Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Discours aux animaux
Théâtre des Bouffes du Nord  (Paris)  février 2016

Texte de Valère Novarina dit par André Marcon.

Quand il s'avance vers son public sur la scène des Bouffes du Nord, tout de noir vêtu, dans un long manteau presque trop grand pour qui lui donne des airs de clochard céleste, André Marcon ne doit pas être dépaysé.

En effet, cela fait trente ans presque jour pour jour qu'il arpentait pour la première fois cette même scène pour créer ce texte.

Si on l'a aperçu quelques minutes avant la représentation, on a l'impression qu'il est comme un sportif qui a zappé son entraînement pour être directement en prise avec l'épreuve qui l'attend, pour communier sans intermédiaire avec la piste dont il connaît chaque centimètre par coeur pour accomplir un exploit de plus.

Car ce "Discours aux animaux" que lui a écrit Valère Novarina n'est pas une simple accumulation de mots qu'il faut retenir. Poésie théâtrale, ce texte hypnotique est un hymne aux "animauuuuux, comme s'en délecte Marcon au point de réitérer plus d'une fois, cet "animauuuuux" qui tient de l'appel et de la plainte.

Car il faut redoubler d'attention pour se laisser emporter "en conscience" presque pendant une heure par le débit rapide de Marcon. Sinon, si l'on ne connaît pas le style bien particulier de Valère Novarina, on pourra vite perdre pied et simplement succomber à la mélodie des mots dits par Marcon.

Il faudra aussi souscrire à ce qui est dit et qui n'est pas forcément totalement compréhensible à la première écoute, voire à la première lecture. Quelque part le texte de Novarina nécessite une préparation, un "effort" du spectateur pour qu'il s'adapte à un univers dans lequel on n'entre pas en un tournemain.

En quelque sorte, "Le Discours aux animaux" se relit, se réécoute, se revoit. La première fois n'est qu'une approche, un ticket d'entrée à remontrer à chaque nouveau passage.

Riche en circonvolutions, en phrases qui déroutent, en mots qui étonnent, "Le Discours aux animaux" n'est jamais frontal. Tout juste peut-on en l'abordant, découvrir qu'André Marcon part sur les chapeaux de roues pour peu à peu ralentir, voire s'anéantir dans l'énumération finale.

Texte totalitaire, "Le Discours des animaux" n'admet aucune critique puisqu'il procède par moments indéniables qui laissent son spectateur hors de tout état critique. Il faut être Jacques Rebotier, avec son "Contre les bêtes", pour réussir à susciter une contre-proposition d'autant plus dangereuse pour "Le Discours aux animaux" qu'elle s'inscrit en chant militant, là où le texte de Novarina n'expose arbitrairement que son lyrisme et son art poétique.

Dans cette heure étrange où Marcon paraît parfois mécanique et trop assuré, et parfois en lutte contre ses propres routines face à un texte trop dit, passent des sentiments contradictoires. Il y a de l'ennui, il y a du sublime, une densité alternative, qui tourne à vide ou touche au plus profond.

Il y a des fulgurances et des lieux communs. Il y a un flot exaspérant de formules qu'on aimerait retenir et qui s'annulent les unes et les autres en se succédant. Il y a une œuvre brillante, tellement brillante qu'elle finit par en être terne.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2022-09-25 :
Le syndrome d'Hercule - Théâtre Essaion
Bérénice - La Scala
Les Filles aux mains jaunes - Théâtre Rive Gauche
Harvey - Théâtre du Rond-Point
Les Producteurs - Théâtre de Paris
Echo - Les Plateaux Sauvages
Il n'y a pas de Ajar - Les Plateaux Sauvages

• Edition du 2022-09-18 :
Out of the blue - Espace Cardin
L'invention de nos vies - Théâtre Rive Gauche
Vania/Vania ou le démon de la destruction - Théâtre de la Tempête
Jours de joie - Théâtre national de l'Odéon
Respire - La Piccola Scala
Coriolan - Théâtre de la Bastille

• Edition du 2022-09-11 :
Lazzi - Théâtre des Bouffes du Nord
Une Vie au bout des Doigts - Théâtre Tristan Bernard
Mon Tchaïkovski - Théâtre Essaion
 

• Archives :
Van Gogh - Théâtre Le Guichet-Montarnasse
Amore - Théâtre du Rond-Point
La Crème de Normandie - Théâtre Le Ranelagh
De nos propres Elles - Théâtre Montmarte-Galabru
Les Vengeurs- Le Flower Killer - Théo Théâtre
Le Menteur - Théâtre de Poche-Montparnasse
Duc et Pioche - Théâtre de Poche-Montparnasse
Le Chaperon rouge de la rue Pigalle - La Manufacture des Abbesses
Ce sera mieux avant - Café de la Gare
Les Poupées persanes - Théâtre des Béliers parisiens
Sacha Guitry Intime - Théâtre Le Lucernaire
The Show qui must go on - Théâtre Essaion
Une Vie - Théâtre Essaion
De L'Ambition - La Manufacture des Abbesses
Rosa Bonheur & l'atelier de By - La Folie Théâtre
Choisis la vie et tu vivras - Théâtre Essaion
Tom à la ferme - La Manufacture des Abbesses
Changer l'eau des fleurs - Théâtre Lepic
Les spectacles -    
Détache-toi ! - La Folie Théâtre
Duos sur canapé - Théâtre L'Alhambra
Le Navire Night - Théâtre du Balcon
Augustin Mal n'est pas un assassin - Théâtre des Halles
Martine à la plage - L'Artéphile
Làoùtesyeuxseposent - Lycée Jacques-Decour
Les spectacles -    
Un certain penchant pour la cruauté - La Scala Provence
Comment Virginie D. a sauvé ma vie... - Théâtre Arto
Vole Eddie, vole ! - Buffon Théâtre
Le Chevreuil et Dalida - L'Artéphile
- les derniers (3)
- les derniers albums (5)
- les derniers articles (4)
- les derniers concerts (9)
- les derniers expos (2)
- les derniers films (3)
- les derniers interview (1)
- les derniers interviews (264)
- les derniers livres (4)
- les derniers spectacles (7359)
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=