Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Fat Supper - Détroit
L'Aéronef  (Lille)  mercredi 14 mai 2014

Que d'attente, que d'attente !

Le retour de Bertrand Cantat sur scène se sera longtemps fait attendre, surtout depuis la sortie cet hiver du premier album de Détroit. Cerise sur le gâteau, le combo a invité les géniaux Fat Supper à ouvrir le bal sur une bonne partie de la tournée. L'impatience s'impatiente elle-même, tant l'affiche est belle. D'ailleurs, l'Aéronef affiche complet depuis plusieurs mois, à l'instar du reste de la tournée.

Il s'agit probablement de la tournée rock la plus motivante que la France ait connu depuis longtemps, loin du teenage rock parisien dont seuls les BB Brunes semblent avoir survécu. Des faux punks de Skip The Use qui n'ont quand même pas grand chose à raconter, à part que la cigarette et l'alcool c'est mal (en oubliant que si Iggy Pop et Johnny Rotten étaient des garçons modèles, on se serait bien fait chier dans les années soixante-dix). Loin des gênants Shaka Ponk, qui sont pourtant le backing band studio de Détroit. Et surtout loin des consternants Fauve, qui brassent un vent aussi rigolo qu'un pet.

Enfin, une tournée rock, digne de ce nom, avait de nouveau lieu et qui plus est sans promo !

Il est 20h, et les charismatiques Rennais de Fat Supper s'élèvent sur scène. Fat Supper est très clairement le groupe de rock pur le plus intéressant du moment. La prestation fut donc plus que convaincante et retient l'attention d'un public difficile, ayant hâte de retrouver Bertrand Cantat.

La set list est composée de morceaux issus de leurs deux premiers efforts dont récemment l'EP Flat Slupper, qui envoit sévèrement du pâté dans le boulgour ! On retrouve avec joie les implacables "Twisted", "Surrogate", "Step back" ou encore "Every Nobody" (qui sera d'ailleurs brutalement interrompu par l'organisation en fin de set), ainsi que des morceaux inédits qui n'augurent que du bon pour l'avenir du combo. A (re)découvrir sans modération.

Détroit arrive sur scène et instaure une ambiance de feu avec des morceaux pourtant peu joyeux ("Ma muse", "Horizon"), réarrangés de fort belle manière pour le live. De plus, la voix de Bertrand Cantat est incroyable, intacte !

Si cette tournée du duo Cantat / Humbert est si attendue, c'est parce que leur premier effort est plus que convaincant. Le concert commence donc de fort belle manière.

Puis le groupe enchaîne avec "Des visages et des figures" de Noir Désir et les choses se gâtent assez rapidement... Mais ne nous méprenons pas, cela ne veut pas dire que musicalement l'affaire ne tient pas la route. Au contraire, le groupe composé de cinq musiciens (Bruno Green, Guillaume Perron et Nicolas Boyer) est très bien.

Mais, passons à la première personne, je suis venu voir un concert de Détroit, pas de Noir Désir, et furent jouer ce soir plus de morceaux de ces derniers.

Je n'ai pourtant rien contre Noir Désir, bien au contraire, et je n'ai pas toujours boudé mon plaisir. "Tostaky", qui déclenchera une hystérie collective proche de l'émeute, malgré son final disco franchement dispensable, en est le meilleur exemple. En revanche, "Le vent nous portera" et sa belle odeur de merguez m'a vraiment fait regretter l'édition 2003 de la fête de l'humanité. D'autres classiques font leur apparition : "Lazy", "A ton étoile", "Comme elle vient", "Fin de siècle", et écrasent à mon sens des morceaux récents comme la judicieuse tentative trip-hop de "Sa majesté". Quitte à être incohérent, j'ai du coup regretté "Un jour en France", nécessaire en cette période.

Dans le numéro 560 (avril 2014) de Rock & Folk, Bertrand Cantat en répétition dit ceci : "Si on reprend du Noir Dés', il y en aura qui diront : "Comment peuvent-ils le reprendre ?" Si on ne le fait pas, on va nous dire : "Mais pourquoi ?". Il n'y a pas de fin à tout ça."

