Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Diamant noir
Arthur Harari  (Paris)  juin 2016

Réalisé par Arthur Harari. France. Drame. 1h55 (Sortie le 8 juin 2016). Avec Niels Schneider, August Dieh, Hans Peter Cloos, Abdel Hafed Benotman, Raphaële Godin, Raghunath Manet, Jos Verbis et Guillaume Verdier.

Si l'on considère "Diamant noir" d'Arthur Harari comme un film policier, il faudra remonter très loin dans le temps pour trouver une œuvre de pareille qualité dans le cinéma français. On citerait bien "Série Noire (1979) d'Alain Corneau ou le méconnu "Poussière d'ange" (1986) d'Edouard Niermans.

En tout cas, "Diamant noir" navigue très au-dessus de la production courante francophone à la fois par ce qu'il raconte et par sa manière de le raconter.

Pour son premier long métrage, Arthur Harari ne s'est pas perdu dans la trivialité de l'autobiographie mais s'est lancé dans le cinéma de genre, sans doute en y semant beaucoup de petits cailloux d'histoire personnelle.

Car ce qui frappe d'emblée dans son film, c'est le besoin d'amour familial dont souffre son personnage principal, Pier... Pier, le bien-nommé puisque tout son destin tourne autour des pierres précieuses.

Pour construire ce qui va prendre forme de "polar", avec casse minutieux à l'ancienne, Arthur Harari prend des chemins apparemment très détournés faisant référence aux plus grands romanciers.

On pense évidemment à Dickens et à Dumas : Dickens, pour le petit monde des voleurs auquel Pier doit sa survie, avec le beau personnage fort et inquiétant de Rachid, joué par Abdel Hafed Benotman ; Dumas, pour cette vengeance à la Monte-Christo que semble ourdir Pier quand il reprend pied dans la famille Ullmann.

Comme tous les grands films du genre, "Diamant noir" d'Arthur Harari est aussi l'étude presque documentaire d'un milieu, en l'occurrence celui des diamantaires et plus précisément des tailleurs de diamant d'Anvers. Une étude qui porte en elle le ferment du récit, car Pier, fasciné, envoûté, apprend le métier, celui de son père, et celui qui est responsable de tous ses malheurs...

Cette dimension familiale enserre l'histoire de ses nœuds coulants fatidiques, d'autant plus que Pier élevé par un truand arabe découvre sa judaïté. Pour ce presque encore enfant longtemps laissé à lui-même, retrouver une identité, une identité au surplus rejetée par son propre père, ce n'est pas source d'apaisement mais d'une nouvelle angoisse.

Alors qu'il fait son trou dans la famille Ullmann, au point d'être en passe d'en devenir le chef, le voilà pris dans les inextricables méandres d'une vengeance qu'il ne veut plus accomplir, d'une fidélité ancienne qui n'a plus de sens...

"Diamant noir" d'Arthur Harari est une œuvre d'une belle complexité où s'entremêle énormément d'éléments contradictoires. Les pistes explorées ne mènent pas forcément là où on croyait et le film ne s'achèvera pas comme son déroulé logique le laissait supposer.

Pour parvenir à cette alchimie mystérieuse, Arthur Harari a choisi des acteurs formidables qu'il a su transcender. Ce qu'il obtient, par exemple, de Nils Schneider est extraordinaire.

Ce jeune homme, jusqu'alors plus "photo de mode" qu'acteur de cinéma, porte le film sur ses épaules. Pour cela, il semble méconnaissable. Les cheveux en arrière, vraisemblablement teints en noir foncé, il a perdu de son assurance, paraît presque maladif, en tout cas fiévreux et déterminé. Ce qu'il fait dans le film le classe illico parmi les grands comédiens.

Grands comédiens qui sont nombreux à lui donner la réplique, à commencer par Hans Peter Cloos et August Diehl, mémorable dans "Inglorious Besterds" de Tarantino. Harari, excellent directeur d'acteurs, a aussi eu la bonne idée de retrouver l'excellente Raphaële Godin vue chez Mocky et Brisseau et que le cinéma français ferait bien d’utiliser davantage.

Chaque rôle est écrit : on oubliera pas l'apaisante présence de Raghanut Manet ni le destin tragique de Guillaume Verdier et la haute figure héroïque d'Abdel Hafed Benotman.

