Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Marion Cousineau et Jacques Rochon chantent Allain Leprest
Le Connétable  (Paris)  lundi 6 juin 2015

La québécoise Marion Cousineau n’est pas tout à fait une inconnue : elle fait partie des nombreux jeunes gens qui gravitent autour de JeHaN – pour lequel elle a signé plusieurs textes, qu’il joue déjà en concert et enregistrera peut-être un jour (puisqu’il évoque depuis longtemps l’idée d’un album intégralement consacré à des plumes féminines). Après l’avoir souvent croisée aux spectacles Leprest – Claire Elzière au Lucernaire ; Pierron, JeHaN et Lemonnier au Limonaire, etc. – on n’est guère surpris de la voir rendre aujourd’hui son propre hommage au poète de Mont-Saint-Aignan. Le récital, déjà bien rôdé au Québec, a été donné deux fois en France ce mois-ci : d’abord au Resto-Zinc le 4 juin, puis au Connétable deux jours plus tard.

Marion Cousineau chante (debout) et joue de la basse. Jacques Rochon chante et joue du piano (assis). Configuration rare – en tout cas chez Leprest, souvent accompagné de pianistes et contrebassistes, rarement par une basse électrique – qui apporte une certaine fraîcheur. Exemple : le riff de "C’est peut-être" – un peu le "Satisfaction" de la chanson à texte, gimmick reconnaissable entre mille – prend à la basse une tournure plus funky. Par ailleurs, elle s’avère extrêmement sensuelle entre les mains d’une femme : au-delà des courbes de l’instrument révélant incidemment celles du corps (la forme d’un sein, par exemple), le mariage des notes basses avec les tons hauts est tout à fait délectable. Mention spéciale à "Sarment" où, s’accompagnant seule, Marion Cousineau tisse une toile arpégée d’une grande douceur, principalement à base de "hammer on" et "pull off" : les ressorts de l’amplification n’ont guère de secrets pour elle – et la virtuosité est encore plus délectable quand on ne la remarque pas.

Autre nouveauté : l’accent québécois. Entendre "Mec", monologue d’amour d’un bavard à son ami taiseux, dit par une femme à l’accent si chantant, ajoute encore au plaisir. On redécouvre le texte d’une autre façon – d’autant plus qu’elle le dit sans micro et sans musique (Fabrice Plaquevent, compositeur de la version originelle, a l’habitude – cf son livre Le Cri Violet, L’Harmattan, 2013). Si Marion Cousineau perd un peu l’accent quand elle chante, son complice Jacques Rochon le garde en toutes circonstances – ce qui nous vaut une version de "Bilou" où le torrent de larmes évoque plus le Saint-Laurent que la Seine, sans qu’on y perde au change.

L’alternance permet de varier les climats : Cousineau chante avec une émotivité non-feinte (yeux clos, toute en mimiques, elle remue ses mains sur ses cordes – ou étreint un instrument imaginaire quand elle a posé le sien). Rochon, de son côté, a un côté pince-sans-rire qui convient parfaitement aux chansons humoristiques ("Le Mime", "Le Café littéraire") et ajoute une distance bienvenue à des choses d’ordinaire plus sombres (on a éclaté de rire en l’entendant dire "Avec toi j’ai appris à parler végétal / Et je compte les jours comme autant de pétales", dans "Arrose les fleurs"). Ainsi, le récital n’est pas complètement plombé – trop d’émotion tuerait l’émotion – mais rappelle que l’auteur de "SDF" pouvait aussi, au-delà du cliché "poète maudit", être un joyeux drille. Parfois, même, les deux voix s’accordent et inventent un troisième registre : la mélancolie souriante. C’est particulièrement réussi sur "On leur dira", qu’ils chantent ensemble mais pas à l’unisson. Il fait la mélodie principale, elle le contrepoint. Le mélange apporte des nuances nouvelles à la musique d’origine, déjà fort belle.

