Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les guêpes de l'été nous piquent encore en novembre
Théâtre du Rond-Point  (Paris)  mars 2015

Comédie de Ivan Viripaev, mise en scène et interprété par Sophie Cattani, Antoine Oppenheim et Michael Pas.

D'abord, et avant tout, il y a un titre étrange en forme de proverbe. Comme l'auteur, Ivan Viripaev, est un jeune Russe d'à peine quarante ans, on verrait bien la phrase comme un adage slave.

En fait, on penchera plutôt pour une autre explication : le trio sur scène, parlant dans ce qui ressemble au vestiaire où se préparent et se rhabillent les candidats d'un concours de danse, joue à un jeu bien connu, celui dans lequel il faut glisser dans un discours apparemment sérieux une expression incongrue.

D'ordinaire, le mot inattendu à répéter est le mot "enclume" ou l'adverbe "anticonstitutionnellement". Ici, il s'agit d'introduire dans les dialogues, sans se faire pincer, la phrase "Les guêpes de l'été nous piquent encore en novembre". C'est d'autant moins facile que les thèmes de la conversation qui animent les trois protagonistes danseurs tournent autour de l'adultère supposé de Sara, la jeune femme et de tout ce que cela inspire aux frères ennemis Robert et Donald.

Est-ce vraiment du théâtre ? En respecte-t-on les codes modernes établis depuis le 19e siècle ? N'est-on pas plutôt face à des gens saisis dans la vacuité d'une attente de résultat à un concours ? Cela n'expliquerait-il pas le caractère désordonné, pour ne pas dire incohérent, de leurs échanges verbaux ? Cela ne signifierait-il pas que le refus de tout enjeu dramatique est un parti-pris ultra volontaire ?

En tout cas, le prisme choisi est clairement "réaliste". Il n'y a pas de leçons de vie à attendre du trio, pas non plus de quoi alimenter un sentiment d'étrangeté et encore moins déclencher des rires et des pleurs.

Sans être hermétique, "Les guêpes de l'été nous piquent encore du novembre" est un texte sobrement plat, ne disposant d'aucune aspérité à laquelle on pourrait s'accrocher, et a fortiori se raccrocher, pour poursuivre une escalade rigolote ou tragique. Il faut ainsi entendre sans tout comprendre, accepter que l'un mange une banane et l'autre installe un lit de camp, et que cela soit les faits saillants de la représentation.

Sophie Cattani, que l'on avait vraiment apprécié au cinéma en train de "Chercher le garçon" dans le film de Dorothée Sebbagh, s'est associée justement à deux spécimens du genre masculin, Antoine Oppenheim et Michael Pas, pour mener cette entreprise "postmoderne" tambour battant.

Car, au rythme latino de la vidéo qui diffuse, en caméra de surveillance, le spectacle de danse d'où proviennent vraiment les occupants du vestiaire, les choses vont vite. On mettra au crédit du spectacle d'être court et de ne pas viser, en plus, l'ennui.

De quoi "Les guêpes de l'été nous piquent encore en décembre" est-il finalement le nom ou le symptôme ?

Peut-être du rêve incommensurablement prétentieux d'un auteur russe de venir à bout du théâtre. Ivan Virapaev prépare l'après théâtre sans passer par l'absurde à la Beckett. Ne rien dire mais le laisser dire en échangeant des paroles pas forcément inconsistantes serait sa marque de fabrique.

Les comédiens du Collectif ildi! Eldi, qui se mettent eux-mêmes en scène et sont aussi responsables de ce convaincant décor déclinant une salle de répétition ou des coulisses, se sortent sans encombre de ce terrain miné par Ivan Viripaev. Pour y parvenir, sans doute éludent-ils un peu vite les allusions politiques qui pointent ici et là.

Véritable auberge espagnole, cette pièce russe passionnera ceux qui auront compris très vite qu'elle compte sur un spectateur attentif, habité à décrypter un texte codé pour laisser passer quelques vérités dangereuses à dire clairement.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 09 juin 2024 :Les nouveautés débarquent

Entre 2 tours de scrutin, il reste du temps pour découvrir notre sélection culturelle hebdomadaire. Cette semaine, c'est aussi le retour des sessions Froggy et ça fait plaisir !
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaînes YouTube et Twitch.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Baptiste Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agrémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
We Hate You Please Die, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols
et toujours :

"Nos courses folles" de Les Fouteurs de Joie
quelques clips avec Lux, Tramhaus, Coeur Joie, Mélys, Resto Basket
"Ravage club" de Ravage Club
"A life of suitcase" de The Rapports
"The giant rooster" de Trigger King
"Homecoming" c'est le 31ème épisode du Morceau Caché

Au théâtre :

les nouveautés :

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon

"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon
et toujours :
"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses

Cinéma avec :

"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine

"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 07 juillet 2024 : La culture, pour toujours
- 30 juin 2024 : En route pour Avignon
- 23 juin 2024 : Garder le cap !
- 16 juin 2024 : Culture en danger ?
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=