Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Le Cabaret Vert #9 (dimanche 25 août 2013)
Mila Marina -The Skints - Nightbush City Rockers - Heymoonshaker - Valerie June - The Moodhundters - Keziah Jones  (Square Bayard, Charleville-Mézières)  du 22 au 25 août 2013

Et voilà : dernier jour, derniers concerts, pour le dernier festival de l'été. On épluche la "gazette", cet excellent petit journal du festival qui sort tous les jours et permet d'appréhender de façon originale la journée à venir, en sirotant une dernière Oubliette. Un brin nostalgique, on reprend le chemin des crashs en traînant un peu la patte, quand même, parce que les dizaines de kilomètres parcourus depuis trois jours ne laissent pas le corps sans séquelles. Alors que je somnole à l'espace presse, bercée par le briefing des organisateurs préparant la conférence de presse qui fera le bilan du festival, j'entends au loin les rires hilares des festivaliers qui, fesses à terre au milieu du Stade Bayard, se gondolent devant un énergumène de la compagnie Bruit qui court. On ne se fait pas de mal, donc, et on attend sereinement cette programmation tout en douceur parfaite pour un dimanche de pré-rentrée.

Mila Marina

De nouveau, la scène découverte fait mouche. Elle est actuellement habitée par une belle plante qui, ô joie, taquine la harpe avec dextérité. La voix est cristalline, rappelle même dans certaines inflexions une Beth Gibbons des meilleures années, la maîtrise est assez incroyable et les deux acolytes qui l'entourent font pâle figure à côté. Oui, il y a bien de petits problèmes techniques, qui installent un silence sans fin au début du set. Oui, il y a bien un petit manque de relation avec le public, la timidité sans doute.

Mais les envolées lyriques sont telles, que du haut de ses vingt-quatre ans, la demoiselle impressionne : on aime le mélange de la chanson, de la harpe, et de l'électro, le tout dans une atmosphère douce et glamour qui conquiert un public qui a décidément bon goût. A découvrir.

The Skints

Ceux qui connaissent un peu mes goûts musicaux savent que le "reggae" et moi sommes fondamentalement à l'opposé. Mais The Skints propose une formule intéressante, entre reggae, dub et ska, le tout mené par une Marcia Richards charismatique - et qu'il nous plaît de voir au saxophone et des musiciens inspirés. Le scénique est réel et les remerciements au public nourris. C'est lent, voire très lent, mais pas si désagréable.

Nightbush City Rockers

Il ne suffit pas toujours de prendre une vieille casserole pour faire une bonne soupe. Il ne suffit pas de hurler dans un micro en déformant son accent anglais pour faire du rock. Il ne suffit pas de sauter en l'air et de jouer avec les photographes pour être une rock-star. Bref, vous l'aurez compris, l'agacement est grand : le tout a un côté rock vieillot et très cliché, et sonne un peu, oserai-je dire, comme dans une guinguette bon marché pour motards dépressifs... On passe notre chemin en grimaçant.

Heymoonshaker

Ainsi, le Cabaret Vert m'aura permis de prendre une claque musicale par jour – merci à monsieur le programmateur. Voici donc venue la dernière. Heymoonshaker est une sorte de face à face crucial et précaire entre un beatboxer et un guitariste blues à la voix nécessairement éraillée – doux euphémisme dans le cas présent. Rectifions : le face à face se transforme en quelques secondes en une symbiose improbable et magistrale. Le coup de force musical qui se présente devant nos yeux nous fait décrocher la mâchoire, et abandonner, chose rare, l'appareil-photo.

Valerie June

De fait, Valerie June, qui prend la suite immédiate des Heymoonshaker, propose un set bien fade. On reste éprise de son look, de ses influences, mais sa voix dérange de façon croissante – bien plus qu'aux Eurocks d'ailleurs : est-ce le deuxième effet Kiss Cool d'une groupe vu il y a peu ou bien les balances ont-elles été approximatives ? De plus le deuxième morceau est assez... ridicule : jouer à un doigt sur une Hagström rutilante... On a vu mieux. La belle fait un carton en ce moment, mais il va falloir qu'elle fasse un petit effort, côté sourire et échange avec le public. On ne lui reprochera pas les lunettes noires : comme un certain nombre d'artistes, elle chante... les yeux fermés.

The Moodhundters

Dernier groupe découverte du festival, ils se placent plutôt en haut de tableau dans tout ce que j'ai pu voir de local depuis quatre jours. La soul est sympathique, la chanteuse de qualité – on reconnaît immédiatement son style, puisqu'on l'a vu l'an dernier avec les Big Guns, si ma mémoire ne me fait pas défaut -, on dodeline de la tête et on approuve sans hésiter. Rien de bien original ni de très folichon, mais techniquement ça assure – alors que demander de plus ?

Keziah Jones

À peine le reconnaît-on quand il entre sur scène. Oubliez l'homme mystérieux au chapeau immuablement vissé sur la tête. Keziah Jones est un autre homme, et ça lui va plutôt bien. Le début du set est très explosif et très apprécié. Même si sa blufunk se tasse au cours du set, on reste tout à fait admirative et notre Cabaret Vert se conclut sur une note chaude et positive.

Moralité : à la conférence de presse "bilan", les organisateurs ont la mine joviale. On insiste sur les "valeurs" éthiques du festival, sur le fait qu'on refuse des bénévoles et qu'on est dans les dix plus gros festivals français. On donne des chiffres, on souligne la singularité de la proposition "Cabaret vert", qui n'est pas seulement tournée vers la musique mais également la BD et les Arts de rue. On remercie le climat, aussi. Bref : on envisage avec joie la prochaine édition, qui fêtera les dix ans du festival. Je fais une confidence : j'ai déjà hâte d'y être...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Shakerism de Heymoonshaker
Heymoonshaker en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Marseille
Heymoonshaker en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Jeudi 27 septembre
Heymoonshaker en concert au Festival Les Paradis Artificiels #7 (édition 2013) - lundi 15 avril
Heymoonshaker en concert au Festival Europavox 2015 - Dimanche 24 mai
La chronique de l'album Pushin' Against a Stone de Valerie June
Valerie June en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Samedi
La chronique de l'album Nigerian Wood de Keziah Jones
Keziah Jones en concert au Festival Solidays 2004 (dimanche)
Keziah Jones en concert au Festival FNAC Indétendances 2008
Keziah Jones en concert au Fil (29 janvier 2009)
Keziah Jones en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Dimanche
Keziah Jones en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - jeudi
Keziah Jones en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - jeudi - 2ème
Keziah Jones en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Vendredi

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Le Cabaret Vert
Le Facebook du Festival Le Cabaret Vert

Crédits photos : Sophie Hébert

Remerciement spécial à Delphine Diard et à Nicolas Humbertjean, pour leur disponibilité et leur sourire !


Sophie Hébert         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=