Film dense, riche, généreux, "Diamant noir" d'Arthur Harari, petit-fils du grand Clément Harari à qui il rend un joli hommage en se servant de son portrait pour en faire le fondateur de la dynastie Ullmann, est une œuvre marquante.

Il ne faut pas passer à côté. Ceux qui avaient vu les courts métrages d'Arthur Harari auront confirmation qu'un cinéaste a pris son envol avec ce long métrage.

On attend désormais de lui qu'il s'épanouisse sans se soucier de la hargne jalouse d'un Desplechin qui a dit lors des "Premiers plans d'Angers" "haïr" ce film, ce qui est plus qu'un bon signe. Désolé, Arnaud, on aime ce film, on l'aime énormément...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 14 avril 2024 : En avril, de la culture tu suivras le fil

Un peu de soleil, des oiseaux qui chantent, le calme avant la tempête olympique. En attendant, cultivons-nous plutôt que de sauter dans la Seine. Pensez à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Kit de survie en milieu hostile" de Betrand Betsch
"Let the monster fall" de Thomas de Pourquery
"Etat sauvage" de Chaton Laveur
"Embers of protest" de Burning Heads
"Sin miedo" de Chu Chi Cha
"Louis Beydts : Mélodies & songs" de Cyrille Dubois & Tristan Raës
"Arnold Schönberg : Pierrot lunaire" de Jessica Martin Maresco, Ensemble Op.Cit & Guillaume Bourgogne
"C'est pas Blanche-neige ni Cendrillon" de Madame Robert
"Brothers and sisters" de Michelle David & True Tones
"Prokofiev" de Nikita Mndoyants
"Alas" de Patrick Langot, Alexis Cardenas, Orchestre de Lutetia & Alejandro Sandler
"Symptom of decline" de The Black Enderkid
"Tigers blood" de Waxahatchee
"Not good enough" de Wizard
et toujours :
"Le carnajazz des animaux" de Dal Sasso Big Band"
"Deep in denial" de Down To The Wire
"Eden beach club" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Ailleurs" de Lucie Folch
"Ultrasound" de Palace
quelques clips en vrac : Pales, Sweet Needles, Soviet Suprem, Mazingo
"Songez" de Sophie Cantier
"Bella faccia" de Terestesa
"Session de rattrapage #5", 26eme épisode de notre podcast Le Morceau Cach

Au théâtre

les nouveautés :
"Tant que nos coeurs flamboient" au Théâtre Essaïon
Notes de départs" au Théâtre Poche Montparnasse
"Les chatouilles" au Théâtre de l'Atelier
et toujours :
"Come Bach" au Théâtre Le Lucernaire
"Enfance" au Théâtre Poche Montparnasse
"Lîle des esclaves" au Théâtre Le Lucernaire
"La forme des choses" au Théâtre La Flèche
"Partie" au Théâtre Silvia Monfort
"Punk.e.s" Au Théâtre La Scala
"Hedwig and the angry inch" au théâtre La Scala
"Je voudrais pas crever avant d'avoir connu" au Théâtre Essaïon
"Les crabes" au Théâtre La Scala
"Gosse de riche" au Théâtre Athénée Louis Jouvet
"L'abolition des privilèges" au Théâtre 13
"Lisbeth's" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Music hall Colette" au Théâtre Tristan Bernard
"Pauline & Carton" au Théâtre La Scala
"Rebota rebota y en tu cara explota" au Théâtre de la Bastille
"Une vie" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Le papier peint jaune" au Théâtre de La Reine Blanche
des reprises :
"Macbeth" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Une exposition à la Halle Saint Pierre : "L'esprit Singulier"

Du cinéma avec :

"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
zt toujours :
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

et toujours :
"L'innondation" de Igor Miniaev
"Laissez-moi" de Maxime Rappaz
"Le jeu de la Reine" de Karim Ainouz
"El Bola" de Achero Manas qui ressort en salle
"Blue giant" de Yuzuru Tachikawa
"Alice (1988)" de Jan Svankmajer
 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
et toujours :
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 19 mai 2024 : Le plein de news avant l'été
- 12 mai 2024 : Après les ponts vient la pluie
- 05 mai 2024 : Profitons des ponts pour lire, écouter, visiter, applaudir...
- 28 avril 2024 : Une sélection hebdomadaire fraiche comme le printemps
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=