Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Extinction
Théâtre de l'Oeuvre  (Paris)  mai 2015

Monologue dramatique d'après l'oeuvre éponyme de Thomas Bernhard dit par Serge Merlin dans une mise en scène de Blandine Masson et Alain Françon.

Sur la petite scène du Théâtre de l’Oeuvre, Serge Merlin reprend "Extinction" de Thomas Bernhard, dans lequel il a déjà triomphé il y a quelques années, le dernier roman de l’auteur autrichien qui y évoque son enfance pendant et après la seconde guerre mondiale

A sa table, sur laquelle seules quelques lampes sont braquées, devant une toile peinte représentant un extérieur bucolique où quelques cygnes passent sur le petit lac non loin d’une belle demeure, le comédien, regard noir et voix caverneuse, nous plonge immédiatement dans l’Autriche du siècle dernier.

Dans ce texte, Thomas Bernhard règle ses comptes avec sa famille et la ville de son enfance : Wolfsegg, "bastion du national-socialisme et du catholicisme". Le roman démarre lorsque le narrateur, exilé à Rome, revient en Autriche à la suite de la mort de ses parents, pour se débarrasser du domaine familial qu’il exècre. Il reproche à ses parents à l’esprit mercantile, la haine de l’art et de la culture.

Non sans humour (la description de ses sœurs notamment, est particulièrement savoureuse), l’auteur pour qui "l’exagération est le seul moyen d’affronter l’existence" se livre à la liquidation de ses souvenirs comme pour s’en délivrer, tentant d’éteindre à tout jamais ce que sa ville et sa famille représentent pour lui.

Traumatisé par ce pays où les nazis ont séjourné en toute discrétion, Il ira même jusqu’à faire le leg de la demeure familiale à la communauté israélite de Vienne.

Immense texte et immense acteur, épaulé avec talent par Blandine Masson et Alain Françon, qui captive plus d’une heure durant, le corps et le visage toujours en mouvement, d’une rage sourde et profonde.

Un monologue qui laisse le spectateur admiratif de tant de talent et abasourdi par un texte brillant, aussi sombre qu’indispensable.

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

Abonnez vous à la Newsletter pour recevoir, outre les mises à jour en avant première, des infos de première importance et peut être des choses dont vous n'avez même pas encore imaginé l'existence et l'impact sur votre vie... et nous non plus.

se désabonner, changer son mail ... c'est ici!


» Contacter un membre ou toute
   l'équipe (cliquez ici)


Afficher les chroniques d'un membre :

Liste des chroniques... Cécile B.B.
Liste des chroniques... David
Liste des chroniques... Didier Richard
Liste des chroniques... Fred
Liste des chroniques... Jean-Louis Zuccolini
Liste des chroniques... Julien P.
Liste des chroniques... LaBat’
Liste des chroniques... Laurent Coudol
Liste des chroniques... Le Noise (Jérôme Gillet)
Liste des chroniques... Margotte
Liste des chroniques... MM
Liste des chroniques... Monsieur Var
Liste des chroniques... Nathalie Bachelerie
Liste des chroniques... Nicolas Arnstam
Liste des chroniques... Paola Simeone
Liste des chroniques... Philippe Person
Liste des chroniques... Rickeu
Liste des chroniques... Séb.T

 

Les articles de ce site sont la propriété de froggydelight.com et de leurs auteurs.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=