Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Lovelace
Rob Epstein et Jeffrey Friedman  (janvier 2014) 

Réalisé par Rob Epstein et Jeffrey Friedman. Etats-Unis. Biopic. 1h33 (Sortie 8 janvier 2014). Avec Amanda Seyfried, Peter Sarsgaard, Sharon Stone, James Franco, Juno Temple et Chloé Sevigny.

Voilà un "biopic" pas banal. Consacrer 93 minutes à une "actrice" porno qui n'a tourné en fait qu'un film X, et qui reste dans l'histoire du genre et l'histoire tout court pour une figure de style buccale, est déjà une performance.

Le faire sans une once de sexe, avec pour seule atout la mignonne Amanda Seyfried qu'on imagine plus proche d'une Blanche-Neige que d'une ravageuse de pantalons, et qui porte bien les tenues vintage de l'époque californienne "flower and power", en est une autre.

Que le film soit l'oeuvre de Rob Epstein et Jeffrey Friedman, deux documentalistes célèbres pour leur travail sur l'homosexualité, étonne et détonne aussi.

Dans sa belle américaine décapotable rouge vif, passant de la perruque lisse à la perruque frisée, punching-ball pour son mentor-mac incarné avec une belle veulerie vicieuse par l'immense Peter Sarsgaard, Linda-Amanda incarne ce rêve américain qui passe vite au cauchemar.

Tout va très vite dans cette courte histoire, celle du moment fugace où Linda Boreman devint Linda Lovelace, "interprète" du fameux "Gorge Profonde". Entre la fifille élevée dans la frustration sexuelle et la future ménagère anonyme et pauvre, il y a ce moment factice, ces paillettes et ces projecteurs qui jaillissent sur ce qui ne fut qu'une bouche avide...

En fait, "Lovelace" de Rob Epstein et Jeffrey Friedman se rapproche du parfait "biopic", c'est-à-dire celui qui serait consacré à un inconnu qui aurait, par exemple, donner du feu à un futur président des États-Unis quand il était étudiant.

Ce qu'il y a d'ailleurs de plus fort dans "Lovelace", ce sont les scènes où interviennent les parents de Lovelace. Évidemment, là, on n'est plus dans la reconstitution d'images publiques et les deux cinéastes ont donc pris le parti paradoxal de confier le rôle de la mère de Linda à Sharon Stone.

Dans ce biopic sur un phénomène éphémère, celui d'une reine d'un jour de la fellation, la vraie star joue Madame-tout-le-monde. Bette Davis vieillissante avait interprété avec une sublime inconscience une femme de chauffeur de taxi faisant la vaisselle, Sharon Stone lui emboîte le pas dans ce rôle où l'on défiera celui qui n'a pas lu son nom dans le générique de deviner la vedette de "Basic Instinct".

C'est sur le travail des acteurs que l'on reconnaît la patte des deux documentaristes qui, d'un côté, suivent les pas d'Amanda Seyfried vers la starification de l'autre, ceux de Sharon Stone vers la consécration.

Biopic plus singulier qu'il n'y paraît, "Lovelace" de Rob Epstein et Jeffrey Friedman est à la fois un divertissement plaisant et une nouvelle interrogation sur le mythe américain, celui de l'homme pris dans la foule et toujours brisé par la "gloire".

On aura une pensée pour cette pauvre petite fille sensuelle qui a gagné 1 200 dollars pour une gâterie qui aura rapporté 600 millions de la même monnaie aux industriels de la pornographie...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 7 août 2022 : On prend la Route du Rock

C'est bientôt l'heure du festival La Route du Rock, notre festival de coeur ! Que vous ayez prévu d'y aller ou pas, voici de quoi réjouir votre été

Du côté de la musique :

"NOW" le nouveau mix de Listen In Bed à écouter à volonté
retour sur le festival de Beauregard avec Turnstile, Izia, Madness...
et toujours :
"KEXP & NPR sessions" la nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"While my guitar gentle weeps" de Théo Cormier
"Hypnos & Morphée" de Dandy Dandie
Retour sur les Vieilles Charrues avec Last Train, Laetitia Sheriff, Johnny Mafia...
"Witch cults" nouveau mix signé Listen In Bed à écouter partout
"César Franck : Piano Quintet - Antonín Dvorák : String Quartet No. 14" de Quatuor Prazak & François Dumont
"Asymétrie" de Slim Abida
"Ostinatos piano solo" de Xavier Thollard
"Homemade" de Yvan Robilliard
le replay du concert et interview de SuperBravo

Au théâtre :

la nouveauté de la semaine :
"Duos sur canapé" au Théâtre L'Alhambra
quelques suggestion de spectacles musicaux
"Paris la grande" au Théâtre Le Lucernaire
"Prisca Demarez - Coquelicot" au Théâtre de la Contrescarpe
"Novocento pianiste" au Théâtre Le Lucernaire
et les spectacles à l'affiche en août

Expositions :

"Molière en costumes" au Centre national du costume de scène à Moulins
"Newton, Riviera" au Nouveau Musée National de Monaco
dernière ligne droite pour :
"Christian Louboutin - L'Exhibition[niste] - Chapitre II au Grimaldi Forum à Monaco
"La Joconde" au Palais de la Bourse à Marseille
et les expositions à l'affiche en août

Cinéma :

en streaming gratut :
"Trois visages" de Jafar Panahi
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Le Club Vinland" de Benoit Pilon
"Un Juif pour l'exemple" de Jacob Berger
le cinéma des frères Dardenne en 3 films

Lecture avec :

"The unstable boys" de Nick Kent
"Le monde sans fin" de Jean Marc Jancovici & Christophe Blain
"Lanceurs d'alerte" de Flore Talamon et Bruno Loth
et toujours :
"La saignée" de Cédric Sire
"Le maître et l'assassin" de Sophie Bonnet
"Labyrinthes" de Franck Thilliez
"Méfiez-vous des anges" de Olivier Bal

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe
- 18 septembre 2022 : Nouvelle Vague
- 11 septembre 2022 : C'est reparti pour un tour
- 4 septembre 2022 : C'est la rentrée
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=