Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Yema
Djamila Sahraoui  (août 2013) 

Réalisé par Djamila Sahraoui. Algérie. Drame. 1h34. (Sortie 28 août 2013). Avec Djamila Sahraoui, Samir Yahia et Ali Zarif.

Voilà un film âpre, dur, sec avec un récit de tragédie grecque qui impose son silence, sa violence sourde, son climat lourd. Minimaliste, janséniste, économe de mots et de plans, "Yema" foisonne d'amour et de haine, explore les sentiments premiers, universels.

Une femme est là, forte dans sa fragilité, marquée par les épreuves de la vie, murée dans ses douleurs, mue par son énergie à être envers et contre tout. Droite et fière, elle existe avec la ténacité d'une plante qui résiste à la chaleur et qui, malgré la terre caillouteuse, croît pour défier ceux qui voudraient qu'elle y renonce, qui rêveraient qu'elle s'étiole par manque d'eau ou de larmes.

"Yema" en arabe algérien, c'est la "Mère". Djamila Sahraoui, la réalisatrice, - la mère du film en quelque sorte - l'incarne dans sa double nature, celle de la mère nourricière, qui s'occupe de l'enfant du malheur, celle de la mère patrie qui fait fructifier la terre. Elle est confrontée à ses fils qui se déchirent, s'entretuent pour leurs convictions politiques mais aussi par amour de la même femme.

Dans un pays de montagnes à l'évidente beauté se noue une histoire éternelle, une simple histoire qui brasse des enjeux qui dépassent les hommes qui la vivent. On sent le poids d'une cosmogonie où des dieux s'affrontent peut-être par l' intermédiaire d'humains, tellement emblématiques, tellement possédés ou envoûtés par la fatalité qu'ils pourraient bientôt gagner le statut de héros, de personnages d'un mythe moderne dans lequel se rejoue les plus antiques drames.

"Yema" de Djamila Sahraoui, dont le visage austère pétri de gravité ne quitte pas la mémoire, pourrait s'intituler "Des hommes et des Dieux" plus légitimement que le film éponyme de Xavier Beauvois.

Djamila Sahraoui a atteint son but : avec finalement peu d'éléments, elle raconte une histoire immortelle par-delà le bien et le mal, par-delà tout ce qu'on sait de la situation algérienne.

Des coups de feu peuvent ponctuer le cours immuable des jours et des nuits, ce qui importe c'est de résister à la folie des hommes en s'inscrivant dans une perspective plus lointaine, celle des femmes qui font vivre les enfants en les nourrissant avec ce qu'elles savent le mieux faire pousser : la compassion, l'attention, la tendresse...

Quand tout cela aura bien poussé peut-être pourra-t-on de nouveau récolter de l'amour et enfin se reposer à l'ombre de la paix retrouvée.

"Yema" de Djamila Sahraoui est une œuvre forte qui ne se noie pas dans le symbolique, qui se contemple sans ennui et qui dit des choses implacables avec une maîtrise qui force l'admiration.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2022-10-09 :
Anima bella - Dario Albertini

• Edition du 2022-10-02 :
Les Mystères de Barcelone - Lluis Danès
 

• Archives :
L'Ombre de Goya - José Luis Lopez-Linares
Coup de Théâtre - Tom George
107 mothers - Peter Kerekes   
Plan 75 - Chie Hayakawa
Rodéo - Lola Quivoron
My Name is Gulpilil - Molly Reynolds   
Costa Brava, Lebanon - Mounia Aki  
Des filles pour l'armée - Valerio Zurlini  
Occhiali neri - Dario Argento   
Peter von Kant - François Ozon   
The Sadness - Rob Jabbaz  
L'Esprit sacré - Chema García Ibarra
Todos os Mortos - Caetano Gotardo et Marco Dutra
Jungle rouge - Juan José Lozano et Zoltan Horvath   
Swing - Tony Gatlif    
All eyes off me - Hadas Ben Aroya  
Les Femmes des autres - Damiano Damiani   
Maître Contout - Mémoire de la Guyane - Xavier Gayan   
Années20 - Elisabeth Vogler   
Et je l'aime à la fureur - André Bonzel   
Un vrai crime d'amour - Luigi Comencini   
Employé-Patron - Manuel Nieto Zas   
The Batman - Matt Reeves
Azuro - Matthieu Rozé  
La vie de famille - Jacques doillon
Deux sous d'espoir - Renato Castellani  
Crush - Luis Prieto   
Tropique de la violence - Manuel Schapira    
L'Empire du silence - Thierry Michel   
Ma nuit - Antoinette Boulat   
- les derniers articles (2)
- les derniers cineclub (6)
- les derniers concerts (19)
- les derniers expos (1)
- les derniers films (1638)
- les derniers interviews (15)
- les derniers spectacles (3)
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=