Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le beau monde
Julie Lopes Curval  août 2014

Réalisé par Julie Lopes Curval. France. Comédie dramatique. 1h35 (Sortie le 13 août 2014). Avec Ana Girardot, Bastien Bouillon, Baptiste Lecaplain, Aurélia Petit, Sergi Lopez et India Hair.

Ce serait pour partie exagéré d'écrire tout de go que "Le beau monde" de Julia Lopes Curval illustre par l'exemple les théories de Pierre Bourdieu sur les distinctions sociales. Peut-être serait-il plus juste de rapprocher son film des romans autobiographiques d'Annie Ernaux tels que "La Place".

Alice, issue des "classes populaires" - on aurait jadis dit "classes laborieuses" quand elles n'étaient pas condamnées pour toujours au chômage et à la précarité - va croiser sur sa route artistique, Antoine, un produit sympathique de la grande bourgeoise, bien campé avec sa voix douce et son faux air flegmatique par Bastien Bouillon.

Cette rencontre va permettre à Alice d'accéder à un autre monde, celui où l'on peut vivre de son art et où les choses de l'esprit ont un sens et même une valeur financière. Mais, quand on vient d'où elle vient, cette accession se paie au prix fort, celui du douloureux "hiatus" de classe qui la sépare désormais du monde d'où elle vient et qui l'empêche d'être totalement à l'aise dans sa nouvelle condition.

Elle, qui vit au plus profond d'elle-même la découverte des "belles choses", va subir toute une série de petites humiliations, souffrir de ne pas maîtriser les codes de la bourgeoisie, et que dire, quand Antoine, sans "penser à mal", s'autorise à venir photographier sa mère dans son HLM ?

Mal à l'aise avec sa vie d'avant et peu sûre dans sa vie future, elle fera, au prix d'un amour impossible et au tarif de la solitude, un long chemin pour devenir ce qu'elle aspirait à être.

Julie Lopes Curial réussit avec justesse sa "comédie sociale". On est parfois près de Brisseau et heureusement toujours loin de Guédiguian.

Sa grande force tient dans une direction d'acteurs impeccable et un distribution parfaite. Tous, d'Aurélia Petit, qui peut donner enfin sa mesure dans le rôle de la mère d'Antoine, grande bourgeoise pleine de duplicité, à Sergi Lopez cachant derrière un grand calme une sensibilité à fleur de parfum, sont justes. On n'oubliera pas aussi la belle prestation d'India Hair, ancienne copine d'Alice qui la regarde devenir une étrangère.

Mention évidememment spéciale à Ana Girardot qui porte le film dans ces va-et-vient entre deux univers si proches géographiquement mais tellement lointains socialement. Elle suit les emportements du film sans finalement "trahir" sa classe. Qu'elle soit face à sa mère ou à son ancien petit ami, qu'elle soit filmée au "travail" en train d'habiter sa broderie, ou qu'elle oscille entre admiration et répulsion pour ce "beau monde" qui fait mine de la bien accueillir, elle impose sa jolie fossette, la grâce de son apprêt et une conviction intérieure éclatante.

Avec "Le beau monde" de Julie Lopes Curval, le cinéma français retrouve le chemin de l'analyse "sociale". Loin de toute psychologie à l'emporte-pièce et de toute sociologie de comptoir, un portrait de la France actuelle est proposé, avec des personnages vraisemblables et sincères.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2024-07-14 :
La récréation de juillet - Pablo Cotten et Joseph Rozé

• Edition du 2024-07-07 :
Saravah - Pierre Barouh

• Edition du 2024-06-30 :
El Profesor - Maria Alché et Benjamin Naishtat
 

• Archives :
Six pieds sur terre - Karim Bensalah
Nouveau monde - Vincent Capello
La Gardav - Thomas et Dimitri Lemoine
Heroico - David Zonana
Roqya - Saïd Belktibia
L'esprit Coubertin - Jérémie Sein
Marilu - Sandrine Dumas
Que notre joie demeure - Cheyenne-Marie Carron
Le déserteur - Dani Rosenberg
L'île - Damien Manivel
Amal - Jawad Rhalib
Le Naméssime - Xavier Bélony Mussel
Yurt - Nehir Tuna
Le squelette de Madame Morales - Rogelio A. Gonzalez
Le Jeu De La Reine - Karim Aïnouz
Laissez-moi - Maxime Rappaz
L'innondation - Igor Miniaev
El Bola - Achero Manas
Blue Giant - Yuzuru Tachikawa
Alice - Jan Svankmajer
Universal Theory - Timm Kroger
Elaha - Milena Aboyan
L'Homme d'argile - Anaïs Tellenne
Means Girls, Lolita malgré moi - Samantha Jayne et Arturo Perez Jr
Sirocco et le royaume des courants d'air - Benoit Chieux
La Venus d'Argent - Helena Klotz
Ricardo et la peinture - Barbet Schroeder
A L'intérieur - Vasilis Katsoupis
Le Gang du Bois du Temple - Rabah Ameur-Zaimeche
Juniors - Hugo Thomas
- les derniers articles (2)
- les derniers cineclub (6)
- les derniers concerts (20)
- les derniers expos (1)
- les derniers films (1696)
- les derniers interviews (15)
- les derniers spectacles (4)
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=