scène et du vidéaste Francis Ramm auquel s'ajoute bien sûr un processus de création collectif.

Pendant 2 ans ils ont accumulés de nombreux récits en territoire lorrain, lieu d'attache de la compagnie, et ont organisé des ateliers de jeu et de réflexion artistique et dramaturgique sur le sujet. "Bien lotis" s'est ainsi construit au fil du temps et des rencontres.

Avec tendresse et bouffonnerie et en une quarantaine de saynettes rythmées, le couple, livré à l'indiscrétion et à l'impertinence médiatique, dévoile des tranches de vie. Ces instants volés par le voyeurisme télévisuel brossent le portrait assez complet de leur vie amoureuse, familiale, active, ou encore de leurs relations de voisinage mais surtout de leur quête de bonheur au gré des changements sociétaux.

Ils se font les porte paroles des gens simples, qui n'ont pas peur de dire qu'ils les trouvaient bien laides, ces cités, mais qu'ils y furent heureux, que la mixité sociale leur permis aussi de faire de belles rencontres et que la promiscuité est partout, même au bout se son jardin pavillonnaire.

Le spectateur assiste ainsi à toutes les transformations marquantes de ces 50 dernières années, de l'avènement du vide ordure, au culte dominical de la tronçonneuse, de l'engagement syndical à auto-entrepreneuriat, de la machine à la laver au poste de télévision. Ce poste de télévision qui justement permet au monde entier de rentrer chez les gens tout en les protégeant.

Par son format original et poussé à un extrême qui suggère une certaine moquerie vis à vis de ces émissions télévisuelles sensationnalistes, "Bien lotis" ajoute donc à son actif une réflexion intéressante sur notre société actuelle et le rapport ambigu qui y est entretenu entre les sphères privée et publique et où chacun semble être amené à connaître son quart d'heure de gloire, quel qu'en soit le prix.

Le décor personnalisé par la présence d'éléments normalement inhérents au foyer tel qu'un lit, une baignoire ou encore une table et des chaises, se dépersonnalise grâce à la présence des caméras et du présentateur, qui cherche à tout prix à verser dans le pathos.

Dynamique et inventive, la mise en scène de Laurent Vacher maintient sans discontinuer l'intérêt du spectateur.

Les comédiens Marie-Aude Weiss, Christian Caro, Martin Selze et Corrado Invernizzi sont tous extrêmement justes, jouant tout à la fois sur le côté grotesque des situations et l'authenticité de leur témoignage et de leurs intentions.

Touchant et drôle, "Bien lotis", qui se définit comme une fiction péri-urbaine, loin de l'étude sociologique ou du reportage, suggère suggère une nouvelle déclinaison du théâtre populaire, et d'une grande intelligence. A croire que l'on peut divertir les foules tout en les faisant réfléchir.

 

Cécile B.B.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=