Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Mission
Théâtre de la Colline  (Paris)  novembre 2014

Partition de Heiner Muller, mise en scène de Michael Thalheimer, avec Charlie Nelson, Claude Duparfait, Noémie Develay-Ressiguier, Stefan Konarske et Jean-Baptiste Anoumon.

A proprement parler, "La Mission" n'est pas une pièce de théâtre mais un texte compact d'Heiner Muller, entrecoupé de grandes tirades solennelles des trois personnages centraux, avec parfois quelques dialogues quand deux d'entre eux, par exemple, "singent" Robespierre et Danton.

Heiner Muller, de plus, s'appuie fortement sur la nouvelle d'Anna Seghers, "La lumière sur le gibet", ce qui signifie que "La Mission", texte écrit en 1981, appartient idéologiquement à un temps - maintenant lointain - où la Révolution française avait un sens... révolutionnaire, où un camp progressiste s'opposait à un camp réactionnaire ouvertement contre-révolutionnaire.

Les trois membres de la Convention qui sont envoyés en Jamaïque pour pousser les esclaves à la révolte se retrouvent soudain confrontés au retournement de l'Histoire avec la contre-révolution napoléonienne, et sa première conséquence pour les Colonies : le retour au régime d'avant 1789, c'est-à-dire, le rétablissement de la traite des Noirs et de l'esclavage.

À l'heure où le libéralisme a pénétré les têtes avec comme idéologie principale la confusion des idées, adapter le texte d'Heiner Muller et surtout en garder le sens initial est une gageure.

Michaël Thalheimer s'est donc réfugié dans une machinerie néo-expressionnisme où domine le noir, le gris avec parfois quelques coulées de rouge sang, sans oublier le blanc lumineux de "l'ange du désespoir". Il s'agit bien d'un combat, mais d'un combat plus moral que politique, d'un combat entre le bien et le mal.

Dans une mise en scène qui tient plus de l'opéra que du théâtre, Michaël Thalheimer amplifie la contradiction entre l'universalisme "français" du sujet et l'expressionnisme "allemand" de son traitement.

Derrière les personnages qui dissertent de la Révolution et de sa dilution, il y a une espèce de roue qui pourrait provenir de "Métropolis", dont l'essentiel est sous la scène et dont on ne distingue que des "marteaux" qui apparaissent d'un côté de la scène et disparaissent lentement de l'autre, symbolisant le retour inexorable des temps anciens...

Ce dispositif sera un instant anéanti par l'irruption d'un homme en costume moderne qui se servira de cette roue comme monte-charge : c'est l'épisode "obscur" de "l'homme dans l'ascenseur" annonçant peut-être qu'aux temps de l'oppression succèderont des temps d'une infinie solitude.

En conservant la langue allemande pour ce récit, Michaël Thalheimer en fait une interprétation assez osée puisqu'il pousse son acteur dans une tirade "hitlérienne" plus dans l'éructation que dans la désolation.

Dès lors, on peut légitimement se perdre en conjectures sur le sens à donner au texte très didactique de Heiner Muller, surtout quand il se pare de symboles, comme celui d'un ange très "Ailes du Désir" de Wim Wenders...

D'une beauté formelle indéniable, joué par des acteurs aussi habités que concernés, "La Mission" laisse cependant dubitatif. De Müller et de son texte qui traitait de la tristesse de voir toujours trahie la révolution, il ne reste qu'un beau chant poétique, loin de toute prophétie politique, un constat qui est lui aussi une forme de trahison.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=