Le répertoire est globalement composé de "classiques", avec une forte proportion de chansons récentes, issues notamment du dernier album original (Quand auront fondu les banquises, Tacet, 2009) – avec en particulier une savoureuse reprise jazzy des "Tilleuls", plus chaloupée que l’originale. Peu de véritables surprises (deux jours auparavant, ils avaient joué le plus rare "Chien d’ivrogne", et empruntent parfois "T’as mal où camarade ?" au répertoire de Francesca Solleville), mais l’ensemble est assez frais (malgré la chaleur insupportable de la salle ce soir-là) et les interprétations suffisamment novatrices pour ne pas donner l’impression d’un best-of archi-rebattu. On redécouvre même un morceau que l’on n’aimait vraiment pas sur disque – "J’habite tant de voyages" – qui acquiert ici une grâce insoupçonnée, débarrassée de son arrangement originel assez pesant. La chanson exhale tout son suc, et l’on entend enfin le texte – où l’auteur évoquait son inadéquation au monde. Marion Cousineau le chante en regardant les cieux (en fait, le plafond de la cave du Connétable, mais elle est tellement dedans que le public y croit !)… et l’on comprend enfin tout ce que ces paroles avaient de prémonitoire.

Au final : c’est un tout petit spectacle dans la forme… mais qui fait, dans le fond, la nique à bien des concerts soi-disant plus "importants". Marion Cousineau et Jacques Rochon se complètent à merveille, et respectent Leprest sans tomber dans l’hommage empesé. Leur compréhension des chansons est si grande qu’ils peuvent se permettre de les réinventer sans les dénaturer. Avec intelligence, swing et sensibilité. Ce qui n’est pas donné à tout le monde.

[PS. Tracklisting de la soirée : "Mec". "C’est peut-être". "Une Valse pour rien". "Arrose les fleurs". "Les Tilleuls". "Bilou". "La Gitane". "Le Café littéraire". "Pauvre Lélian". "Le Temps de finir la bouteille". "Le Mime". "On leur dira". "Edith". "SDF". "Sarment". "Où vont les chevaux quand ils dorment". "J’habite tant de voyages". "J’ai peur". "Tout c’qu’est dégueulasse porte un joli nom"]

 

Nicolas Brulebois         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 1er décembre 2019 : On prépare les cadeaux

On n'a jamais été aussi proche de Noël !! une raison comme une autre pour se faire plaisir et faire plaisir aux autres en (s')offrant quelques belles choses à découvrir dans notre sélection culturelle de la semaine. Des disques, des livres, des jeux, des expos, des films, des spectacles... à découvrir ci-dessous.

Du côté de la musique :

"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer
et toujours:
"Ravel : Miroirs, la valse" et "Stravinsky : Petrushka, The firebird" de Beatrice Rana
"Les mauvais tempéraments" de Christophe Panzani
Rencontre avec Lau Ngama, autour d'une session acoustique de 3 titres
Listen In Bed consacre sa 5ème émission au fabuleux groupe Broadcast
Rencontre avec Ultra Vomit
"Pulsions" de Duo Ypsilon
"The deepest space of now" de Enik
"Malsamaj" de Geysir
"Poussière" de Grèn Sémé
"Love and chaos" de Igor and the Hippie Land
"Dark shade" de Match

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Des territoires (...et tout sera pardonné ?)" au Théâtre de la Bastille
"Trois femmes (L'Echappée)" au Théâtre Le Lucernaire
"Le paradoxe amoureux" au Théâtre Le Lucernaire
"Evita - Le destin fou d'Eva Peron" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"War Horse" à la Scène Musicale
dans le cadre du Focus au Théâtre Ouvert :
"La plus précieuse des marchandises"
"Une Pierre"
des reprises :
"L"Atlas de l'Anthropocène" à la Maison des Métallos
"Vestiges - Fureur" au Lavoir Moderne Parisien
"Britney's Dream" au Théâtre La Flèche
"Roméo et Julierre" à la Scène parisienne
"Ma grammaire fait du vélo" au Théâtre Essaion
"Gauthier Fourcade - Le bonheur est à l'intérieur de l'extérieur" à la Manufacture des Abbesses
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais

Cinéma avec :

Oldies but Goodies avec "Institut Benjamenta" de Timothy et Stephen Quay
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro
et toujours :
"Cauchemar" de Paul Cleave
"La grande aventure de l'égyptologie" de Robert Solé
"La ligne de sang" de DOA & Stéphane Douay
"Matière noire" de Ivan Zinberg
"Que les ombres passent aux aveux" de Cédric Lalaury

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=