Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Pasolini
Abel Ferrara    (décembre 2014) 
>

Réalisé par Abel Ferrara. France/Italie/Belgique. Biopic. 1h24 (Sortie le 31 décembre 2014). Avec Willem Dafoe, Ninetto Davoli, Riccardo Scamarcio, Valerio Mastandrea, Adriana Asti, Maria de Medeiros, Roberto Zibetti et Andrea Bosca.

Chacun a ses limites. Même les provocateurs. En évoquant la fin tragique de Pier Paolo Pasolini, Abel Ferrara révèle les siennes : par respect pour le grand écrivain, par admiration du cinéaste de "Mamma Roma" ou d'"Accatone", il donne une version assez sage du destin de l'hérétique le plus célèbre des années 1970.

Sortant de " Welcome in New York", et des tribulations olé olé de DSK, il a déposé un voile quasi pudique sur le cadavre de PPP.

C'est un Pasolini du quotidien, avec ses faims triviales dans des journées et des soirées ordinaires, qu'incarne Willem Dafoe. Ni l'acteur ni son réalisateur ne statufient le poète. Pas question de le faire parler ou agir comme dans un "biopic". Il porte sur lui le poids et la lassitude d'une vie et d'une œuvre tumultueuses, mais jamais, derrière ses lunettes noires, il ne joue à être Pasolini fabriquant sa légende.

Abel Ferrara, qu'on a pourtant connu friand d'une imagerie chrétienne voyante dans ses films les plus célèbres et les plus réussis comme "Bad Lieutenant", évite ici toute allusion "christique" facile. Avant de connaître son horrible mort, Pasolini n'a aucune conscience qu'il vit son chemin de croix.

"Pasolini" d'Abel Ferrara est donc forcément un film "déceptif", un film qui appuie la thèse d'un assassinat banal, celle d'un homme imprudent par une petite frappe impulsive. Pasolini n'est ni victime d'un complot politique, ni l'organisateur conscient d'un crime sordide qu'il serait allé chercher pour en finir. Pasolini ne meurt pas à cause de son œuvre, mais à cause de sa vie et de sa sexualité.

Si l'on veut vraiment voir en Ferrara un provocateur, c'est dans cette vision d'un Pasolini débarrassé de son aura de génie sulfureux qu'on pourra en trouver les traces.

Pour le film, plus nocturne que diurne et tourné dans des couleurs ternes, pas loin du sépia, cela crée une ambiance assez molle, à la limite du cotonneux. Rien d'enthousiasmant, rien de passionnant. On pourra vivre cela comme de l'ennui et Willem Dafoe, à la fois très près et très loin du personnage, renforce cette sensation que son Pasolini n'est déjà plus concerné par un monde qui n'aura bientôt plus besoin de lui.

"Pasolini" d'Abel Ferrara anticipe la tristesse de l'Italie d'après-Pasolini, celle qui va vendre ses âmes chrétiennes et marxistes pour un plat de divertissement berlusconien. On y croise avec plaisir - et doublement - Ninetto Davoli et la grande Adriana Asti en émouvante maman du poète.

Voilà un film qui a peut-être besoin de vieillir pour se révéler comme un grand film. Le temps le dira.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 juin 2024 : Culture en danger ?

Alors que la France est virtuellement sans gouvernement, il y a de quoi, entre autres problèmes, s'inquiéter pour la culture. Quoi qu'il en soit on sera toujours là pour la rendre la plus accessible possible.
Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"La marche des enfants" de BabX & la Maitrise populaire de l'Opéra-Comique
"Shalalalala" de Theo Hakola
"Time!" de Eels
rencontre avec Dendana, illustrée par une session de 2 titres
"Brahms, sonates pour clarinette et piano, trio pour cor" de Geoffroy Couteau
"Haydn, intégrale des trio avec flûte" de Jean Pierre Pinet & Les Curiosités Esthétiques
"Sun without the heat" de Leyla McCalla
"Meilleur erreur" de Meilleur Erreur
"Leaving you alone part 1" de The Desperate Sons
"IV" de Wildstreet
"Broadcast - Spell Blanket" c'est le 32ème épisode du Morceau Caché
er retrouvez les photos de Eric Ségelle de Hala Duett et L'Etrangleuse à La Cale
et toujours :
Rencontre avec Baptsite Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
Lux, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols

Au théâtre :

les nouveautés :

"La mécanique du coeur" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"King Kong théorie" au Théâtre Silvia Montfort

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

et toujours :
"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon
"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

Cinéma avec :

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=