Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Glasser
Interiors  (True Panther Sounds)  octobre 2013

Quand Cameron Mesirow changea de peau pour devenir Glasser, elle fut de suite identifiée par les audiophiles comme une engeance onirique de la lignée de Kate Bush, Björk ou encore Natasha Khan. Comme elles, Glasser joue avec une voix hantée, parfois haut perchée et modulée, qu’elle couple avec des batteries en tous genres et de l’électro au pire expérimentale, au mieux spacieuse. Avec son EP "Apply" et le single du même nom, elle a ménagé dès 2009 une voix royale à son album qui sortit en 2010 : Ring.

Fort d’un exotisme déroutant et quelque peu naïf, cette envoûtante production léchée a très vite charmé les afficionados du genre.

Trois ans plus tard, Glasser est de retour avec un second opus, intitulé Interiors dans lequel il est question de forme et d’architecture, mais surtout de la centralité de l’être humain dans le monde. Et c’est donc sans surprise que la chanteuse cite l’architecte Rem Koolhaas comme inspiration. L’homme ayant été l’un des rares de sa profession à rendre l’architecture ludique et didactique dans des écrits acclamés par les masses (les théories de Coney Island et "New York Delirious").

En ouvrant son album sur le titre "Shape", l’artiste nous avertit d’emblée, elle maîtrise son art bien mieux, puisqu’elle y met maintenant les bonnes formes. Ainsi ce titre alterne entre montée en puissance et rechute calculée, voire mesurée. En bref, l’énergie qui personnifiait son album précédent est ici tenue en laisse et n’explose qu’au besoin impérieux des cadres imposés par la chanteuse.

Sa technique a donc évolué et se fend même d’un triptyque ("Window I", II et III) qui non content d’être bien évidemment des fenêtres sur l’univers mental (et musical) de Cameron, reprend des sonorités classieuses exploitées sur des très courtes durées et qui ne sont pas sans rappeler d’une part Iamamiwhoami, d’autre part Saint Vincent.

Fort heureusement, cela ne veut pas dire que l’artiste s’est départie de l’exotisme de ses sons électroniques. Les titres comme "Landscape" ou "Window III" marquent le retour du duo bienvenu de sa voix au vocalisme orientalisé et d’une production électro qui joue avec les oreilles de façon malicieuse.

Alors que "Keam Theme", "Divide" ou même "Dissect" explore allègrement le psychisme de la chanteuse, en traitant notamment de la solitude, le plan de la chanteuse devient un peu plus clair. Celle-ci dépeint une société humaine, où les espaces privés comme publiques finissent toujours par empiéter sur son bien-être ou tout du moins sur l’image qu’elle renvoie d’elle-même. C’est d’ailleurs d’autant plus évident que la pochette de l’album en question montre une Cameron Mesirow en plein mouvement dans un habitat qui se tord sous l’action de sa poignée, tout en ayant un regard de défi à l’encontre de son propre reflet.

Glasser joue donc en réalité la carte de l’album introspectif, tout en se plaçant dans un monde consistant ("Shape", "Window") et conscient de l’autre (sur "Landscape", elle parle d’un autre avec qui elle veut admirer le même paysage, la recherche d’un autre étant présente en filigrane sur tout l’album).

Néanmoins, Interiors trouvera ses limites à la source même de son originalité, puisque contrairement à "Apply", sa compréhension au travers de multiples écoutes pourrait lui être fatale. Une bien triste conclusion pour un album qui aurait très bien pu marquer le temps et peut-être même les lieux (entendons par ici le genre) à la façon des constructions de l’architecte qu’elle citait plus haut comme influence !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Ring de Glasser
Glasser en concert au Point Ephémère (mercredi 13 octobre 2010)
Glasser en concert au Grand Mix (mardi 29 mars 2011)

En savoir plus :
Le site officiel de Glasser
Le Myspace de Glasser
Le Facebook de Glasser


Stéphane El Menshawi         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 27 septembre 2020 : Autumn Sweater

Voici les premiers jours d'automne, les premiers froids, la pluie et l'envie de s'auto-confiner avec une boisson réconfortante, du chauffage, de la bonne musique, un bon livre, film, jeu voire avec des amis autour d'un bon repas. Bref, c'est l'automne et voici le programme réconfortant de la semaine. Sans oublier le replay de la MAG #11 du 26/09.

Du côté de la musique :

"Echos" de Romain Humeau
"American head" de The Flaming Lips
"Grand écran" de Ensemble Triptikh
"Beethoven : op 109, 110, 111" de Fabrizio Chiovetta
"B.O. d'une scène de meurtre" première émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Oiseau(x) scratch" de Luc Spencer
"Debussy" de Philippe Bianconi
"Tête Blême" de Pogo Car Crash Control
"XIII" de Quatuor Ardeo
et toujours :
"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses

Au théâtre :

les nouveautés :
"Le Grand Inquisiteur" au Théâtre national de l'Odéon
"Iphigénie" aux Ateliers Berthier
"Philippe K. ou la flle aux cheveux noirs" au Théâtre de la Tempête
"Le Grand Théâtre de l'épidémie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"Le Quai de Ouistreham" au Théâtre 14

"Les Pieds tanqués" au Théâtre 12
"Le nom sur le bout de la langue" au Théâtre de la Huchette
"La Folle et inconvenante Histoire des femmes" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
les reprises :
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Album de famille" au Studio Hébertot
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre des Mathurins
"Contrebrassens" au Studio Hébertot
"Leonard de Vinci, naissance d'un génie" au Studio Hébertot
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

Cinéma :

en salle :
"L'Ordre moral" de Mario Barroso
at home :
"Drôles d'oiseaux" de Elise Girard
"Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos
"Terror 2000 - Etat d'urgence en Allemagne" de Christoph Schlingensief
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'été" de Lina Wertmüller
"Ruth et Alex" de Richard Loncraine

Lecture avec :

"Ici finit le monde occidental" de Matthieu Gousseff
"L'heure des spécialistes" de Barbara Zoeke
"Mémoires" du Général von Choltitz
"Porc braisé" de An Yu
"Portraits d'un royaume : Henri III, la noblesse et la Ligue" de Nicolas Le Roux
"Sublime royaume" de Yaa Gyasi

et toujours :
clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi
"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=