Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Crème de la Crème
Kim Chapiron 

Réalisé par Kim Chapiron. France. Comédie dramatique. 1h30. (Sortie 2 avril 2014). Avec Thomas Blumenthal, Alice Isaaz et Jean-Baptiste Lafarge.

On avait dit tout le bien que l’on pensait de Kim Chapiron lors de la sortie de "Dog Pound", son précédent film, qui s’immergeait dans une prison pour jeunes de l’Amérique du Nord.

Son retour en France confirme qu’il est le cinéaste trentenaire à suivre. Dans "La Crème de la crème", il conserve la même énergie que dans son film américain et la communique à un sujet souvent casse-gueule dans le cinéma français : celui de la jeunesse "dorée".

Presque entièrement situé dans un campus d’une "business school", avec de nombreuses incursions dans les "soirées d’intégration" si importantes dans ces milieux de jeunes privilégiés, "La Crème de la crème" est digne des films américains qui traitent souvent de ce sujet et y rajoute une touche française, qu’on pourrait qualifier de "conscience sociologique".

Ici, le cinéaste et son scénariste, paradoxalement plus proches des thèses de Pierre Bourdieu que les films d’Emmanuel Bourdieu, content comment ses élèves doués, évaluant les paramètres nécessaires pour réussir, mettent en pratique des schémas sociologiques pour parvenir à leurs fins. Eux, au moins, et ce n’est pas le moindre paradoxe dans cet antre de l’ultra-libéralisme, croient à l’existence de la lutte des classes sous-tendue par la lutte pour des places dans l’élite.

Pour cela, les trois héros, qui forment une alliance assez inattendue et chantent "Les Gentils, les Méchants" de Michel Fugain, représentent chacun un type social français face à la "beaufitude" des jeunes bourgeois éméchés qui préfèrent hurler "Les Lacs du Connemara" de Michel Sardou. Le Versaillais, la fille de prolo et le jeune Juif laïc font équipe contre un monde cynique, où l’argent est roi, la jouissance toujours immédiate et primaire et la reproduction de la caste l’essentiel à défendre par tous les moyens.

Kim Chapiron excelle dans les scènes de fête où l’on sent que se désinhibe toute la barbarie tapie dans les profils lisses et policés de ces étudiants de bonne famille. Fort de son expérience américaine, il réussit quelque chose de rare dans un "film de jeunes" à la française : chacun de ses acteurs, qu’il ait un rôle important ou campe simplement une silhouette, est crédible. Ce qu’on reproche souvent au cinéma français est absent : les étudiants de Chapiron ne sont pas des caricatures et tous jouent bien.

En résulte un portrait assez complet de la jeunesse française vue sous le prisme d’une école de commerce.

Rythmé, jouant habilement et honnêtement sur les codes et les stéréotypes, "La Crème de la crème" de Kim Chapiron n’assène pas une leçon. On sait toujours qu’on navigue entre vérité et fiction, qu’il s’agit simplement que la convention cinématographique fournisse du sens, s’approche de la réalité qu’elle souhaite décrire.

Et le résultat est franchement réussi : la France de 2014 est là, synchro avec les héros de Chapiron. On n’oubliera pas Thomas Blumenthal en "Charles-de-Gaulle Étoile" et plein d’émotion face à la craquante Marine Sainsily. Quant à Alice Isaaz, qui forme avec Jean-Baptiste Lafarge un couple à la fois transgressif et fleur bleue, son regard si intense et si inquisiteur n’a pas fini de scruter les écrans français.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2022-09-25 :
L'Ombre de Goya - José Luis Lopez-Linares

• Edition du 2022-09-18 :
Coup de Théâtre - Tom George

• Edition du 2022-09-11 :
107 mothers - Peter Kerekes   
 

• Archives :
Plan 75 - Chie Hayakawa
Rodéo - Lola Quivoron
My Name is Gulpilil - Molly Reynolds   
Costa Brava, Lebanon - Mounia Aki  
Des filles pour l'armée - Valerio Zurlini  
Occhiali neri - Dario Argento   
Peter von Kant - François Ozon   
The Sadness - Rob Jabbaz  
L'Esprit sacré - Chema García Ibarra
Todos os Mortos - Caetano Gotardo et Marco Dutra
Jungle rouge - Juan José Lozano et Zoltan Horvath   
Swing - Tony Gatlif    
All eyes off me - Hadas Ben Aroya  
Les Femmes des autres - Damiano Damiani   
Maître Contout - Mémoire de la Guyane - Xavier Gayan   
Années20 - Elisabeth Vogler   
Et je l'aime à la fureur - André Bonzel   
Un vrai crime d'amour - Luigi Comencini   
Employé-Patron - Manuel Nieto Zas   
The Batman - Matt Reeves
Azuro - Matthieu Rozé  
La vie de famille - Jacques doillon
Deux sous d'espoir - Renato Castellani  
Crush - Luis Prieto   
Tropique de la violence - Manuel Schapira    
L'Empire du silence - Thierry Michel   
Ma nuit - Antoinette Boulat   
Rien à foutre - Emmanuel Marre et Julie Lecoustre    
Ali & Ava - Clio Barnard   
Viens je t'emmène - Alain Guiraudie   
- les derniers articles (2)
- les derniers cineclub (6)
- les derniers concerts (19)
- les derniers expos (1)
- les derniers films (1636)
- les derniers interviews (15)
- les derniers spectacles (3)
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=