Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Un obus dans le coeur
Théâtre Les Déchargeurs  (Paris)  mars 2014

Monologue dramatique de Wajdi Mouawad dit par Grégori Baquet dans une mise en scène de Catherine Cohen.

Avec les cheveux rasés d'un bagnard, des airs de bébé Chéri-Bibi et une capuche prête à lui cacher cette tête de bagnard bébé Chéri-Bibi, Wahab quitte son siège composé de deux chaises accolées pour prendre la direction de la douleur, de la vraie, de l'intense, de l'absolue, celle qui fait crier après avoir trop parlé, celle qui explose dans le cœur comme un obus, celle qu'on ne connaît qu'une fois, une fois de trop : celle de la mort de sa mère.

C'est au parcours d'un cœur battant très fort dans le froid québécois et dans les mots de Wajdi Mouawad auquel convie Grégori Baquet.

Trajectoire âpre, sans escale autre que d'autres réminiscences de douleurs passées, ce long chemin n'a que des évidences de haine et d'amour à faire partager.

Pourtant annoncé par une vidéo aux couleurs d'un garçonnet blond comme le bonheur, "Un obus dans le coeur" n'a jamais envie de s'arrêter pour s'apaiser. Pas de paradoxes, pas de non-dits, mais un texte franc du collier sans doute épuisant à dire et à transmettre.

Avec tout l'art qu'on lui connaît, et qu'il a su déjà déployer en solitaire dans une adaptation théâtrale du "K" d'après Dino Buzzati, Grégori Baquet s'est transformé ici en presque ado encore enfant pour être au plus près de la plainte de Wahab.

Il la partage sans excès ni emphase, prêt à donner quelquefois au spectateur, mais s'en abuser, le temps d'un rire bref. Car pas question de pause ni de respiration : l'hôpital l'attend avec ce qu'il y attend. Alors Grégori se dépêche d'aller chercher sa dose de malheur tout au service de la transfiguration théâtrale.

Dans le cocon d'une mise en scène de Catherine Cohen d'autant plus précise qu'elle est intensément minimale, il emporte la conviction.

Même le spectateur le plus rétif à l'émotion crue conviendra qu'avec Grégori Baquet il a droit à une performance sans artifice, à mille lieues de tout trafic de sentiments et qui lui permet d'apprécier l'art des mots justes de Wajdi Mouawad.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

Abonnez vous à la Newsletter pour recevoir, outre les mises à jour en avant première, des infos de première importance et peut être des choses dont vous n'avez même pas encore imaginé l'existence et l'impact sur votre vie... et nous non plus.

se désabonner, changer son mail ... c'est ici!


» Contacter un membre ou toute
   l'équipe (cliquez ici)


Afficher les chroniques d'un membre :

Liste des chroniques... Cécile B.B.
Liste des chroniques... David
Liste des chroniques... Didier Richard
Liste des chroniques... Fred
Liste des chroniques... Jean-Louis Zuccolini
Liste des chroniques... Julien P.
Liste des chroniques... LaBat’
Liste des chroniques... Laurent Coudol
Liste des chroniques... Le Noise (Jérôme Gillet)
Liste des chroniques... Margotte
Liste des chroniques... MM
Liste des chroniques... Monsieur Var
Liste des chroniques... Nathalie Bachelerie
Liste des chroniques... Nicolas Arnstam
Liste des chroniques... Paola Simeone
Liste des chroniques... Philippe Person
Liste des chroniques... Rickeu
Liste des chroniques... Séb.T

 

Les articles de ce site sont la propriété de froggydelight.com et de leurs auteurs.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=