On ne peut qu'acquiescer, mais le dosage est maladroit, et délaisse des morceaux du disque comme le très bon "Terre Brûlante", et surtout j'aurais tellement aimé voir Cantat reprendre "Avec le temps". Seul. Acapella. Mais bon, peut-être n'est-il pas encore temps. La tournée évolue et évoluera encore, et n'en est finalement qu'au stade des retrouvailles.

Il serait intéressant de voir la deuxième partie dans les zéniths prévus en automne, après l'étape festival, où le groupe ne sera pas en terrain conquis puisque qu'appartenant à des programmations éclectiques. Car à l'Aéronef, ce fut un retour triomphal. Oui, les visages et les figures étaient ravis. Finalement, n'est-ce pas ici le but de cette affaire rock'n'roll ?

Quant à Bertrand, il semble plus épanoui que jamais par ses nouveaux horizons, de nouveau en route vers la joie. On ne saurait être plus content pour lui. Et puis Fat Supper, c'était tellement bien !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de Fat Supper
La chronique de l'album Tied & True de Detroit Cobras
La chronique de l'album Horizons de Détroit
Détroit en concert au Festival de Dour 2004 (jeudi)
Détroit en concert au Fil (samedi 12 avril 2014)
Détroit en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #26 (édition 2014) - vendredi
##Bertrand Cantat#

En savoir plus :
Le site officiel de Détroit
Le Facebook de Détroit
Le Bandcamp de Fat Supper
Le Facebook de Fat Supper

Crédits photos : Olivier Ryckebusch


Sam Nolin         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 12 juillet 2020 : Un air d'été

On entre dans la saison des vacances, pour vous comme pour nos chroniqueurs. Vous nous retrouverez tout l'été quand même avec des éditions web plus légères et toujours notre Froggy's TV bien sûr avec La Mare Aux Grenouilles et plein d'autres émissions. c'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

La Mare Aux Grenouilles #6, sommaire et replay
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.

Au théâtre :

en salle :
"Littoral" au Théâtre de la Colline
"Karine Dubernet - Souris pas" au Point Virgule
et dans un fauteuil de salon :
des créations :
"Yvonne princesse de Bourgogne" par Jacques Vincey
"Lucrèce Borgia" par Lucie Berelowitsch
"La Dernière neige" de et par Didider Bezace
"Pinocchio" de Joël Pommerat
"Soulever la politique" de Denis Guénoun
"Je marche dans la nuit par un chemin mauvais" de et par Ahmed Madani
Au théâtre ce soir :
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"Le Tombeur" de Robert Lamoureux
"Une cloche en or" de Sim
du boulevard :
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Face à face" de Francis Joffo
du côté des humoristes :
"Bernard Mabille sur mesure"
"Christophe Alévêque est est Super Rebelle... et candidat libre !"
et finir l'Opéra :
avec du lyrique :
"Le Balcon" de Peter Eotvos par Damien Bigourdan
"Orlando furioso" de Antonio Vivaldi par Diego Fasolis
"La Flûte enchantée" de Mozart par Romeo Castellucci
et du ballet avec deux créations étonnantes : "Raymonda" de Marius Petipa et "Allegria" de Kader Atto

Expositions :

les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma at home avec :
le cinéma contemporain
"A woman at war " de Benedikt Erlingsson
"Lulu" de Uwe Janson 
"L'Apotre" de Cheyenne Carron
"La tendresse" de Marion Hänsel
"Crawl" de Herve Lasgouttes
"Nesma" de Homeïda Behi
le cinéma culte des années 1920 :
"Le cuirassé Potemkine" de Sergueï Eisenstein
"Nosferatu le vampire" de Friedrich Wilhelm Murnau
"Le Cabinet du docteur Caligari" de Robert Wiene
"Les Deux Orphelines" de D.W. Griffith
et l'entre deux avec les années 1970 :
"Mado"de Claude Sautet
"La Traque" de Serge Leroy
"La femme du dimanche" de Luigi Comencini
et retour au 2ème millénaire avec de l'action :
"Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie" de Jan De Bont
"Blade Trinty" de David S. Goyer
avant de conclure en romance avec : "Un havre de paix  de Lasse Hallström

Lecture avec :

"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=