Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Foi Amour Espérance
Usine Hollander  (Choisy-le-Roi)  novembre 2015

Comédie dramatique de Ödön von Horváth, mise en scène de Patrice Bigel, avec Francis Bolela, François Chanut, Karl-Ludwig Francisco, Bettina Kühlke, Adèle Le Roux, Jean-Michel Marnet, Noémie Nael, Juliette Parmantier et William Santucci.

Parmi les auteurs allemands de l'époque de la République de Weimar, Ödön von Horvarth a été sans doute le premier à comprendre la nature du national-socialisme et à s'y opposer de toutes ses forces.

Comme le film de Fritz Lang, "M le Maudit" qui lui est contemporain, "Foi Amour Espérance", pièce écrite en 1931, traduit cette intuition que les heures sombres que vit l'Allemagne depuis la grande crise de 1923 vont accoucher d'une terrible catastrophe. Le destin de la jeune Élisabeth en est la parfaite illustration.

Tout commence quand elle veut vendre vivante son futur corps mort. Tout s'achève fatalement par son suicide. Entre temps, c'est un long chemin christique qu'elle va vivre, s'enfonçant de plus en plus dans la misère et la déchéance. Chaque main tendue se referme sur un malentendu. C'est une danse de mort inexorable.

Alors qu'en d'autres temps, les personnages qu'elle croise pourraient être compatissants, dans l'Allemagne de 1931, où l'écho lointain des chants nazis se rapproche peu à peu, ne règnent que l'indifférence et l'incompréhension. La misère est stigmatisante et ne peut conduire une jeune fille délaissée par sa famille qu'à la prison, à la prostitution et à la mort qui délivre enfin.

Sur un plateau qui a l'avantage d'être large et multidimensionnel, Patrice Bigel peut créer minutieusement cette ambiance expressionniste qui caractérise l'Allemagne pré-nazie. Pour cela, les comédiens interprètent des chansons recréant l'atmosphère des cabarets berlinois. Vêtus majoritairement de tenues manichéennes, blanches ou noires, ils sont parfois contredits par un personnage en tenue très ou trop coloré, comme la femme du juge en robe verte qui aurait pu être croquée par Otto Dix.

Jean-Charles Clair, auteur des décors et responsables des lumières, a travaillé particulièrement les ombres et les pénombres. Au premier plan, il a installé un atrium avec un bassin dans lequel se dérouleront les événements les plus paroxystiques. Ici on nagera vraiment entre l'amour et la mort, le grotesque et le pathétique.

Jamais Ödön von Horvath n'aura paru un auteur opérant son époque au scalpel, car Patrice Bigel construit un expressionnisme sans nostalgie kitsch. Ce passé reconstitué est d'une modernité abrupte et prophétique. Du préparateur de cadavres à l'employé du zoo, du juge au policier, tous ont de bonnes raisons d'accepter l'ordre qui arrive et d'y sacrifier en taisant leurs responsabilités sur la mort d'Elisabeth.

Loin de toute emphase formelle, ne cherchant pas à aller au delà du message politique d'Ödön von Horvat en lui donnant une résonance factice avec les situations du jour, "Foi Amour Espérance" est tout bêtement un beau spectacle. On savourera à la fois la mise en scène de Patrice Bigel et l'implication irréprochable de toute la distribution.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 18 février 2024 : Au soleil ou sous la pluie

Que ce soit en terme de météo ou de géopolitique, on ne sait plus sur quel pied danser. Mais quand même continuons de danser parce que si que restera-t-il ? Voici notre sélection hebdomadaire pour se changer les idées.

Du côté de la musique:

"La lune sera bleue" de Aline
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest
"Tindersticks, les reprises" nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
et toujours :
Akira & Le Sabbat, Les Vulves Assassines en live au Cargö de Caen
"Ferel" de Fuzeta
quoi de neuf du côté de Gad Zukes - Sweet Needles - Johnnie Carwash - Chasing Daisy
"Colère" de Lox
"Colors" de Royal Pantone
"Part time believer" de The Strumbellas
et toujours :
quoi de neuf du côté des clips ? avec Down To The Wire - Karkara - 20 Seconds Falling Man - Little Odetta
"Le cap" de For The Hackers
"For the hive" de Last Quarter
rencontre avec Nicolas Jules lors de son passage au Poly'Sons de Montbrison
"Hell, fire and damnation" de Saxon
"La société de préservation du roseau" de The Reed Conservation Society

et toujours :
"Time whispers" de Back and Forth
"Distances" de Bertille
"Ce que la nuit" de Kloé Lang
"Première nuit" de Lucas Lombard
"Big Sigh" de Marika Hackman
"Credo" de Pierre de Bethmann
"Relapse" de Venus Worship

Au théâtre

les nouveautés de la semaine :

"Holyshit !" au Théâtre de La Reine Blanche
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" au Théâtre de La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec le film de la semaine "Universal Theory" de Timm Kroger
et toujours:
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 18 février 2024 : Au soleil ou sous la pluie
- 11 février 2024 : A la saint valentin, offre toi un truc bien
- 4 février 2024 : Quoi de neuf cette semaine ?
- 28 janvier 2024 : Adieu galettes, bonjour les crêpes
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=