Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Dominique Dalcan
Hirundo  (PIAS)  janvier 2014

"Je suis là" répète plusieurs fois Dominique Dalcan sur "C'était quoi la question ?", morceau d'ouverture d'Hirundo (hirondelle), annonçant ainsi son retour après plus de 15 ans d’absence. Car ce n'est que le quatrième album depuis ses débuts en 1991 (mettons de côté Snooze, son projet électronique) et le premier depuis 1998.

S’il joue dans la même catégorie que les Daho, Biolay ou Dominique A, difficile pourtant d’imaginer que Dalcan ne restera pas cet artiste majeur de la chanson française condamné à une audience mineure, seulement reconnu par un cercle trop restreint d’amateurs. Malgré des rendez-vous manqués avec le public et une volonté certaine de brouiller les pistes, il faut pourtant faire l’éloge de ce nouvel album, en parler, le partager, mettre chacune de ces chansons sur le piédestal qu’elle mérite.

Car le verdict est immédiat : retour gagnant sans aucune contestation possible à l’écoute de ces 11 titres qui ont pour points communs l’exigence, l’élégance et le raffinement. La profession de foi énoncée dans "Brian", extrait de son album Cannibale - maître étalon d'une certaine idée de la chanson française -, "Je suis un artisan dans l'industrie des sentiments" est plus que jamais d’actualité.

Même si tous les titres mériteraient une mention, citons en particulier la majesté de "Des Hommes et des lions", ou l’entraînant single "Sometimes". Le bagarreur et intense "Braise" vient contraster avec la nudité crue de "La clope au bec", dont le texte vient aussi rappeler qu'Hirundo est aussi un retour à la vie après les graves problèmes de santé qu’a connu Dominique Dalcan. Les textes relèvent d’un véritable bestiaire ("Des hommes et des lions", Hirundo, "Transhumance", "A quoi pensent les oiseaux ?") mais ils n’en sont pas moins personnels et pertinents. Portés par la voix chaude et profonde de Dominique Dalcan, ils toucheront quiconque fera l’effort d’y prêter attention.

Disque serein et accompli, maîtrisé de bout en bout, rien ne peut empêcher Hirundo de voler très haut. Et bien au-delà du printemps.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Temperance #2 de Dominique Dalcan

En savoir plus :
Le site officiel de Dominique Dalcan
Le Bandcamp de Dominique Dalcan
Le Myspace de Dominique Dalcan
Le Facebook de Dominique Dalcan


Marc Ferrero         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

Abonnez vous à la Newsletter pour recevoir, outre les mises à jour en avant première, des infos de première importance et peut être des choses dont vous n'avez même pas encore imaginé l'existence et l'impact sur votre vie... et nous non plus.

se désabonner, changer son mail ... c'est ici!


» Contacter un membre ou toute
   l'équipe (cliquez ici)


Afficher les chroniques d'un membre :

Liste des chroniques... Cécile B.B.
Liste des chroniques... David
Liste des chroniques... Didier Richard
Liste des chroniques... Fred
Liste des chroniques... Jean-Louis Zuccolini
Liste des chroniques... Julien P.
Liste des chroniques... LaBat’
Liste des chroniques... Laurent Coudol
Liste des chroniques... Le Noise (Jérôme Gillet)
Liste des chroniques... Margotte
Liste des chroniques... MM
Liste des chroniques... Monsieur Var
Liste des chroniques... Nathalie Bachelerie
Liste des chroniques... Nicolas Arnstam
Liste des chroniques... Paola Simeone
Liste des chroniques... Philippe Person
Liste des chroniques... Rickeu
Liste des chroniques... Séb.T

 

Les articles de ce site sont la propriété de froggydelight.com et de leurs auteurs.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=