Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Le Cabaret Vert #11 (édition 2015) - dimanche 23 août
Amélie MacCandless - Puts Marie - Sens Unique - Kitty, Daisy & Lewis - Tyler the Creator - Hubert-Félix Théfaine  (Square Bayard, Charleville-Mézières)  du 20 au 23 août 2015

"Singing in the rain"

Il fallait bien un jour pluvieux, et il fallait que cela soit le dernier, histoire de plomber moins l’ambiance que le moral. Le Cabaret vert, vu l’affluence des deux derniers jours, semble bien vide. On marche en bottes ou pieds nus, on saute dans les flaques, et les stands "spécialités ardennaises" ne désemplissent pas tellement il s’agit d’un temps à fromage fondu.

Malheureusement, on ne peut pas dire qu’Amélie MacCandless sauve l’ouverture déjà bien terne de ce dimanche. A multiplier les influences, même excellentes, on en oublie de se créer son identité musicale. De "Into the wild" pour le nom de scène à la reprise malhabile d’un titre d’Alela Diane, en passant par les nombreuses failles de justesse dans la voix, le petite Rémoise a encore du pain sur la planche – mettons sur le compte du stress une bonne partie de mes reproches, histoire de ne pas vexer ses nombreux fans.

Ah... Quoi de mieux que les Puts Marie sous ces gouttes de plomb pour bien, bien déprimer comme il faut. Je suis toujours aussi admirative devant ce groupe qui ne paie pas de mine, et aujourd’hui s’est placé loin, loin, au fond de la grande scène. Toujours sur la tangente musicale et morale, les Puts Marie n’ont rien à envier aux rockers qui défoncent leurs guitares sur scène : leurs show est tout aussi puissant, mais leur fond de commerce réside ailleurs, particulièrement dans l’allure poupée de chiffon et la voix éraillée de Max Usata, dans son regard lointain et perçant. Une valeur sûre pour les amateurs de spécial et de qualité.

Je ne dois pas être très bien lunée aujourd’hui, parce que Sens Unique ne passe à mes yeux que pour un énième groupe de rock français dispensant une énième parole maladroite. C’est musicalement calé sans être parfait, les textes sont travaillés mais inégaux, et c’est très convenu niveau scénique. Quant à la reprise de Stromae... Passons.

Il paraît que le concert de Kitty, Daisy & Lewis était excellent – même si, lors du premier quart d’heure auquel j’ai assisté, la foule semblait bien prostrée... Pas de photos, car pas de boîtier, pas de boîtier car trop de pluie, la logique négative semble être la même d’année en année pour moi. Dommage, car l’ambiance année 50 de la fratrie Durham m’aurait sans doute réconciliée avec la journée...

Tyler the Creator est sans doute ce que l’on fait de mieux en hip-hop en ce moment – notamment parce qu’il fait partie de la famille Odd Future. Une bête de scène en mode no limit, qui propose un set étourdissant et apprécié étant donné le peu de rap / hip-hop proposé durant ces quatre jours – à moins de traîner ses espadrilles à l’espace du Temps des cerises, bien entendu.

Il nous reste à boucler ce Cabaret vert avec M. Thiéfaine. Toujours aussi charismatique, toujours aussi inspirant, rien ne semble perturber le monstre sacré du rock mélancolique et poétique français, dont on apprécie la complicité saine avec ses musiciens et notamment ses guitaristes, Alice Botté et Lucas Thiéfaine. Show rôdé, setlist attendue, mais de petits détails qui feront de ce concert un moment bien particulier, lorsque le ciel bas et lourd s’illuminera d’un double arc-en-ciel en plein de milieu d’"Amour désaffectée" – "Les chevaux sont partis courir là bas au pied / De l'arc en ciel / Ils emportent le souvenir de nos baisers / Chargés de fiel"... Si le public s’est clairsemé ce dernier jour en raison de la pluie, quelque chose se passe parmi la foule, dont on entend le murmure enchanté, quand elle susurre les paroles de chaque titre de l’idole... On finit sans surprise par "La Fille du coupeur de joints", mais on applaudit à tout rompre en rechignant à prendre le chemin du retour.

Moralité : malgré une programmation qui m’a complètement laissée sur ma faim, en dépit de petites trouvailles éclatantes, le Cabaret vert reste mon festival de cœur, tant le naturel et la spontanéité de ses acteurs réconcilient avec la nature humaine. Mes remerciements sincères vont à Nicolas et Delphine, puis à ces photographes de mes amis qui savent être brillants sans pose ni mépris et mettre l’ambiance dans la fosse, enfin aux mâles de la sécurité qui sont les plus souriants et les plus compréhensifs de tous les festivals que j’ai pu faire. Si je sais déjà que la chaleur humaine sera encore au rendez-vous l’an prochain, j’espère que la programmation saura retrouver un allant qui a fait cruellement défaut lors de cette onzième édition...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Puts Marie dans la rubrique Ni Vus Ni Connus
La chronique de l'album Masoch I-II de Puts Marie
Puts Marie en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2015 - mardi 28 avril
Puts Marie en concert au Festival Europavox 2015 - Samedi 23 mai
Puts Marie en concert au Festival Le Cabaret Vert #11 (édition 2015)
Puts Marie en concert au Festival Rockomotives #26 (édition 2018) - Vendredi
Puts Marie en concert au Festival Check-In Party #1 (édition 2019) - Vendredi 23 août

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Le Cabaret Vert
Le Facebook du Festival Le Cabaret Vert

Crédits photos : Sophie Hébert (toutes les séries sur son site)


Sophie Hébert         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 10 mai 2020 : Sortez Masqués !

