Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Fabien Martin - Nicolas Jules
Café de la Danse  (Paris)  7 mars 2005

Nicolas Jules, l'homme orchestre

Echevelé, déjanté, au cynisme mordant et à la dérision efficace, Nicolas Jules semble osciller entre une carrière de comique et une carrière de musicien…

Dilemme difficile en effet puisque l'énergumène est touché des deux dons. Sa guitare est aux ordres de doigts surdoués.

Ligne de basse, rythmique, mélodie et accords tout semble pouvoir en sortir. Les textes sarcastiques, surréalistes, débridés sont portés par une voix chaude, basse et puissante, et à la prosodie scandée et pourtant ronde.

L'homme orchestre est en tournée, il faut le voir !

Fabien Martin, le printemps d'un poète ?

Indéniablement, le petit nouveau de la variété française plait. Avec son allure de dandy malhabile, ses mimiques grimaceuses et sa voix légère, Fabien Martin a trouvé son public.

Salle comble, ce soir encore frais du 7 mars au Café de la Danse. Pour une première date de tournée, la performance est à souligner. Pas de midinettes enfiévrées, le public est large, de 25 à la cinquantaine, et mixte de surcroît. Plus une place ni sur les marches, ni au pied de la scène.

Premiers rythmes, premières notes et la voix plaintive, un peu surannée, du trentenaire de se faire reprendre en chœur par la salle.

Les paroles d'une des deux chansons phare de son album "Ever Everest", "Même si", sont connues sur le bout des lèvres. Autre single, Automne Hiver, même effet.

Les premières transitions sont quelque peu laborieuses, mais il faut bien un tour de chauffe.

Et puis il est bien difficile de concurrencer sur ce terrain sa première partie, l'inconnu encore et pourtant remarquable Nicolas Jules, dont on ne savait plus s'il faisait un one man show ou un concert.

Mais Fabien prend ses aises peu à peu. Il joue avec un public réceptif, facilitant la mise en voix. Quelques trouvailles de liaisons qui n'ont sans doute rien d'improvisées, suscitent le rire. On l'aime bien Fabien. Autour de lui, des musiciens impeccables, jouent des sets peaufinés. Contre bassiste (François Fuchs), guitariste surréquipé (Philippe Desbois) et claviériste-percussionniste-bruitiste (Alexandre Léauthaud), chacun ayant ses minutes de solo concédées par le maître de cérémonie, donnent corps et cœur à ce show réglé au métronome.

Un peu trop peut-être, un peu trop lisse, un peu trop propre, au risque de manquer un peu d'âme. Mais du beau travail.

Les mélodies, simples, aux accents souchiens et aux envolées goldmaniennes (en moins aigues), avec ce que ce côté désuet a de charme, sont belles et pleines. Pleines de textes ciselés qui, dans leurs habits plaisamment poétiques ("Infiniment songe", "L'instant volatil"), nous parlent de la douleur amoureuse sans se répandre ("La vie morose", troncage de "La vie en rose" de la môme Piaf), de petits complexes ("Ma femme est plus grande que moi"), ou encore de passeurs d'immigrés clandestins latinos ("L'Odyssée d'Olégario").

Et puis, comme le jeune chouchou des critiques se met en ce moment à la guitare, il faut bien le montrer à l'occasion du morceau inédit "Paris-Vincennes", qu'on peut s'attendre à voir apparaître sur son second opus en préparation.

Une ovation, deux rappels et quelques acharnées qui en réclamaient encore annoncent de beaux jours à cette tournée de printemps. Le printemps d'un nom, Fabien Martin, qui de banal peut devenir référence.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Ever Everest de Fabien Martin
La chronique de l'album Comme un seul homme de Fabien Martin
La chronique de l'album Littoral de Fabien Martin
La chronique de l'album aMour(s) de Fabien Martin
Articles : Fabien Martin - 10 singles "Automne-Hiver" hors commerce gagnés !
Fabien Martin en concert à L'Européen (4 octobre 2004)
Fabien Martin en concert à La Cigale (26 octobre 2005)
L'interview de Fabien Martin (29 novembre 2004)
L'interview de JP Nataf - Fabien Martin (21 avril 2005)
L'interview de Fabien Martin (8 septembre 2006)
L'interview de Fabien Martin (samedi 18 janvier 2020)
Nicolas Jules en concert à l'Espace B (lundi 24 octobre 2011)
Nicolas Jules en concert au Trianon (mercredi 15 avril 2015 )

En savoir plus :
Le site de Fabien Martin
Le blog de Nicolas Jules
Le Facebook de Nicolas Jules

Crédits photos : Zénoïd (Plus de photos sur : Taste of indie)


Stéphanie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Fabien Martin (18 janvier 2020)


# 12 juillet 2020 : Un air d'été

On entre dans la saison des vacances, pour vous comme pour nos chroniqueurs. Vous nous retrouverez tout l'été quand même avec des éditions web plus légères et toujours notre Froggy's TV bien sûr avec La Mare Aux Grenouilles et plein d'autres émissions. c'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

La Mare Aux Grenouilles #6, sommaire et replay
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.

Au théâtre :

en salle :
"Littoral" au Théâtre de la Colline
"Karine Dubernet - Souris pas" au Point Virgule
et dans un fauteuil de salon :
des créations :
"Yvonne princesse de Bourgogne" par Jacques Vincey
"Lucrèce Borgia" par Lucie Berelowitsch
"La Dernière neige" de et par Didider Bezace
"Pinocchio" de Joël Pommerat
"Soulever la politique" de Denis Guénoun
"Je marche dans la nuit par un chemin mauvais" de et par Ahmed Madani
Au théâtre ce soir :
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"Le Tombeur" de Robert Lamoureux
"Une cloche en or" de Sim
du boulevard :
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Face à face" de Francis Joffo
du côté des humoristes :
"Bernard Mabille sur mesure"
"Christophe Alévêque est est Super Rebelle... et candidat libre !"
et finir l'Opéra :
avec du lyrique :
"Le Balcon" de Peter Eotvos par Damien Bigourdan
"Orlando furioso" de Antonio Vivaldi par Diego Fasolis
"La Flûte enchantée" de Mozart par Romeo Castellucci
et du ballet avec deux créations étonnantes : "Raymonda" de Marius Petipa et "Allegria" de Kader Atto

Expositions :

les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma at home avec :
le cinéma contemporain
"A woman at war " de Benedikt Erlingsson
"Lulu" de Uwe Janson 
"L'Apotre" de Cheyenne Carron
"La tendresse" de Marion Hänsel
"Crawl" de Herve Lasgouttes
"Nesma" de Homeïda Behi
le cinéma culte des années 1920 :
"Le cuirassé Potemkine" de Sergueï Eisenstein
"Nosferatu le vampire" de Friedrich Wilhelm Murnau
"Le Cabinet du docteur Caligari" de Robert Wiene
"Les Deux Orphelines" de D.W. Griffith
et l'entre deux avec les années 1970 :
"Mado"de Claude Sautet
"La Traque" de Serge Leroy
"La femme du dimanche" de Luigi Comencini
et retour au 2ème millénaire avec de l'action :
"Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie" de Jan De Bont
"Blade Trinty" de David S. Goyer
avant de conclure en romance avec : "Un havre de paix  de Lasse Hallström

Lecture avec :

"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=