Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Fausses confidences
Théâtre National de l'Odéon  (Paris)  janvier 2014

Comédie de Marivaux, mise en scène de Luc Bondy, avec Isabelle Huppert, Jean-Damien Barbin, Manon Combes, Louis Garrel, Yves Jacques, Sylvain Levitte, Jean-Pierre Malo, Bulle Ogier et Bernard Verley.

D'emblée, il faut dire à ceux qui aiment la prose de Marivaux, et particulièrement celle des "Fausses confidences", son chant du cygne et sans doute l'une de ses plus belles partitions, qu'ils ne seront pas à la fête dans cette version où la mise en valeur du texte n'est pas le souci premier.

Quand, la valise à la main, Dorante, beau ténébreux joué par Louis Garrel, pénètre en costume "moderne" sur un plateau presque vide, d'où détonnent à l'arrière de la scène plusieurs "cercles" de chaussures étalées au sol et à l'avant quelques tables encombrés de dossiers, qui finiront par voler par terre, on n'a pas vraiment l'impression d'entrer dans l'univers de Marivaux.

On croirait plutôt pénétrer dans celui de Tchekhov, d'autant que Dorante, résigné et plaintif, ne semble pas s'apprêter à passer une "folle journée" où, au gré de ses stratagèmes, ou de ceux imaginés par son comparse Dubois, ce jeune homme sans fortune et sans avenir va se transformer en époux d'une riche veuve.

Tout au long de cette version, qui oublie que Marivaux est le premier à faire un théâtre qui analyse finement les différences sociales, à tel point qu'on pourrait y voir éclore de la lutte entre classes, les intrigues qui font son charme et sa complexité seront réduites à des confrontations "frontales", à des numéros d'acteurs qui, cette fois-ci, sembleraient avoir quelque chose de Tennessee Williams.

Les protagonistes pourront, ainsi, selon leurs envies ou leurs lubies fumer des cigarettes, se déplacer un verre de champagne à la main, ou s'allonger les bras en croix à même le sol.

Ainsi, Isabelle Huppert pourra troquer son jeu cinématographique tout en nuances, jamais outré, celui qui a fait d'elle une actrice incontournable depuis presque quarante ans, pour un style de jeu très démonstratif, presque Actor's Studio.

Avec ses déplacements aléatoires en chaussures à talons, sa voix aux inflexions changeantes, elle donne l'impression de tanguer, de jouer l'ivresse. Feint-elle aussi de ne pas savoir son texte, de s'emmêler dans les répliques ou répond-elle au cahier des charges demandé par Luc Bondy ?

Est-ce ainsi qu'elle doit justifier son statut de "star" ? Araminte, annoncée dans la pièce comme une "jeune veuve", devient donc un personnage "border line", plus proche de Blanche Dubois que d'une héroïne de Marivaux prête à un nouvel amour.

Dès lors, "Les Fausses confidences" changent de nature. Les personnages de valets chers à Marivaux deviennent très secondaires que ce soit Arlequin ou qu'il s'agisse de Dubois. Ce dernier, pourtant élément moteur de la trame imaginée par Marivaux, et interprété par l'impeccable Yves Jacques, paraît parfois un personnage inutile et encombrant qui intervient comme un cheveu sur la soupe dans le face-à-face Araminte-Dorante.

Posé comme un fait indiscutable, leur amour réciproque semble une convention théâtrale que rien ne justifie. Au cinéma, jamais Louis Garrel, qui, par exemple, dans les films de son père Philippe convole avec des Monica Bellucci ou des Anna Mouglalis, ne serait crédible en amoureux sincère d'Isabelle Huppert.

Celle-ci devrait jouer les couguars hystériques pour qu'on puisse accepter qu'elle attire son jeune partenaire autrement que par son argent. On pourra avoir la confirmation de cette affirmation dans moins d'un mois, quand sortira "Abus de faiblesse", film de Catherine Breillat, dans lequel Isabelle Huppert joue la cinéaste sexagénaire victime d'un jeune escroc qui n'en voulait qu'à sa fortune.

Au théâtre, Huppert fait mieux qu'Huppert au cinéma et peut, sur son nom, gagner l'amour d'un garçon de trente ans son cadet. Certes, cette situation n'est pas impossible, mais elle n'est pas expressément plausible.

Reste, une fois accepté que Marivaux ne soit pas la préoccupation de la représentation, le plaisir de voir une "star" vampiriser la scène de ces caprices incongrus, celui d'assister à des prestations singulières comme celle haute en couleur de Bulle Ogier en Madame Argante, ou encore celui d'attendre le surgissement à tout instant d'éléments illogiques, voire surréalistes, comme ce "gag" où Arlequin se sert d'une jatte pleine de salade pour écraser sa cigarette...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 août 2022 : Only happy when it rains

Un peu de pluie, enfin ! C'est pour ainsi dire la tradition pendant le festival de La Route du Rock qui commence cette semaine ! Pour le reste voici notre petite sélection estivale hebdomadaire.

Du côté de la musique :

"Change" de Franz Robert Wild
retour sur le Hellfest 2022 avec Seth, Dog Eat Dog, Deftones, Suicidal Tendancies, Ghost etc.
"I started a garden" de Her Skin
Des petits festivals à venir avec La Guinguette Sonore et Engrenage Party
"Stereolab & Laetitia Sadier", nouvelle émission de Listen In Bed à écouter ici et toujours :
"NOW" le nouveau mix de Listen In Bed à écouter à volonté
retour sur le festival de Beauregard avec Turnstile, Izia, Madness...
"KEXP & NPR sessions" la nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"While my guitar gentle weeps" de Théo Cormier
"Hypnos & Morphée" de Dandy Dandie
Retour sur les Vieilles Charrues avec Last Train, Laetitia Sheriff, Johnny Mafia..

Au théâtre :

les comédies de l'été :
"Duos sur canapé" au Théâtre L'Alhambra
"Un cadeau particulier" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Ceci n'est pas une comédie romantique" au Théâtre Le Funambule-Montartre
"La Ligne Rose" au Théâtre Lepic
"Dîner de famille" au Café de la Gare

et les spectacles à l'affiche en août

Expositions :
'Christian Bérard - Bébé excentrique" au Nouveau Musée National de Monaco
la présentation du nouveau parcours des Collections du Musée d'Art Moderne de Paris en accès gratuit
la visite commentée par la commissaire de "Anne de France - Femme de pouvoir, princesse des arts" au Musée Anne-de-Beaujeu à Moulins
dernière ligne droite pour :
"Le Théâtre des émotions" au Musée Marmottan Monet

"Toyen - L'écart absolu" au Musée d'Art Moderne de Paris
et les expositions à l'affiche en août

Cinéma :

en streaming gratuit :
"Silvio et les autres" de Paolo Sorrentino
"Two lovers" de James Gray
"Innocents" de Bernardo Bertolucci
"Gothika" de Mathieu Kassovitz
"Lina" de Michael Schaerer
et le cinéma indien en 6 films

Lecture avec :

La rentrée littéraire d'automne 2022
et toujours :
"The unstable boys" de Nick Kent
"Le monde sans fin" de Jean Marc Jancovici & Christophe Blain
"Lanceurs d'alerte" de Flore Talamon et Bruno Loth

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=