Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Discours aux animaux
Théâtre des Bouffes du Nord  (Paris)  février 2016

Texte de Valère Novarina dit par André Marcon.

Quand il s'avance vers son public sur la scène des Bouffes du Nord, tout de noir vêtu, dans un long manteau presque trop grand pour qui lui donne des airs de clochard céleste, André Marcon ne doit pas être dépaysé.

En effet, cela fait trente ans presque jour pour jour qu'il arpentait pour la première fois cette même scène pour créer ce texte.

Si on l'a aperçu quelques minutes avant la représentation, on a l'impression qu'il est comme un sportif qui a zappé son entraînement pour être directement en prise avec l'épreuve qui l'attend, pour communier sans intermédiaire avec la piste dont il connaît chaque centimètre par coeur pour accomplir un exploit de plus.

Car ce "Discours aux animaux" que lui a écrit Valère Novarina n'est pas une simple accumulation de mots qu'il faut retenir. Poésie théâtrale, ce texte hypnotique est un hymne aux "animauuuuux, comme s'en délecte Marcon au point de réitérer plus d'une fois, cet "animauuuuux" qui tient de l'appel et de la plainte.

Car il faut redoubler d'attention pour se laisser emporter "en conscience" presque pendant une heure par le débit rapide de Marcon. Sinon, si l'on ne connaît pas le style bien particulier de Valère Novarina, on pourra vite perdre pied et simplement succomber à la mélodie des mots dits par Marcon.

Il faudra aussi souscrire à ce qui est dit et qui n'est pas forcément totalement compréhensible à la première écoute, voire à la première lecture. Quelque part le texte de Novarina nécessite une préparation, un "effort" du spectateur pour qu'il s'adapte à un univers dans lequel on n'entre pas en un tournemain.

En quelque sorte, "Le Discours aux animaux" se relit, se réécoute, se revoit. La première fois n'est qu'une approche, un ticket d'entrée à remontrer à chaque nouveau passage.

Riche en circonvolutions, en phrases qui déroutent, en mots qui étonnent, "Le Discours aux animaux" n'est jamais frontal. Tout juste peut-on en l'abordant, découvrir qu'André Marcon part sur les chapeaux de roues pour peu à peu ralentir, voire s'anéantir dans l'énumération finale.

Texte totalitaire, "Le Discours des animaux" n'admet aucune critique puisqu'il procède par moments indéniables qui laissent son spectateur hors de tout état critique. Il faut être Jacques Rebotier, avec son "Contre les bêtes", pour réussir à susciter une contre-proposition d'autant plus dangereuse pour "Le Discours aux animaux" qu'elle s'inscrit en chant militant, là où le texte de Novarina n'expose arbitrairement que son lyrisme et son art poétique.

Dans cette heure étrange où Marcon paraît parfois mécanique et trop assuré, et parfois en lutte contre ses propres routines face à un texte trop dit, passent des sentiments contradictoires. Il y a de l'ennui, il y a du sublime, une densité alternative, qui tourne à vide ou touche au plus profond.

Il y a des fulgurances et des lieux communs. Il y a un flot exaspérant de formules qu'on aimerait retenir et qui s'annulent les unes et les autres en se succédant. Il y a une œuvre brillante, tellement brillante qu'elle finit par en être terne.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=