Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Savannah Bay
Théâtre de l'Atelier  (Paris)  février 2014

Comédie dramatique de Marguerite Duras, mise en scène de Didier Bezace, avec Emmanuelle Riva et Anne Consigny.

"Il faut que je le dise une fois, presque jamais rien n’est joué au théâtre… tout est toujours comme si… comme si c’était possible" dit le personnage de la vieille femme appelée Madeleine dans "Savannah Bay", comme si, dans la nuit vague et incertaine de sa mémoire en perdition, elle voulait résumer cette œuvre de Marguerite Duras

"Savannah Bay", c’est dans un espace théâtral réduit souvent à une estrade, deux femmes l’une près de l’autre. Celle qui se tient devant, adossée à la plus jeune, est peut-être une actrice atteinte de ce qu’on n’appelait pas encore si communément la maladie d’Alzheimer en 1982, lors de la publication de la pièce. Marguerite Duras lui avait donné le prénom de la créatrice du rôle : Madeleine Renaud. Sa partenaire, qualifiée de jeune femme, est sa fille ou sa petite-fille.

Entre elles, les liens du sang et ceux du passé sont en train de s’évanouir avec les souvenirs perdus de la vieille dame, mais Marguerite Duras, dont la présence envahit le texte, pense qu’au bout de l’oubli il y a forcément quelque chose de douloureusement inoubliable. C’est ce quelque chose qui pourrait être l’enjeu de "Savannah Bay".

Emmanuelle Riva succède à Madeleine Renaud et quand sa voix cherche des mots oubliés, on retrouve l’écho fragile de la jeune fille d’"Hiroshima, mon amour". Le film qu’elle mime, comme Gloria Swanson dans "Sunset Boulevard", c’est peut-être celui de Resnais, celui où elle disait les mots de Duras, ceux de la fille tondue de Nevers faisant l’amour avec un Japonais à Hiroshima.

Face à Emmanuelle Riva, alliant la sérénité d’une petite fille presque espiègle à l’émotion éprouvante d’une vieille dame en train de se regarder se perdre, Anne Consigny est une quadragénaire à la fraîcheur juvénile qui se refuse à cette perte d’une mère qu’elle aime plus que tout.

Peut-être que ce duo construit par Didier Bezace est au final moins durassien que celui que constituait Madeleine Renaud et Bulle Ogier, qu’Emmanuelle et Anne sont moins crédibles qu’elles en mère et en fille, mais porté par l’écho de la chanson d’Edith Piaf toujours présente, le duo fonctionne très bien et révèle les beautés du texte et les grâces de la musique de Duras.

Sublime, forcément sublime.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

Abonnez vous à la Newsletter pour recevoir, outre les mises à jour en avant première, des infos de première importance et peut être des choses dont vous n'avez même pas encore imaginé l'existence et l'impact sur votre vie... et nous non plus.

se désabonner, changer son mail ... c'est ici!


» Contacter un membre ou toute
   l'équipe (cliquez ici)


Afficher les chroniques d'un membre :

Liste des chroniques... Cécile B.B.
Liste des chroniques... David
Liste des chroniques... Didier Richard
Liste des chroniques... Fred
Liste des chroniques... Jean-Louis Zuccolini
Liste des chroniques... Julien P.
Liste des chroniques... LaBat’
Liste des chroniques... Laurent Coudol
Liste des chroniques... Le Noise (Jérôme Gillet)
Liste des chroniques... Margotte
Liste des chroniques... MM
Liste des chroniques... Monsieur Var
Liste des chroniques... Nathalie Bachelerie
Liste des chroniques... Nicolas Arnstam
Liste des chroniques... Paola Simeone
Liste des chroniques... Philippe Person
Liste des chroniques... Rickeu
Liste des chroniques... Séb.T

 

Les articles de ce site sont la propriété de froggydelight.com et de leurs auteurs.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=