Le confinement se termine officiellement, on ne sait pas pour combien de temps mais n'oubliez surtout pas de sortir masqués ces prochains jours. En attendant que les spectacles vivants reprennent ... et ce n'est pas pour tout de suite, voici notre sélection hebdomadaire.

Du côté de la musique :

"Soir paien" de Alexis Kossenko, Anna Reinhold & Emmanuel Olivier
Interview de Morgane Imbeaud accompagnée d'une belle session acoustique
"Enrique Granados : Oeuvres pour piano" de Myriam Barbaux-Cohen
"For their love" de Other Lives
"Schubert, sonates pour piano D.845 & D.850" de Philippe Cassard
"Nothing is never over" de The Eternal Youth
"Brute Art" de InRed
"Dark Heart" de TV Party
"Superficial please" de Match
et toujours :
"Les saisons volatiles" de Babx
"Stray" de Bambara
"Love songs" de Batist & the 73' à découvrir en concert live le 5 mai à 19h30 ici
"Content" de Miro Shot
"Invisible" de Benoit Bourgeois
"La traversée" de Bertand Betsch
"Danzas" de Cuareim Quartet & Natasha Rogers

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations
"La Nuit des taupes"
"To my only desire"
"Vous n'aurez pas ma haine"
"A 90 degrés"
du théâtre classique et moderne revisité :
"Le Marchand de Venise"
"Rosmersholm"
des comédies :
"Le Syndrome de l'Ecossais"
"Paprika"
"Toc-Toc"
"Alors on s'aime"
du côté des humoristes :
Raymond Devos à lOlympia
"Les Vamps à Lourdes"
Au Théâtre ce soir :
"8 Femmes"
"L'Ecole des contribuables"
"Le Bon Débarras"
du vaudeville dans son temps :
"Un Fil à la patte"
"Tailleur pour dames"
et toujours des classiques :
"Les Fausses Confidences"
"Les femmes savantes"

Expositions :

voir ou revoir l'exposition "Turner, peintures et aquarelles - Collections de la Tate" au Musée Jacquemart-André en vidéo
des visites d'expositions commentées par les commissaires :
"Delacroix" au Musée du Louvre
"Berthe Morisot" au Musée d'Orsay
parcourir l'Hexagone :
à Calais pour découvrir la Cité de la Dentelle et de la Mode
et à Toulouse au musée d'art contemporain Les Abattoirs
partir ensuite pour l'Europe :
à Vienne vers le Musée Albertina
en Allemagne avec l'Alte Nationalgalerie Staatliche à Berlin
puis s'envoler pour le Mexique vers le Musée Robert Brady à Cuernavaca et remonter vers le Brésil et le Musée National des Beaux-Arts de Rio de Janeiro
enfin revenir à Paris pour découvrir le Musée Nissim de Camondo

Cinéma at home avec :

voir ou revoir en streaming
du drame étasunien :
"L'Autre rive" de David Gordon Green
"Trop jeune pour mourir" de Robert Markowitz
des super héros et du fantastique :
"Ghost Rider" de Mark Steven Johnson
"Invisible" de David S. Goyer
du cinéma d'animation :
"Dante Inferno" de Victor Cook, Mike Disa et Shuko Murase
du divertissement :
"Pétrole ! Pétrole ! " Christian Gion
"La Famille Addams  de Barry Sonnenfeld
enfin au Ciné Club, du cinéma français des années 50 :
"Les Diaboliques" de Henri-Georges Clouzot
"Les Grandes manoeuvres" de René Clair
"Coiffeur pour dames" de Jean Boyer
"Les Amants de Tolède" de Henri Decoin
une rareté avec "Adam est Eve' de René Gaveau
et une curiosité avec "Rêves" de Akiro Kurosawa doublé en espagnol

Lecture avec :

"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret
et toujours :
"PLS" de Joanne Richoux
"Le nouveau western" de Marc Fernandez
"La femme révélée" de Gaëlle Nohant

Froggeek's Delight :

Suivez la chaine Twitch de Froggy's Delight pour des lives Jeux vidéos tout au long de la semaine mais aussi des concerts (en direct et en replay).

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances
- La Mare Aux Grenouilles #05
- 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?
- 21 juin 2020 : la Fête de la Musique Sanson
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=