Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Match retour
Corneliu Porumboiu  juillet 2014

Réalisé par Corneliu Porumboiu. Roumanie. Documentaire. 1h37 (Sortie le 2 juillet 2014). Avec les voix de Adrian et Corneliu Porumboiu.

Depuis sa  "Caméra d'or" obtenu en 2006 pour "12 h 08 à l'Est de Bucarest", on suit pas à pas, et avec un intérêt jamais déçu, les traces cinématographiques de Corneliu Porumboiu. Cinéaste de la parole qui révèle, il a marqué les esprits avec "Policier, adjectif" (2009) et "Métabolisme" (2013).

Le voilà aujourd'hui qui revient avec une œuvre expérimentale d'une évidente simplicité : son père, arbitre professionnel, a officié en 1988 dans un match opposant les deux grands clubs de Bucarest, le Dinamo et le Steaua, et il lui a proposé de revoir ce match et de le commenter en sa compagnie.

Dès lors, il faut dire à tout spectateur qui sera tenté par "Match retour" qu'en entrant dans la salle de cinéma, il va se retrouver dans l'enfer des images de la télé roumaine des années 1980. Pire encore.

Car au mauvais filmage et à l'usure du temps des images télés s'ajoute une donnée imprévue : le match se joue sous la neige, sur un terrain quasi impraticable et absolument pas propice aux petits ponts et aux passements de jambes.

D'ailleurs, un des effets inattendus de "Match retour" est qu'on est si vite happé par la conversation du fils et du père qu'on en oublie presque de regarder ces images tellement pourries qu'elles en deviennent abstraites. Quel est le score final de ce match entre l'équipe de la police et celle de l'armée ? On aura bien du mal à le dire en sortant de "Match retour".

L'intérêt est forcément ailleurs que dans la vision stricto sensu du match, même si on y reconnaît des noms et qu'on y voit des footballeurs qui feront les beaux jours de grands clubs, comme le mythique Hagi.

"Match retour" saisit la Roumanie dans les dernières heures de l'ère Ceausescu et ces images d'un autre temps ont son parfum. Les spectateurs qu'on devine sous la bouillasse neigeuse en train de suivre cette parodie de match subissent encore métaphoriquement l'ère glacée du Conducator. Tout comme Adrian, le papa de Corneliu, qu'on voit dans l'éclat de sa jeunesse et dépositaire d'un hypothétique pouvoir, celui du juge-arbitre, mais si hypothétique qu'il ne peut pas reporter ce match joué sous la neige qui tombe.

On sent tout de suite la contradiction qu'il y avait à "arbitrer" ces deux équipes représentant des forces contrôlant le pays. Adrian explique, mais sans s'attarder comme si c'était encore dangereux d'en dire plus aujourd'hui, qu'il a subi des pressions pour ce qui constituait l'un de ses premiers matchs professionnels.

Devant ce football d'un autre âge, où les joueurs n'avaient pas encore adopté la méthode Actor'Studio pour se rouler par terre à chaque contact rugueux, on sent beaucoup de nostalgie chez Adrian Poramboiu.

Dans cet échange pas toujours dense, jouant le jeu du "direct "off, on sent toutefois passer beaucoup de choses : l'admiration du fils pour le père, une espèce de réserve du père qui a peur de décevoir les attentes de son fils réalisateur, une connivence des deux qui submerge finalement tout le reste.

Bien sûr, "Match retour" se lira vite comme une parenthèse dans l'oeuvre de Corneliu Porumboiu, même si on y retrouve ce plaisir qu'il a de faire surgir des morceaux de vérité en faisant parler ses personnages. On pourra cependant prendre du plaisir à suivre cette partie improbable qui dure exactement le temps d'un film.

Riche d'enseignements sur la grande histoire comme sur l'histoire du foot, voire de celle du cinéma, "Match retour" de Corneliu Porumboiu n'est pas que de la télé commentée. Objet filmique inattendu, il se déguste sans ennui ni peine.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 18 octobre 2020 : Le grand incendie

Plutôt que de subir ce nouveau couvre feu, faisons feu de tout bois et sortons, chacun avec nos moyens, la culture de ce marasme actuel. Voici donc le programme de la semaine sans plus attendre.

Du côté de la musique :

"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri
et toujours :
"Glover's mistake" de Mickaël Mottet
"Chanson d'amour" de Alexandre Tharaud et Sabine Devieilhe
"Deux mezzos sinon rien" de Karine Deshayes
"Visible(s)" de La Phaze
"Seven Inch" 2eme émission de la 2eme saison de LISTEN IN BED
"Introsessions EP" de Minshai
"Faune" de Raphaël Pannier Quartet
"Shaken soda" de Shaken Soda
"Y" de The Yokel
"L'ancien soleil" de Yvan Marc

Au théâtre :

les nouveautés :
"L'Art de conserver la santé" au Théâtre de la Bastille
"Don Juan" au Théâtre national de Chaillot
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Saccage" à la Manufacture des Abbesses
"Le Dernier jour d'un condamné" au Théâtre Essaion
"Jeanne d'Arc" au Théâtr de la Contrescarpe
"Here & Now" au Centre Culturel Suisse
"Virginie Hocq ou presque" au Théâtre Tristan Bernard
"Le destin moyen d'un mec fabuleux" au Studio Hébertot
les reprises :
"La promesse de l'aube" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Swinging Poules - Chansons synchronisées" au Théâtre L'Archipel
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'art etd'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home avec :
"India Song" de Marguerite Duras
"De beaux lendemains" de Atom Egoyan
"La légende du piano sur l"océan" de Giuseppe Tornatore
"Une femme mélancolique" de Susanne Heinrich
"Atanarjuat, la légende de l'homme rapide" de Zacharias Kunuk

Lecture avec :

"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

et toujours :
"Etouffer la révolte" de Jonathan M. Metzl
"Infographie de la Rome antique" de John Scheid, Nicolas Guillerat & Milan Melocco
"L'accident de chasse" de David L. Carlson & Landis Blair
"Le voleur de plumes" de Kirk Wallace Johnson
"Mon père et ma mère" de Aharon Appelfeld
"Réparer les femmes : un combat contre la barbarie" de Denis Mukwege & Guy-Bernard Cadière
"Un coeur en sourdine" de Alexandra Pasquer

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 18 octobre 2020 : Le grand incendie
- 11 octobre 2020 : La Mare Aux Grenouilles
- La Mare Aux Grenouilles #12
- 4 octobre 2020 : Triste automne
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=