Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le péche suédois - Elvira Madigan - Adalen 31
Bo Widerberg  (janvier 2014) 

Le cinéma suédois a eu une très grande chance et une très grande malchance : Ingmar Bergman.

Celui qui est sans doute le cinéaste le plus important de l’après-guerre, celui qui a fait gagné à son art sa légitimité en tant qu’art, celui qui a exploré tous les possibles derrière une caméra a évidemment tétanisé tous ses compatriotes.

Quant aux quelques audacieux qui ont quand même voulu faire des films, ils ont dû se contenter de la portion congrue dans l’ombre du grand maître.

C’est ce qui est arrivé injustement à Bo Widerberg, qui, en trente ans de carrière, n’a pu tourner qu’une douzaine de films alors que chacune de ses réalisations lui valait des récompenses ou des accessits dans des Festivals prestigieux et qu’il fut nommé maintes fois aux Oscars ou aux Golden Globes.

En ressortant trois de ses films, Malavida fait œuvre utile et donne envie d’en savoir encore plus sur un cinéaste dont on comprend en seulement quelques plans qu’il appartient à la caste très fermée de ceux qui ne filment jamais pour se faire plaisir mais pour élever le regard et l’âme de leurs spectateurs.

Dès son premier film, "Le péché suédois" (1962), Widerberg montre les contradictions de la société suédoise qui s’ouvre au monde moderne alors que règne encore la morale des temps anciens.

D’une facture qui le rapproche de la Nouvelle Vague, le film en diffère par le milieu décrit. C’est une Suède populaire qui est au centre de cette tranche de vie qui raconte comment une jeune fille attend un enfant d’un chanteur yé-yé.

Cette Suède de 1962 étonnera sociologiquement. Ce n’est encore qu’en pointillé le pays très avancé socialement qu’elle va devenir et les lieux montrés, genre HLM de la banlieue de Malmö, pourraient avoir des correspondances dans un film polonais tourné à la même époque par Wajda à Cracovie ou à Varsovie.

Le ton réaliste, le filmage sans fioritures, le goût pour des personnages simples vivant des passions évidentes, tout ce qui se retrouvera désormais dans chacun de ses films, est déjà là dans ce "Péché suédois" qui surprend cinquante ans après par sa fraîcheur, par sa fluidité. On y lit aussi l’attention que porte Widerberg aux femmes, ce féminisme sincère devant ce que les hommes leur font vivre.

"Elvira Madigan" (1967), drame romantique aux couleurs flamboyantes, montre ainsi les amours impossibles d’un jeune officier et d’une jolie artiste de cirque à la fin du dix-neuvième siècle, à cause d’une morale rigide.

Ce film d’une grande beauté plastique magnifie la splendide Pia Degermark, âgée de seulement seize ans et qui obtiendra pour sa composition d’Elvira le prix d’interprétation à Cannes en 1967. Baignant dans la musique de Mozart, ce drame intense préfigure les temps de la colère soixante-huitarde.


Car Bo Widerberg n’oublie jamais le contexte social dans ses films comme l’atteste "Adalen 31" (1969), récit à la fois d’une grève meurtrière en 1931 et d’une violence faite à une jeune fille de bonne famille enceinte d’un jeune homme d’une classe dite inférieure.

Rarement un conflit aura été filmé à "hauteur de grévistes" et sans en faire des héros ou des pantins. Les adversaires sont tous filmés dans leur vie quotidienne et pas seulement dans les temps forts et meurtriers des affrontements.

Au final, Widerberg en dit ainsi plus long sur la genèse du modèle social suédois, sur le courage de ces braves gens qui ont lutté pour obtenir des droits au péril de leurs vies, que s’il avait choisi d’en faire une fresque didactique.

Dans cette "rétrospective" Bo Widerberg, il n’y a pas un film à voir en priorité. Les trois valent le déplacement et soutiennent à leur avantage la comparaison avec toutes les sorties récentes.

En seulement trois films, on comprend que Bo Widerberg est un grand cinéaste qui mérite non pas d’être réhabilité, mais d’être remis à sa juste place.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 07 juillet 2024 : La culture, pour toujours

Les grenouilles prennent la route d'Avignon et nous vous livrerons nos chroniques quasiment au jour le jour exceptionnelement ! En attendant, voici le programme de la semaine. Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y serons avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
et toujours :
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=