Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le dernier jour d’Yitzhak Rabin
Amos Gitaï  décembre 2015

Réalisé par Amos Gitaï. Israël/France. Drame.2h30 (Sortie le 16 décembre 2015). Avec Ischac Hiskiya, Pini Mitelman, Tomer Sisley, Michael Warshaviak, Einat Weizman, Yogev, Rotem Keinan et Tomer Russo.

C'est sans doute un raccourci, mais il se justifie par les faits : on en serait pas là aujourd'hui avec un terrorisme ayant essaimé sur toute la planète, une multiplication des conflits au Moyen Orient, et pire des pays occidentaux parties prenantes à des guerres sans fin et sans buts, si Yitzhak Rabin n'avait pas été assassiné, lui, le parfait athée, le 4 novembre 1995 par un extrémiste religieux.

Voir "Le Dernier jour d'Yitzhak Rabin" d'Amos Gitaï, c'est donc déjà se rappeler combien l'Histoire peut être tributaire du destin d'un homme d'exception et se dire qu'en quelques balles, ce n'est pas qu'un être humain qui est mort mais la possibilité d'en sauver des milliers, voire des millions d'un même sort.

Cette satanée paix impossible en Palestine, c'est un général, un héros des guerres de 1948 et de 1967, l'ancien premier ministre qui avait aussi supervisé le raid israélien sur Entebbé, qui en tenait les clés.

Dans son film, mélangeant documents d'époques et scènes fictives, Amos Gitaï ne cache pas son admiration pour un homme qui suscite la haine de toute une partie des Israéliens, manipulés par celui qui est aujourd'hui en charge du gouvernement israélien.

Des images d'archives montrent en effet le jeune "Bibi " Benjamin Netanyahu manifestant contre la paix signée par Rabin et Gitaï n'invente pas les calicots "à mort Rabin" ni les cris "à mort les arabes" qui fleurissent alors dans les rassemblements du Likoud. Parallèlement, Gitaï reconstitue aussi le conditionnement du jeune assassin de Rabin par des rabbins et des autorités hébraïques orthodoxes.

Toute cette somme de haine qui se déverse sur un homme de paix courageux, quelqu'un qu'on a pris longtemps pour un opportuniste politique, a donc abouti à son exécution. Gitaï reconstitue longuement la commission d'enquête qui s'est attachée à comprendre ce qui s'était passé, à déterminer la responsabilité des uns et des autres.

Le réalisateur de "Kadosh", qu'on a connu plus lyrique, plus porté sur le symbolisme, s'attache à montrer le climat étouffant de cette enquête, laisse à penser qu'elle a des failles et qu'elle définit déjà un climat qui va éloigner à tout jamais la possibilité de paix. Dans "Le Dernier jour d'Yitzakh Rabin" d'Amos Gitaï, on se rapproche des films américains "à thèse", particulièrement ceux des années cinquante, que réalisait Stanley Kramer.

On y retrouve cette atmosphère particulière, propice à la paranoïa, d'un film comme "Jugement à Nuremberg". Cette fois-ci, ce ne sont pas les nazis qui sont toujours là, toujours prêts à ressurgir, mais des forces souterraines à l'État d'Israël, qui prône des méthodes extrêmes pour se débarrasser du problème palestinien.

Parmi les auditions reconstituées, on soulignera celle de Tomer Sisley, impressionnant en chauffeur de Rabin, et à mille lieues de "Largo Winch".

Il est certain que le film d'Amos Gitaï sera clivant pour ceux qui soutiennent sans faille la politique du fait accompli par la violence d'Israël et ceux qui y voient une folie, pouvant un jour, se terminer en nouvelle catastrophe.

Gitaï, à rebrousse-poil d'une société israélienne chauffée à blanc par des gouvernements très très à droite, prend ici fait et cause pour que l'oeuvre de Rabin renaisse. Pour cela, il utilise à dessein le témoignage de Léah Rabin, cette femme hors du commun, qui méritait autant le prix Nobel que son mari.

Film partial et passionnant, "Le Dernier jour d'Yitzhak Rabin" d'Amos Gitaï était un film nécessaire. Il prend date pour l'Histoire et attend que les Israéliens dans leur ensemble soient capables de comprendre la grandeur de cet homme mort pour de nobles convictions.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 18 octobre 2020 : Le grand incendie

Plutôt que de subir ce nouveau couvre feu, faisons feu de tout bois et sortons, chacun avec nos moyens, la culture de ce marasme actuel. Voici donc le programme de la semaine sans plus attendre.

Du côté de la musique :

"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri
et toujours :
"Glover's mistake" de Mickaël Mottet
"Chanson d'amour" de Alexandre Tharaud et Sabine Devieilhe
"Deux mezzos sinon rien" de Karine Deshayes
"Visible(s)" de La Phaze
"Seven Inch" 2eme émission de la 2eme saison de LISTEN IN BED
"Introsessions EP" de Minshai
"Faune" de Raphaël Pannier Quartet
"Shaken soda" de Shaken Soda
"Y" de The Yokel
"L'ancien soleil" de Yvan Marc

Au théâtre :

les nouveautés :
"L'Art de conserver la santé" au Théâtre de la Bastille
"Don Juan" au Théâtre national de Chaillot
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Saccage" à la Manufacture des Abbesses
"Le Dernier jour d'un condamné" au Théâtre Essaion
"Jeanne d'Arc" au Théâtr de la Contrescarpe
"Here & Now" au Centre Culturel Suisse
"Virginie Hocq ou presque" au Théâtre Tristan Bernard
"Le destin moyen d'un mec fabuleux" au Studio Hébertot
les reprises :
"La promesse de l'aube" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Swinging Poules - Chansons synchronisées" au Théâtre L'Archipel
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'art etd'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home avec :
"India Song" de Marguerite Duras
"De beaux lendemains" de Atom Egoyan
"La légende du piano sur l"océan" de Giuseppe Tornatore
"Une femme mélancolique" de Susanne Heinrich
"Atanarjuat, la légende de l'homme rapide" de Zacharias Kunuk

Lecture avec :

"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

et toujours :
"Etouffer la révolte" de Jonathan M. Metzl
"Infographie de la Rome antique" de John Scheid, Nicolas Guillerat & Milan Melocco
"L'accident de chasse" de David L. Carlson & Landis Blair
"Le voleur de plumes" de Kirk Wallace Johnson
"Mon père et ma mère" de Aharon Appelfeld
"Réparer les femmes : un combat contre la barbarie" de Denis Mukwege & Guy-Bernard Cadière
"Un coeur en sourdine" de Alexandra Pasquer

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 29 novembre 2020 : Culture Globale
- 22 novembre 2020 : Le Froggy's Nouveau
- La Mare Aux Grenouilles #15
- 15 novembre 2020 : Novembre à Paris
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=