Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Premiers, les Derniers
Bouli Lanners  janvier 2016

Réalisé par Bouli Lanners. France/Belgique. Comédie dramatique. 1h38. (Sortie le 27 janvier 2016). Avec Albert Dupontel, Bouli Lanners, Suzanne Clément, Michael Lonsdale, Max von Sydow, David Murgia, Aurore Broutin, Philippe Rebbot, Serge Riaboukine, Lionel Abelanski et Virgile Bramly.

En 2015, deux enthousiasmants et roboratifs films belges - "Je suis mort mais j'ai des amis" de Stéphane et Guillaume Malandrin et "Le Tout Nouveau Testament" de Jaco Van Dormael - ont suscité l'attention par leur registre singulier qui ressort au surréalisme au sens propre du terme.

En 2016, le comédien, scénariste, metteur en scène et réalisateur belge Bouli Lanners, qui figurait au générique du premier cité, signe avec "Les Premiers, les Derniers" un opus qui se situe à la croisée des chemins dans le même registre de la fable mystico-surréaliste.

Mystique parce que croyant, Bouli Lanners assume que le mysticisme est "son prisme", sa grille de lecture du monde qui repose sur la foi en l'homme, avec ce que cela implique d'humanisme, d'angélisme et de manichéisme, et son film constitue, hybride de mystère et de roman graphique, un avatar cinématographique des Béatitudes bibliques relatives à la félicité de ceux qui, bien que rejetés du monde mortel, sont des âmes bénies qui iront au Royaume des Cieux.

Surréaliste parce qu'il repose sur une trame - la recherche d'un téléphone volé qui contient des informations compromettantes pour son propriétaire - qui s'avère un simple "macguffin" et un scénario dont si chaque élément peut être plausible, tels le voleur, un marginal demeuré et désocialisé (Fabrice Murgia) qui croit à la fin du monde entraîne dans son délire sa fiancée, atteinte de débilité légère (Aurore Broutin), qui veut revoir sa fille une dernière fois, l'existence d'un gang rural (mené par Serge Riaboukine) et le vagabond christique (Philippe Rebbot), nouveau messie ou délire psychotique, la réunion défie l'entendement.

Donc un film à voir en abandonnant toute velléité de rationalité. Quasi unanimement qualifié de "western métaphysique", il opère une immersion crépusculaire dans un monde parralèle, une quatrième dimension invisible peuplée de marginaux, de vagabonds, de déshérités, de figures d'apôtres (Michaël Lonsdale, tenancier d'un improbable hôtel en pavillon qui cultive sa serre, et Max von Sydow en croque-mort présidant un enterrement sauvage dans des scènes d'exception) et d'une femme lumineuse (Suzanne Clément).

Cochise (Albert Dupontel gros dur spécialiste du "coup de boule") et Gilou (Bouli Lanners dur au coeur tendre), deux cinquantenaires solitaires, hommes de main en bout de course qui n'ont rien fait de leur vie, rempilent une fois encore pour la chasse à l'homme mais, dans tous les sens du terme, le coeur n'y est pas pour le second, il y a quelque chose qui cloche.

D'autant que leur périple à la poursuite d'un voleur atypique se teinte d'une inquiétante étrangeté dans les plaines désertiques et humides de la Beauce en hiver, entre immenses étendues de terres, maisons isolées, usines désaffectées et routes qui se croisent.

Formellement, le film, qui bénéficie d'une superbe bande-son composée par Pascal Humbert, le bassiste des ex-16 Horsepower, de Wovenhand, Lilum et de la formation Détroit, est également sous influences profanes, tant esthétiques que littéraires livrées à la sagacité du spectateur.

En ce qui concerne la photographie, magnifique, de Jean-Paul de Zaeytijd, et notamment les plans larges de paysages dépourvu de présence vivante, la récurrence du dispositif, une ligne d'horizon centrale, un tronçon de route sans début ni fin, séparant le ciel de la terre avec un environnement immédiat réduit à sa plus simple expression visuelle, emprunte à la photographie documentaire allemande.

Cette métaphore topographique de la vie, espace entre deux néants, constitue la trame sur laquelle se greffent, à la manière de vignettes, des bribes d'histoires placées sous l'égide d'une possible, pour le juste, renaissance à soi soutenues par une interprétation émérite.

 

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 juillet 2024 : La grande parade

C'est l'heure de la grande parade et du tintouin pour faire semblant que tout va bien depuis 1789. Mais le feu d'artifice culturel, c'est sur Froggy's Delight que ça se passe et plus précisément à Avignon ! Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y fumes avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"J'aimerais arrêtée" au Théâtre Luna / Quartier Luna
"Les enfants du diable" au Théâtre L'Oriflamme
"Momentos" au Théâtre Girasole
"Venise, récit chanté d'un corps" au Théâtre le 11
"L'arbre de Mia" au Grenier à Sel
"Au creux de mon silence" au Théâtre 3S
"Des chèvres en Corrèze" au Théâtre Episcène
"Inavouable" de Théâtre La Manufacture
"Vive" au Théâtre du Train Bleu
"Brisby (blasphème !)" au Théâtre du Train Bleu
"L'art de ne pas dire" au Théâtre La Factory, salle Tomasi
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chapelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

"Aventurera" de Alberto Gout
"Karmapolice" de Julien Paolini

"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=