Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jeffrey Lewis & Los Bolts
Manhattan  (Rough Trade Records / Beggars)  octobre 2015

Né à New York et ayant grandi dans le Lower East Side, sur l’île de Manhattan, Jeffrey Lewis est un pur produit de la Big Apple : fan de comics, maniaque de vinyles et amoureux de sa ville et de son quartier.

Quand on lui parle musique, il répond Lou Reed et Daniel Johnston, et puis il nous montre ses éditions originales de 33 tours des Fugs et des Golden Dawn, qu’il a récupérées dans un vide-grenier, à deux pas de chez lui. Son petit plaisir, c’est de renifler ses disques à chaque fois qu’il les sort de leur pochette plastique, comme s’il s’agissait de cigares cubains. Quand on lui parle comics, il répond Alan Moore, Daniel Clowes et embraye sur son personnage fétiche : le robot ROM, obscur protagoniste d’une série de comics éponyme dont presque tout le monde a oublié l’existence sauf lui. Lui qui s’imaginait d’ailleurs plus en auteur-dessinateur (FUFF, son comics à lui, en est au numéro 10) qu’en musicien…

Cet adepte du Do It Yourself est pourtant devenu dans les années 90 une des figures du mouvement anti-folk, aux côtés des Moldy Peaches, en participant aux sessions Open-mics de cafés Newyorkais, notamment le Sidewalk Cafe, dans lesquels il va, encore aujourd’hui, mettre à l’épreuve du public ses nouveaux morceaux.

Il est signé depuis 2001 sur le label Rough Trade. La chanson "The Chelsea Hotel Oral Sex Song", sur son premier album The Last Time I Did Acid I Went Insane, résume à elle seule le talent de songwriter du bonhomme. Allez lire les paroles ici.

Aujourd’hui, il sort l’album Manhattan, petit bijou à mettre dans toutes les oreilles. Jeffrey Lewis nous avait habitués à des disques à la production minimale, enregistrés rapidement. Pour ce disque, on sent qu’il a pris plus de temps, les arrangements sont somptueux, le son parfait, ce qui n’enlève rien à la fragilité et au mordant des morceaux. Bien au contraire : le style nonchalant, la voix nasillarde et la beauté des textes sont sublimés dans cet écrin voluptueux de rock indé 4 étoiles.

Quelques ambiances sonores, des chœurs féminins, une batterie qui sait se faire discrète ou volontaire selon les titres, un petit clavier hypnotique, des guitares saturées à outrance ou bien acoustiques, Jeffrey Lewis s’autorise tout pour notre plus grand bonheur. Un plaisir similaire, en ce qui me concerne, au grand album Lost and Found de Daniel Johnston. C’est dire.

Coup de coeur pour la piste 2, "Thunderstorm", que je vais de ce pas ré-écouter en boucle en mangeant des Bagels au pastrami et en relisant les Strange que m’a laissés mon oncle.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album It's The Ones Who've Cracked That The Light Shines Through de Jeffrey Lewis
La chronique de l'album Hallso Box de Jeffrey Lewis
La chronique de l'album 12 Crass Songs de Jeffrey Lewis
Articles : Jeffrey Lewis est un paradoxe -
Articles : Jeffrey Lewis - biographie
Articles : Jeffrey Lewis - Kevin Coyne - Le concert évènement signé Froggy's Delight.
Jeffrey Lewis en concert au Festival Antifolk 2003
Jeffrey Lewis en concert à La Guinguette pirate (10 octobre 2003)
Jeffrey Lewis en concert au Restaurant Pain et Vin (6 février 2004)
Jeffrey Lewis en concert au Nouveau Casino (9 février 2004)
Jeffrey Lewis en concert à Paris (8 octobre 2004)
Jeffrey Lewis en concert au Point Ephémère (29 janvier 2005)
Jeffrey Lewis en concert à La Cigale (12 avril 2006)
Jeffrey Lewis en concert au Triptyque (30 juin 2007)
L'interview de Jeffrey Lewis (septembre 2003)
L'interview de Kevin Coyne et Jeffrey Lewis (9 Fevrier 2004)
L'interview de Interview de Jeffrey Lewis (22 octobre 2004)

En savoir plus :
Le site officiel de Jeffrey Lewis
Le Bandcamp de Jeffrey Lewis
Le Facebook de Jeffrey Lewis


Rebecca Lujah         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2020-08-02 :
Listen in Bed - Nina Simone 2/2(Mix #21)

• Edition du 2020-07-26 :
Crack Cloud - Pain Olympics
We hate you please die - Waiting room
 

• Archives :
Cheyenne - Surprends-moi
Listen in Bed - Nina Simone 1/2 (Mix #20)
La Mare Aux Grenouilles #06 - Talk Show Culturel
L'éclair - Noshtta EP
Toybloïd - Modern Love
Listen in Bed - Jimmy Cobb (Mix #19)
Divers artistes - INTENTA Experimental & Electronic Music from Switzerland 1981-93
Thibault Noally & L'ensemble Les Accents - Alessandro Scarlatti : Il Martirio di Santa Teodosia
Benoît Menut - Les îles
Musica Nigella & Takénori Némoto - Chausson le littéraire
Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet - Echange
Marianne Piketty, Le Concert Idéal - L'Heure bleue
Silas Bassa - Silas
Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay - Eivind Groven Symphonies N°1 & 2
Jean-Efflam Bavouzet - The Beethoven Connection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wölfl
Benjamin Biolay - Grand Prix
Merakhaazan - Veines
Marion Cousin & Kaumwald - Tu rabo par'abanico
Cie Guillaume Lopez - Anda-Lutz
François Club - Cobra
Yadam - Safeplace EP
Hailey Tuck - Coquette EP
Austyn - Désordres EP
Volo - Avec son frère
Daniel Jea - A l'instinct A l'instant
Epilexique - Cérébro Dancing
Fugu - As Found
Magic Malik - Fanfare XP, volume 2
Listen in Bed - Springtime With No Harm (Mix #18)
Listen in Bed - Two Lovers (Mix #17)
- les derniers albums (6111)
- les derniers articles (158)
- les derniers concerts (2323)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1095)
- les derniers livres (8)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=