Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les guêpes de l'été nous piquent encore en novembre
Théâtre du Rond-Point  (Paris)  mars 2015

Comédie de Ivan Viripaev, mise en scène et interprété par Sophie Cattani, Antoine Oppenheim et Michael Pas.

D'abord, et avant tout, il y a un titre étrange en forme de proverbe. Comme l'auteur, Ivan Viripaev, est un jeune Russe d'à peine quarante ans, on verrait bien la phrase comme un adage slave.

En fait, on penchera plutôt pour une autre explication : le trio sur scène, parlant dans ce qui ressemble au vestiaire où se préparent et se rhabillent les candidats d'un concours de danse, joue à un jeu bien connu, celui dans lequel il faut glisser dans un discours apparemment sérieux une expression incongrue.

D'ordinaire, le mot inattendu à répéter est le mot "enclume" ou l'adverbe "anticonstitutionnellement". Ici, il s'agit d'introduire dans les dialogues, sans se faire pincer, la phrase "Les guêpes de l'été nous piquent encore en novembre". C'est d'autant moins facile que les thèmes de la conversation qui animent les trois protagonistes danseurs tournent autour de l'adultère supposé de Sara, la jeune femme et de tout ce que cela inspire aux frères ennemis Robert et Donald.

Est-ce vraiment du théâtre ? En respecte-t-on les codes modernes établis depuis le 19e siècle ? N'est-on pas plutôt face à des gens saisis dans la vacuité d'une attente de résultat à un concours ? Cela n'expliquerait-il pas le caractère désordonné, pour ne pas dire incohérent, de leurs échanges verbaux ? Cela ne signifierait-il pas que le refus de tout enjeu dramatique est un parti-pris ultra volontaire ?

En tout cas, le prisme choisi est clairement "réaliste". Il n'y a pas de leçons de vie à attendre du trio, pas non plus de quoi alimenter un sentiment d'étrangeté et encore moins déclencher des rires et des pleurs.

Sans être hermétique, "Les guêpes de l'été nous piquent encore du novembre" est un texte sobrement plat, ne disposant d'aucune aspérité à laquelle on pourrait s'accrocher, et a fortiori se raccrocher, pour poursuivre une escalade rigolote ou tragique. Il faut ainsi entendre sans tout comprendre, accepter que l'un mange une banane et l'autre installe un lit de camp, et que cela soit les faits saillants de la représentation.

Sophie Cattani, que l'on avait vraiment apprécié au cinéma en train de "Chercher le garçon" dans le film de Dorothée Sebbagh, s'est associée justement à deux spécimens du genre masculin, Antoine Oppenheim et Michael Pas, pour mener cette entreprise "postmoderne" tambour battant.

Car, au rythme latino de la vidéo qui diffuse, en caméra de surveillance, le spectacle de danse d'où proviennent vraiment les occupants du vestiaire, les choses vont vite. On mettra au crédit du spectacle d'être court et de ne pas viser, en plus, l'ennui.

De quoi "Les guêpes de l'été nous piquent encore en décembre" est-il finalement le nom ou le symptôme ?

Peut-être du rêve incommensurablement prétentieux d'un auteur russe de venir à bout du théâtre. Ivan Virapaev prépare l'après théâtre sans passer par l'absurde à la Beckett. Ne rien dire mais le laisser dire en échangeant des paroles pas forcément inconsistantes serait sa marque de fabrique.

Les comédiens du Collectif ildi! Eldi, qui se mettent eux-mêmes en scène et sont aussi responsables de ce convaincant décor déclinant une salle de répétition ou des coulisses, se sortent sans encombre de ce terrain miné par Ivan Viripaev. Pour y parvenir, sans doute éludent-ils un peu vite les allusions politiques qui pointent ici et là.

Véritable auberge espagnole, cette pièce russe passionnera ceux qui auront compris très vite qu'elle compte sur un spectateur attentif, habité à décrypter un texte codé pour laisser passer quelques vérités dangereuses à dire clairement.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 18 février 2024 : Au soleil ou sous la pluie

Que ce soit en terme de météo ou de géopolitique, on ne sait plus sur quel pied danser. Mais quand même continuons de danser parce que si que restera-t-il ? Voici notre sélection hebdomadaire pour se changer les idées.

Du côté de la musique:

"La lune sera bleue" de Aline
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest
"Tindersticks, les reprises" nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
et toujours :
Akira & Le Sabbat, Les Vulves Assassines en live au Cargö de Caen
"Ferel" de Fuzeta
quoi de neuf du côté de Gad Zukes - Sweet Needles - Johnnie Carwash - Chasing Daisy
"Colère" de Lox
"Colors" de Royal Pantone
"Part time believer" de The Strumbellas
et toujours :
quoi de neuf du côté des clips ? avec Down To The Wire - Karkara - 20 Seconds Falling Man - Little Odetta
"Le cap" de For The Hackers
"For the hive" de Last Quarter
rencontre avec Nicolas Jules lors de son passage au Poly'Sons de Montbrison
"Hell, fire and damnation" de Saxon
"La société de préservation du roseau" de The Reed Conservation Society

et toujours :
"Time whispers" de Back and Forth
"Distances" de Bertille
"Ce que la nuit" de Kloé Lang
"Première nuit" de Lucas Lombard
"Big Sigh" de Marika Hackman
"Credo" de Pierre de Bethmann
"Relapse" de Venus Worship

Au théâtre

les nouveautés de la semaine :

"Holyshit !" au Théâtre de La Reine Blanche
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" au Théâtre de La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec le film de la semaine "Universal Theory" de Timm Kroger
et toujours:
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 21 avril 2024 : Des beaux disques, des beaux spectacles, une belle semaine
- 14 avril 2024 : En avril, de la culture tu suivras le fil
- 07 avril 2024 :Un marathon de nouveautés !
- 01 avril 2024 : Mieux vaut en rire !
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=